« Ifreann. Dawel. Quel clan choisirez vous ? Bienvenue au pensionnat Deane, là où les rêves ne sont qu'utopiques … ♪ »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Give me your nasty hands. It's you. You can set me free. » {Orphan Deane ¦ Finish ♥}

Aller en bas 
AuteurMessage
Milla Suriban
« Élève de la classe Mars. »
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 27
Feat. : Milla Maxwell - Tales of Xillia

MessageSujet: « Give me your nasty hands. It's you. You can set me free. » {Orphan Deane ¦ Finish ♥}   Jeu 27 Déc - 13:26

Voilà trois heures qu’elle était arrivé sur place, deux heure et cinquante-trois minutes qu’elle était dans son lit à ne rien faire… Que se passer divers scénarios dans sa tête pour trouver moyen de se casser de ce trou moisi mais rien ne lui venait à l’esprit encore. Et ça, c’était chiant. Terriblement chiant même.
Elle avait beau tourner dans son lit en quête du sommeil mais rien, Morphée lui refusait sa douce étreinte habituelle… Quelle agace quand il le voulait, il était quasi aussi chiant que ceux qu’elle devait endurer dans la vie de tous les jours… Et c’était chiant au possible ça.

Finalement, elle soupira avant de fermer les yeux, qui sait…
Ce fut qu’au bout de quelques minutes que l’adolescente abandonna l’idée impossible de dormir pour la nuit. Se redressant donc pour être assise, elle fixa un moment ses cuisses et jambes dénudées avant de sortir de son lit, chopper une paire de botte et… et… Sitôt se rasseoir sur son lit, attrapant la tête entre ses mains soudainement tremblantes. Puis son corps entier en fit de même, au point d’en rendre sa respiration difficile… Super, voilà qu’elle entrait dans une crise sans nul moyen de la calmer en ce moment même.
Rapidement, elle secoua la tête avant de sauter hors de son lit pour attraper la poignée de sa porte, la tournée, sortir, la fermer derrière elle et aussitôt s’enfoncer dans les couloirs de son nouveau trou moisi. Elle devait en sortir dès que possible, elle ignorait quelle heure il était mais espérait que les portes soient encore ouvertes, elle avait besoin de sortir ce soir, s’en était clairement vitale.

D’abord un pas bien lourd, faisant claquer et résonner ses talons contre le sol, elle accéléra finalement le tout pour une marche rapidement, se rapprochant presque d’un léger pas de course, en fait, elle avançait sans savoir où reposait la sortie exactement mais ce n’était pas grave, elle allait la trouver et une fois ce sera fait… Elle pourra enfin calmer son mal actuel.

D’ailleurs, cette première quête ne fut pas des plus longues, heureusement pour elle !
Dès le premier pied posé dehors, elle pouvait déjà mieux respirer, sentir l’air sur son corps même pas couvert par une veste, un manteau ou autre vêtement plus chaud que sa robe si… étrange… unique… D’autant plus que c’était bien un froid hivernal qui entourait lentement son corps mais là semblait être le dernier de ses soucis, elle avait encore à faire pour calmer totalement son corps. Et une fois sa respiration moins lourde, elle jeta un rapide regard derrière elle avant de reprendre sa route pour gagner le village qu’elle avait plus tôt remarquée durant son trajet vers sa nouvelle piaule. Quoi que le trajet se révélait plus long en dépendant uniquement de ses jambes mais soit… Son apaisement devait bien reposer là-bas, elle ne pouvait se tromper, son corps ne l’avait pas entrainée jusque-là pour… rien.

Un soupire s'échappa de ses lèvres alors qu'elle avançait sans un mot dans les rues des environs, regardant rapidement autour d'elle jusqu'à s'arrêter à cette enseigne jadis repéré, toujours lors de son transfert. Durant quelques secondes elle la fixa avant de se gratter la nuque puis croiser les bras sous sa poitrine. C'était sans doute un peu bas mais... Ce n'est pas comme si elle se prostituait tout de même ! ... Quoi que ça pouvait pratiquement revenir au même... Puis rien à foutre au final, c'était sa vie, son corps, pourquoi se casser la tête avec ce que les autres pourrait en penser ? On a tous une addiction dans ce bas monde, pas vrai ?


