« Ifreann. Dawel. Quel clan choisirez vous ? Bienvenue au pensionnat Deane, là où les rêves ne sont qu'utopiques … ♪ »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]

Aller en bas 
AuteurMessage
Nury R. Albin
Pauvre renard asthmatique et propriété de Phoenix. ♪
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 24/12/2012
Feat. : Flaky - Happy Trees Friends

MessageSujet: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Mer 2 Jan - 20:30



La fenêtre. Elle regardait dehors depuis une petite minute. Ses yeux se baladaient d’élève en élève, qui rigolaient ou qui partaient. Ils avaient leurs trucs à faire, leurs devoirs à commencer ou autre choses encore. Tellement de trucs, de bidules et machins à faire dans la vie d’un adolescent, et en grandissant, on se rendait compte à quel point c’était juste bidon, on se rendait compte de toutes les autres choses qu’on aurait pu faire à la place.

Nury eut un sourire.

Elle aurait pu faire autre chose à cet instant. Elle aurait pu sortir et courir dans les couloirs, sauter des marches d’escaliers pour finalement sortir et respirer l’air frais qu’offrait cette journée. Mais non. Elle ne ferait en rien ce qu’elle voulait. Elle ne ferait que rester ici, et écrire. Simplement parce qu’elle était en colle.

Raison bidon, mais valable. Elle n’avait juste rien suivit au cours. Le prof se vengeait donc en lui prenant du temps et à le passer à faire des exercices, ou autres choses peut-être. Elle ne savait pas vraiment. Vu qu’en général, elle n’allait jamais à ses colles, préférant de loin aller dans la forêt et laisser le renard prendre le dessus. Mais là, c’était différent.

Il y avait toujours ce moment où la chose la plus commune était différente d’un coup, où cette simple action, ou ce simple moment était différent. Elle ne voulait pas avoir un dossier scolaire remplie de remarques où elle ne respectait pas le règlement. Simplement. Et, ne pas aller à ses colles était une chose qui allait marquer son dossier.

La jeune fille soupira.

Il était en retard en plus de cela. Levant son poignet, elle regarda sa montre. Cela faisait sept minutes qu’elle était là, seule, dans cette salle de classe vide, à attendre comme une débile. Une de ses mèches de cheveux lui tomba devant le visage, et elle la fixa, les yeux plissés. Ses cheveux ressemblaient à des flammes à cause du soleil. On lui disait souvent qu'ils ne ressemblaient à rien, mais elle ne s’en souciait pas. Après tout, sa chevelure n'avait pas de nœuds malgré ce qu’on pouvait en penser, et étaient libre tout le temps.

Elle soupira de nouveau. Que pouvait-elle faire en attendant ? Et il faisait quoi ce prof d’abord ? Il peignait ses cheveux verts ? Parce que oui, il avait des cheveux verts. Et des yeux verts. Une tenue verte ? Non, du noir. Une certaine classe, contrairement à des profs plus vieux. Il avait aussi l’air d’être plus jeune. Et plus… Bizarre. Une tête fermée. Pas de sourire. Sûrement un problème dans sa vie que personne ne saurait jamais.

Nury posa son coude sur la table, et posa ensuite sa tête au creux de sa main, fixant le vide d’un air ennuyé, mais le bruit de la porte la ramena sur terre. Ses yeux rouges fixaient le prof, et ses sourcils se haussaient.

« Même si c’est une colle, en général ce sont les élèves qui font attendre leur prof, pas le contraire. »

Un ton simple, neutre, alors même qu’elle se redressait sur sa chaise et qu’elle se mit à le fixer. Non pas qu’elle soit impressionnée ou attirée, mais elle avait à peu près regardée tout ce qu’elle pouvait. Alors bon, vu qu’il était là, elle n’avait pas vraiment d’autre chose à observer non plus.

« Bon, je dois faire quoi pendant… Pendant combien de temps déjà ? »

Elle soupira. Sa mémoire lui faisait défaut, mais des fois, c’était vraiment lourd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoenix A.
Professeur d'Anglais et Aide à la métamorphose.
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 29/12/2012
Feat. : Flippy de HTF.