Dernière édition par Milla Suriban le Lun 7 Jan - 20:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphan Deane
Fondateur. Directeur des Ifreanns.
avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Hibari Kyoya de KHR.

MessageSujet: Re: « Give me your nasty hands. It's you. You can set me free. » {Orphan Deane ¦ Finish ♥}   Jeu 27 Déc - 19:43

Un soupçon de désir, il prendra votre main pour vous accompagner à votre mort, si vous avez trop peur. Un peu de plaisir avant le supplice? Si cela peut vous apaiser, soit. Il aime pourtant vos cris sensuels... mais sans pourtant se rebuter aux plaisirs charnels, il est plus à apprécier vos hurlements de terreur. Il n'aime pourtant pas le bruit... cet homme calme et posé voyez vous... Il est capricieux, taciturne et partisan du moindre amusement. Un silence pesant, un sourire agaçant. Le directeur dérange. Il dérange dans son humeur, dans sa démarche, dans sa folie.
Un monstre, un prédateur, un menteur, cela fait de lui un chasseur idéal. Veillant sur ses proies avec patience, surveillant son repas avec autorité. Il est le maître de sa concupiscence. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il se contrôle très bien, il se domine totalement. Ses petits excès de colère ou de rage sont parfaitement volontaires... Tout est un jeu, tout est une loi, tout se définit, même la folie ou l'aliénation. Il est instable et il le sait. C'est ce qui le rend dangereux, non? Juste incapable de ressentir la moindre empathie, il a un mépris cordial pour le reste de la race humaine...

Orphan ne dormait pas cette nuit. Impossible d'atteindre le sommeil éternel. Le rêve addictif. La voix de Morphée qui susurre un bonne nuit à votre oreille semble s'éloigner avec lassitude. Il prit donc son long manteau et sortit baigner ses cheveux d'ébène dans une douche lunaire. Peut-être qu'un peu de divertissement lui tiendra compagnie ne serait-ce qu'un peu de temps? Sans doutes alors la nuit passera plus vite car alors pour l'instant, les aiguilles de l'horloge semblent s'être stoppées. Pour un moment.

L'hôtel des plaisirs... un étrange nom.. pourtant c'est bien lui qui lui a donné, non ? Un espace d'évasion, serviles à nos pulsions concupiscentes. Ce cher marquis de Sade y aurait demeuré dans ses plus vils instants. Il marche dans les rues silencieuses. Glacial, tel un fantôme en quête d'une âme à hanter. Comme un prédateur à la recherche d'une proie d'un soir. Et il croise son regard, délicieuse poupée qui ensorcèle ses plus tendres pensées. Anessa … Anessa … pourquoi était-elle toujours là pour lui pourir la vie ? Elle lui avait enlevé sa raison de vivre. Il n'était plus qu'un cadavre ambulant.

Sa chère soeur se refusait à lui. Ça le torturait. Ça lui avait brisé tout fond gentil et aimant. Il était devenu Orphan. Un monstre prédateur et cruel. Juste Orphan. Et sa délicate future victime s'était aventuré à l'intérieur de l'hôtel. De son plein gré tellement plus délicieux. Il pénétra à son tour le hall luxueux et silencieux de l'immeuble. Il la regarda droit dans les yeux. C'était une élève à elle, surement. Tant pis. Parcimonie. Insomnie. Tout est permis. Il s'approcha d'elle, la toisant, méprisant. « Bonsoir. » Sa voix caverneuse et profonde résonnait comme une sentence.

Il se perdait, dans l'oubli. Et un sourire narquois, il lui offrit. Le directeur des Ifreann caressa la joue de la jeune femme. Il avait peut-être perdu les pédales. Ou il s'amusait. Tout ça dans un seul but. Faire chier sa soeur. Mais qu'importe même dans les pires vendettas, le plaisir est là. Il loge dans l'esprit tordu d'Orphan. La coinçant entre le comptoir et lui, il regarda celui qui était au guichet. « Une chambre. » On ne pouvait rien refuser au directeur. Et ce n'était pas la première fois qu'il venait s'adonner aux plaisirs interdits avec une élève, qui secrètement, ne demandait que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milla Suriban
« Élève de la classe Mars. »
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 27
Feat. : Milla Maxwell - Tales of Xillia

MessageSujet: Re: « Give me your nasty hands. It's you. You can set me free. » {Orphan Deane ¦ Finish ♥}   Jeu 27 Déc - 20:20

Pourtant notre protagoniste du jour était bel et bien une Ifreann et non une Dawel bien qu’elle semblait relativement douce en ce moment même. Presque vulnérable même… Quoi qu’elle l’était dans un certain sens… Son corps souffrait d’un manque bien trop important et elle devait assouvir ce manque par n’importe quel moyen. Quitte à faire scandale dès son entré au pensionnat, ce ne serait pas la première fois que la vie de ses petites culottes dérangeait. D’autant plus qu’elle se fichait de sa propre réputation, l’avis d’autrui ne pouvait, ne devait l’atteindre, En aucun cas. Se fermer à autrui pour se priver de toute souffrance… Mais l’utiliser sans gêne pour son propre plaisir. De vulgaire joujou bon qu’à prendre et jeter lorsqu’il devenait inutile. Et son jouet préféré reposait fort souvent dans le sexe opposé. Elle avait tentée avec une nana, c’était rapidement plus chiant et plus difficile à soumettre donc bon…

Après quelques instants perdues sous la neige à fixer une insigne bien précise, la jouvencelle pénétra ce lieu presque étrange pour elle… Alors que pourtant commun au Japon mais jamais elle en avait fait l’usage avant…
Une présence se faisait sentir derrière elle, naturellement, la blonde tourna la tête vers lui pour le fixer quelques microsecondes de ses mirettes écarlates, répondant un simple « ‘soir. » en guise de première réponse…

Certes, il n’avait pas l’œillade, ni la voix la plus chaleureuse et rassurante mais… Était-ce si anormal dans ce trou ? Non… Et puis, elle-même n’était pas l’être humaine le plus chaleureux qui soit… Alors que le tout semblait fort ironique en ce moment.
Frêle, chétive, vulnérable, laissée à elle-même, mineure en bonus… Et sans le savoir, en présence même de son directeur.
Directeur qui venait de poser main contre son visage, l’une de ses joues rougit par le froid, le contact froid/chaud suffisant pour lui arracher un long mais pourtant doux frisson… Qui sut arracher un infime sourire sur le visage de Milla. Encore moins en se retrouvant ainsi… ‘Coincée’ entre son corps et le comptoir, face à lui. Et la nouvelle phrase offerte par ce même homme suffit pour la faire sourire pleinement. Décidemment, elle n’avait pas eu à chercher bien loin pour trouver un partenaire… De taille… Et franchement, ça l’arrangeait… Bien qu’elle demeurait toujours douce en ce moment même…

D’autant plus que, sans rien demander, voilà qu’elle se pressait tout contre lui, accentuant surtout le contact entre son torse et sa plantureuse poitrine… Pour le faire reculer et ainsi, se retourner face au comptoir pour prendre la fameuse clé de la chambre. Non sans ainsi en profiter pour presser ‘involontairement’ son fessier contre lui. Après tout, c’était normal ce genre de contact vu l’inexistante distance les séparant...

« J’en déduis donc que c’est à vos frais… ? ~ »

Sourire en coin, elle en profita pour l’abandonner pour se rendre dans cette fameuse chambre et, sitôt chose faite, se laisser tomber sur le lit, d’abord assise, puis sur le dos, yeux mi-clos. Il ne devrait plus tarder.
Bien que ce laps de temps offrait à Milla la chance de se poser quelques questions… Mais sans doute serait-il préférable de les garder pour une autre fois. Ils étaient là dans un seul et unique but non ? Et puis, rien dit qu’ils allaient forcément se croiser…

Mais si seulement tu savais Milla…
Comme toujours, tu vises plus haut mais n’est-ce pas trop haut pour toi cette fois ?
M’enfin, comme tu le dis si bien, c’est ta vie, ton corps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphan Deane
Fondateur. Directeur des Ifreanns.
avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Hibari Kyoya de KHR.