MessageSujet: Re: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Jeu 3 Jan - 21:51



Ace était dans la salle des classe, seul. Il regardait par la fenêtre en s'ennuyant fermement. Il avait un tas de copies à corriger mais rien ne lui faisait envie. Surtout qu'il savait qu'il allait quand même devoir s'y mettre vu qu'il avait collé une de ses élèves et donc il allait devoir la surveiller. C'était une jeune fille à la crinière de feu, des tâches de rousseur rebelle et à l'air arrogant. Il s'était permis de la convoquer pour des réflexions stupides. Enfin, il faisait son boulot hebdomadaire de professeur sadique. La routine.

Il dirigea son regard vers des oiseaux perchés sur une branche d'arbre qui le fixaient avec délicatesse. Le jeune homme soupira, légèrement blasé ces volatiles. Il bailla un grand coup et attrapa sa montre sur le côté. Merde il était en retard. Il se pressa, attrapa son paquet de feuilles, ses clés. C'est vrai qu'il n'avait pas vraiment la dégaine d'un prof. Avec son débardeur noir et ses plaques d'identification militaire qui pendouillent autour de son cou. En plus de ses cheveux verts et de ses yeux céladons. Oui, il avait une déguaine étrange.

Il marchait calmement vers sa classe, Nury était déjà là. Phoenix s'avança calmement vers elle sans rien dire. Vu la tête qu'elle arborait, elle n'avait pas l'air de très bonne humeur. Mais la colle était faite pour ça non? Affichant un sourire narquois, il passa lentement la clé dans la serrure de la porte, pour la faire patienter encore plus. Il entra dans la salle et posa ses affaires sur le bureau, la laissant s'installer à son tour. Une douleur envahit son bras, subitement et il grimaça légèrement, murmurant un « Bordel de merde. » discret.

Il partit s’asseoir à son bureau et posa ses deux pieds dessus, s'affalant sur sa chaise. Il jeta un coup d'oeil à sa guitare sur le côté et sortit une cigarette de sa poche. « … Trois heures gamine.  Trois heures. » il l'alluma avec un briquet. Il l'avait gardé de l'armée, on lui avait fourni à l'entrée. Il le conservait parce qu'un oiseau y était gravé dessus. Phoenix le jeta sur la table, à côté de lui. Le mental fit un grand boum sur le bureau tandis qu'il poursuivit. « Voyons voir... Que vais-je bien pouvoir te faire faire ? » il haussa un sourcil, accentuant son regard mauvais. « On a été une vilaine fille ? »

C'était vraiment amusant d'etre prof parfois. Ou pas. Pas quand il fallait surveiller les élèves perturbateurs. Pourtant c'était une dawel... il ne savait même plus pourquoi il l'avait collé. Vraiment pas. Dans tous les cas, qu'elle le mérite ou pas... elle était bien là. Devant lui. Il se sentait presque sur puissant. C'était comme un conte de fée. Il était le méchant qui gardait la princesse prisonnière. Mais que fait le prince ? On se le demande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nury R. Albin
Pauvre renard asthmatique et propriété de Phoenix. ♪
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 24/12/2012
Feat. : Flaky - Happy Trees Friends

MessageSujet: Re: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Ven 4 Jan - 11:33

A refaire.


Dernière édition par Nury R. Albin le Mar 26 Fév - 11:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoenix A.
Professeur d'Anglais et Aide à la métamorphose.
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 29/12/2012
Feat. : Flippy de HTF.

MessageSujet: Re: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Ven 4 Jan - 18:11

Un air de musique dans la tête, et un peu de nicotine dans la gorge. C'était parfait pour tenir trois bonnes heures dans cette salle. Phoenix fixait la demoiselle aux cheveux roux, relâchant la fumée en sa direction. Elle avait l'air agacée par son attitude mais il s'en fichait. Après tout, il était professeur. Et elle élève. Bref, la vie est injuste.
Frustrée et soupirante, il la dévisagea, elle semblait se tourner les pouces. Mais il n'y pouvait rien si elle s'