MessageSujet: Re: « Give me your nasty hands. It's you. You can set me free. » {Orphan Deane ¦ Finish ♥}   Ven 28 Déc - 8:58

J'ai l'esprit embrouillé. Ma tête, c'est le chaos. Le cosmos infini de mes songes perdus. J'suis pas lyrique, juste dramatique. La peur de s'engager, d'avancer, d'oublier. Je sais que t'en ris de me voir ainsi, aussi pitoyable qu'un chien galeux. C'est le bordel dans ma tête. C'est le bordel dans ta tête. J'me perds dans tes yeux, mes doigts dans ta culotte. Tu t'abandonnes à moi, c'est ton seul espoir. T'as besoin d'exister, j'ai besoin de crever. On peut s'entendre. Pour cette nuit. Ou même une comète illuminant le firmament arriverait pas à me réveiller. C'est le putain de bordel à l'intérieur.

Il savait pas trop ou il était. Il ne savait pas trop ou il en était. C'était arrivé comme ça. Ses yeux glacés par la mort prochaine toisaient alors la pièce du regard. Le directeur ne souriait pas. Non, il n'en voyait pas l'utilité. Coinçant sa victime contre le comptoir, il ne sentait que l'ondulation de ses formes contre son torse et ainsi devinait le sourire embarassé et perverti de la demoiselle. A ses frais demanda-t-elle. Bien évidemment. Toutes ces chambres lui sont gratuites vu qu'elles lui appartiennent. Attrapant la clé d'un revers de main, il souleva son menton de l'autre. « A mes frais ouai. » C'était qu'un murmure, une sentence, un frisson. Il ne pensait absolument pas en cet instant. Vide d'émotions, vide d'ambitions. Peut-être avait-il bu ? Ou fumé ? Ou d'autres choses illicites dans le genre... dont Orphan était devenu addict. Avec le temps.

Tic Tac. Tic Tac. Toc ? Elle s'est enfui la gazelle, il faut la rattraper. Dans un soupire amusé, il se lança calmement à sa poursuite. Comme un prédateur patient. Oui, il savait se montrer poser, prédateur et carnassier. La chambre était resté ouverte tandis que la chipie lui avait volé la clé des mains. Douce heureuse d'une nuit, c'est le hasard pur qui t'a conduit jusqu'à lui. Une chance impondérable qui se brise sous les coups de minuit. Et alors la chienne d'une nuit redeviendra princesse inaccessible. Car il aime bien inverser les contes de fées. Pour les faire... perdurer. Il entra et enleva sa chemise, demeurant torse nu et sortit un paquet de clope de sa poche. Douce mélodie d'une agonie qui pleure d'envie. Il porte une cigarette à ses lèvres et la regarde d'un coin de l'oeil. « Ton nom ? » Comme s'il en avait quelque chose à foutre.

Une fois la clope terminé il écrasa le mégot sur la moquette et passa une main dans ses cheveux d'ébène. La moue encore narquoise, il s'approcha d'elle, cette fille. Cette chose aux cuisses rosées et lubriques. Ce démon qui chuchote, qui l'appelle inexorablement. Il plongea ses yeux noircit par la fatigue dans ses prunelles framboise et finit par sourire. « Putain, t'es qu'une gamine. » Il l'embrassa délicatement. Une passion sans amour. Comme ils savent tous le faire. Si bien. Ces lâches. Il se plaça au dessus d'elle et passa une main sous son chemisier pour caresser son ventre d'un mouvement de la main régulier. Le souffle encore bien stable, il glissa ses doigts dans les cheveux blonds de sa charmante partenaire, plongeant sa tête dans sa nuque pour humer la délicate fragrance s'échappant des pores de sa peau laiteuse. Déposant des baisers froids dans son cou, c'était le début d'une épopée nuptiale. Come on Sweety … ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milla Suriban
« Élève de la classe Mars. »
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 27
Feat. : Milla Maxwell - Tales of Xillia

MessageSujet: Re: « Give me your nasty hands. It's you. You can set me free. » {Orphan Deane ¦ Finish ♥}   Ven 28 Déc - 18:42

Allongée sur le dos, ses mirettes juchant le plafond sans encore prononcer le moins petit mot, Milla soupira. ]Un soupire faible mais bien présent. Non d’ennuie ou lassitude. Non, Ce genre de soupire qu’on souffle sous le plaisir… Ou tout simplement pour conserver notre calme. Non elle ne devenait pas hésitante, ce serait le comble après tout. C’est elle qui était venue ici, personne ne l’avait forcé. Pas même une source illicite, elle avait l’esprit bien clair. Du moins, aussi clair que c’était possible pour la jeune femme. Elle ne faisait qu’attendre et comme prévue, ce ne fut point long. Quoi que monsieur jugea préférable de se taper une clope avant… Bon bah, c’est lui qui voyait non ?
Pendant ce temps, elle pouvait se redresser pour être assise et surtout, virer ses bottes pour laisser respirer ses jambes et pieds, histoire d’avoir un peu plus de confort. D’autant plus que son interlocuteur avait retiré sa chemise pour ainsi être torse nu. Donc ce n’est pas une paire de jambe qui allait créer un scandale. Ce serait bête de s’offenser pour un truc qu’on voit toujours et partout.

Son prénom ?
Cette question fut accueilli d’un lent haussement d’épaules de la part de Milla qui ne jugeait pas TANT nécessaire de connaitre cette information… Mais bon, certains mecs en avaient besoin durant l’acte pour ne pas appeler Mélanie, Valérie ou autre…

« Milla. ~ »

Mais elle, elle n’avait pas besoin de son prénom, elle lui collerait un surnom le moment venu et c’était tout, sauf le cas actuel.
Mais elle avait déjà sa petite idée pour conserver son rôle de la pauvre jouvencelle sans défense… Qui se révélait être une grosse chaudasse au lit… Ça lui réussissait toujours et puis, elle avait la paix ainsi pour le après…

Le suivant du regard, elle fixa quelques secondes la clope avant de lever la tête vers lui, puisqu’il c’était finalement approché pour lui offrir un regard qu’on pourrait dire… ‘intense’ ou qu’une façon de la mater, dans tous les cas, elle s’en fichait un peu.
Quoi que la phrase suivante suffit pour arracher un rire chez la blondinette qui en profita pour glisser une main contre son visage, pile au moment où ses lèvres venaient rencontrer celles de celui qui était en fait son supérieur.
Un baiser doux, à peine chaste… Mais pourtant dénué de sentiment. Un baiser pour un baiser, du cul pour du cul. La routine de cette génération en pleine déchéance.

Au contact de sa main sous son ‘chemisier’ qui était en fait, qu’une robe extrêmement courte… Ou un haut relativement long… Son geste relevant donc le vêtement principal de la jeune femme, ce qui ne manqua point de révéler sa petite culotte mais là encore, c’était normal non ?
Tout comme sa façon de fondre contre sa nuque, tel un vampire le ferait… Peut-être en était-ce un, elle l’ignorait… et ça aussi, ça l’importait bien peu.
Elle savait seulement que son corps appréciait cette soudaine douceur toujours choquante pour son mental mais pourtant réconfortante pour l’être qu’était Milla malgré son côté si... Destructeur.
Autant dans ses baisers presque glaciales contre sa peau aussi chaude que la braise ou les passages de sa main contre ses long cheveux blond.
Là était des gestes qu’elle lui rendait plus ou moins également.

La tête légèrement inclinée pour lui offrir sa nuque sans trop de mal, un bras glissé derrière sa nuque pour rester près de lui…. Alors que son autre main, plus curieuse, glissait lentement contre son dos puis contre son ventre qu’elle caressa du bout des doigts… Avant de lentement ouvrir son pantalon après s’être débarrassée de sa ceinture.
Sans oublier de venir souffler d’une voix doucereuse, presque tremblante… «… Vous pouvez être mon Sama si vous le désirez… Je préfère les hommes matures… Plutôt que mes camarades… »
.. Car oui déjà, son corps était pris de faible mais doux frissons, si doux que s’en était presque rassurant pour elle… Mais encore pourtant trop peu pour calmer son corps entier... ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphan Deane
Fondateur. Directeur des Ifreanns.
avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Hibari Kyoya de KHR.

MessageSujet: Re: « Give me your nasty hands. It's you. You can set me free. » {Orphan Deane ¦ Finish ♥}   Dim 30 Déc - 15:53

Les ténèbres m'engloutissent dans un soupçon de décrépitude. C'est juste le bordel dans ma tête. J'explose, j'implose. J'ai envie de cracher sur l'univers. Quand j'te vois, je frôle la vie, et quand je te touche, elle s'éloigne de plus en plus. J'sais plus ou est la réalité. Tu maquilles tes yeux agacés, tu te caches... mais j'vois ton sourire du chat de Cheshire. J'ai envie de rester dans tes bras. J'ai envie de me sentir bien.

Orphan l'observe. Elle est belle. Dans les moindres détails. Elle est désirable. Charnellement. Elle a la peau douce. Il cache sa tête dans sa nuque, humant la délectable fragrance qui s'en dégage. Ce n'était pas un désir perverti mais bien celui d'un homme qui avait du goût. Il passa délicatement sa langue sur sa nuque et ferma les yeux. Se laisser aller. Orphan crut entendre un murmure. Son prénom ? Il n'y prêta pas attention, faisant seulement un petit oui de la tête. Un simple hochement en signe d'affirmation. Le regard vitreux, le directeur des ifreann souffla à son oreille. « Orphan. »

La lune éclairait alors la pièce, réchauffant alors les draps d'un bain lunaire. Orphan aimait bien la nuit. Les soupirs d'agonie. C'est l'heure de la vengeance, de la décadence! Incroyable dépendance aux douze coups de minuit... Orphan l'écoute d'une oreille absente. C'est comme si une autre dimension les séparait. Il rumine, il voit flou. Il sait plus trop ou il en est. Mais il sait ou il est. Au dessus d'elle, au dessus de sa demoiselle aux douces prunelles. Au dessus de son élève. C'était peut-être pas la première fois, mais ça n'allait jamais très loin, car Anessa intervenait toujours au mauvais moment. Pourquoi était-elle si dure avec lui? Si ce n'était pas sa soeur, il pourrait croire qu'elle serait jalouse...

Puis Milla, la voix tremblante de désir ardent, sembla lui susurrer des choses plutôt étranges. Il eut un large sourire autant suspendu à ses lèvres qu'aux nuages. Un regard nébuleux et vitreux qui la dévisagèrent avec un rire narquois. Il se marrait sans méchanceté, il était juste amusé par cette réflexion presque excitante. « T'as l'air de savoir ce que tu veux jeune fille... mais es-tu vraiment certaine de savoir ce que je veux, moi ? » il passa son doigt sur le nez de la jeune femme, descendant sur les lèvres, appuyant délicatement sur l'inférieur pour ensuite approcher ses dents carnassières et lui mordiller sensuellement. Il plaqua ses poignets aux draps humides, et l'embrassa avec une passion absurde.

Il sentit les doigts de Milla déboutonner son pantalon et entendit alors le bruit du clac de la ceinture tomber au sol. Une vague de frisson remonta à la surface de son échine tandis qu'il arbora un sourire moqueur. « t'es pressée on dirait. » et ce fut la dernière chose qu'il eut pu dire. L'immobilisant alors il embrassa son buste, couvrant sa peau nue de baisers glacés. L'adrénaline lui montait à la tête. Faisant tout pour attiser son plaisir, il était le feu ardant et pourpre d'un ensorceleur. Ses doigts vagabonds s'aventuraient déjà vers les cuisses de la poupée, tandis qu'il glissait sa main entre ses jambes luisantes de malice. Il n'avait aucune gène. Pourquoi en avoir ? Pourquoi douter d'un cadeau qu'on vous offre sans broncher ? C'était un paradis éphémère qui se dessinait autour d'eux, autour d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milla Suriban
« Élève de la classe Mars. »
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 27
Feat. : Milla Maxwell - Tales of Xillia

MessageSujet: Re: « Give me your nasty hands. It's you. You can set me free. » {Orphan Deane ¦ Finish ♥}   Mar 1 Jan - 11:57

Il n’était pas tant rare pour Milla de s’offrir si… Facilement.
Surtout lorsque son corps décidait d’entrer en crise qu’elle se devait de calmer pour ne pas perdre contrôle de son propre corps, puisqu’elle avait déconnée par le passé et pourtant, elle n’avait même pas encore 17 années de vie et elle avait pourtant une mort sur la conscience… Ou deux plutôt, en incluant son défunt compagnon. Mais ça, elle l’avait sans doute oublié pour ne pas trop s’y attacher. Surtout présentement puisque, à nouveau, elle sentait un doux bien-être pénétrer son corps.

Comme, perdant lentement son fameux ‘contrôle’, l’adolescente ne pouvait faire autrement que fermer les yeux en soupirer faiblement mais doucement… Cette sensation, les frissons qu’elle offrait, cette sensation de s’abandonner… Pour rien au moindre elle pourrait s’en priver pleinement. C’était bien trop… Bon.
Clairement. Ça se voyait par le rare et sincère sourire qui caressait le visage timidement rougit de l’adolescente à la cascade d’or.

Ce n’fut qu’au son de la voix d’Orphan qu’elle lui offrit à nouveau ses mirettes écarlates… Non sans revenir à son murmure d’avant concernant son prénom… Elle l’avait déjà entendu depuis son arrivée ici… Mais avait déjà oubliée à quoi ça devait faire référence… M’enfin, ça ne devait pas être tant important si elle l’avait déjà oublié. Et puis, les nouveaux dires de son partenaire ne pouvait que la faire sourire, presque niaisement. Après tout, elle s’abandonnait déjà à son directeur, l’écoutant sans vraiment porter attention à ses dires…

Ce que lui désirait ? Elle l’ignorait en effet… Mais s’il était ici... C’était sans doute pour une raison commune à la sienne ? Mais nul temps de répondre, puisqu’il lui offrit une morsure des plus sensuelles qui ne manqua pas de la faire frissonner comme une gamine… Sans parler de ce baiser qu’elle prolongea sans plus attendre, une main se glissant dans ses épis d’ébènes pour lui offrir quelques douces caresses… Avant d’être à nouveau ‘prisonnière’ de ses mains. Endurant le divin supplice de ses lèvres si froides mais pourtant si bonne contre sa peau des plus brûlantes… Sans parler que ses soupirs de plus en plus fréquent et ce, à chaque nouveau baiser offert… Pressée ? Oui et non… Elle avait un manque à combler certes… Mais voulait aussi savourer la chose… Pour une fois qu’elle n’était pas lâchement baisée à peine entrer dans la chambre, ça changeait… Bien qu’elle demeurait dépendante de son compagnon… Celui-ci se révélait aussi doux que plaisant, un peu de changement ne pourrait blesser et puis, pour une rare fois elle se sentait bien, heureuse même… « … Pressée… ? » Un faible mais doux rire se fit entendre après ce premier mot… « … C’est drôle… Vos mains me semblent… Curieuses… ~ » Ce qui n’était pas une mauvaise chose, bien au contraire, puisqu’elle appréciait clairement le tout mais visiblement, ce n’était pas la seule à être pressée à se rendre… Plus loin… Bien qu’ils avaient toute la nuit pour en profiter non ? Ils pourraient… vocaliser ensemble… Ce doux chant d’un plaisir aussi divin que sincère… Mais pas tout le monde avait cette chance… Et surtout, bien peu gagnait un partenaire aussi précieux que semblait déjà l’être Orphan pour la jouvencelle…♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphan Deane
Fondateur. Directeur des Ifreanns.
avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Hibari Kyoya de KHR.

MessageSujet: Re: « Give me your nasty hands. It's you. You can set me free. » {Orphan Deane ¦ Finish ♥}   Lun 7 Jan - 19:50

Je suis la lumière allumée dans le jour. Je suis le phare éteint dans la nuit. Je suis la flamme ravageant ton coeur. Je suis le doute dévorant ton esprit. Je suis juste un mirage, juste un doux rêve qui se glisse tel un vice avec malice. Je suis juste là près de toi, à te regarder te tordre comme un serpent sur la braise, sous mes douces mains passionnée. Je suis le vent qui te glace le sang. Je t'emprisonne dans mes bras, t'emportant dans une danse folle. Tu aimes ça, je le vois, je le sens. Pourtant quelque chose m'empêche de raisonner. Je deviens la mémoire qu'on tente d'oublier.


Il était penché au dessus d'elle, la respiration saccadée et les yeux perdus dans l'obscurité. Il ne savait plus ou il était. Ni même pourquoi. Il savait juste au fond de lui que sa place n'était pas ici. Dans tous les cas, pas pour le moment. Le jeune homme avait la tête dans les nuages tandis que ses mains executaient machinalement les milles et une caresses pour la combler. De son regard froid, il la toisait. Ses longs cheveux blonds étalés sur les draps lui donnaient un air de princesse. Mais il n'avait rien d'un prince. Ses mèches ténébreuses tombaient en bataille devant son visage tandis qu'un sourire mauvais naquit sur son visage. Il descendit ses lèvres pour l'embrasser. « Mes mains ? Oh, elles peuvent s'en aller si cela ne te convient pas. » There's something inside you.

Il se mit à rire d'un ton sarcastique. Le vrai jeu avait commencé. Déshabillant son corps d'un simple regard, il avait toujours cet air lugubre. Il glissa ses mains à la cambrure de ses reins, la couvrant de baisers, au niveau de son buste tandis qu'il glissa ses lèvres dans sa nuque. Sa voix caverneuse et profonde était jouée pour la faire trembler. Il soupira amèrement.  « Quelle idée de venir se réfugier dans les bras de ton directeur. N'as tu pas honte d'offrir ton corps au premier qui passe? » il n'avait pas honte lui. Il descendit ses mains sur sa cuisse droite et fit un mouvement de va et vient avec ses doigts vers l'intérieur, remontant lentement vers son intimité. It's hard to explain.

Il se mit à sourire comme un diable, comme un démon ayant perdu la raison. Car oui, Orphan était fou. Tous le monde le savait, ce pauvre damné. Et pourtant, dans l'immensité de sa grande folie, Orphan gardait des yeux dont la lueur était tout sauf dénuée de lucidité. Ses prunelles havanes, il la contemplait. Sa poitrine mise à nue était aussi divine qu'elle le laissait paraître. Couvrant ses seins de mille et un baisers, soupirant d'aise, il remonta sa main à sa plus tendre indécence. Elle s'était offerte n'est-ce pas ? Et volontairement. Aucune gêne, aucune pudeur dans le moindre de ses actes. They're talkin' about you boy.

Cependant quelque chose te bloque. Un sourire, un soupire. Et finalement un éclat de trop. Mais n'allons pas la faire jusqu'à regretter de l'avoir suivi? Une réputation à tenir, un même regard à conserver. Orphan demeure un spectre qui ignore quel lieu hanté, enchaîné à la démence qui lui ronge l'âme. Lui écartant doucement les jambes, il glissa sa tête entre ses gambettes. Il passa lentement sa langue sur sa délicate incongruité, jusqu'à sentir le corps de la blondinette fondre entièrement, se tordre d'un plaisir immense. Appliqué d'un air détaché, c'était comme simplement un doux songe rempli d'une cruelle abstinence. Une douceur sans fondement qui ne se voulait pas tendre mais généreusement bonne. Il remonta ensuite sa langue jusqu'à son nombril. Il l'embrassa à nouveau avant de se lever, il remit son pantalon et attrapa la jeune fille par le menton, un sourire narquois aux lèvres. « Ce fut un plaisir Milla. » il sortit une clope de sa poche et la calla entre ses lèvres, remettant simplement sa veste sur ses épaules. La jeune directeur abandonna volontairement sa chemise à la jeune élève. Comme un cadeau … de bienvenue ? But you're still the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Give me your nasty hands. It's you. You can set me free. » {Orphan Deane ¦ Finish ♥}   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Give me your nasty hands. It's you. You can set me free. » {Orphan Deane ¦ Finish ♥}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.
» Get up and never give up... [PV Raphaël]
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» (D11) ▲ how to kill with bare hands - pho&vi.
» Clap Your Hands [James & Pollo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« — Deane For Dream » ::  :: Archives ; :: RPs terminés-
Sauter vers: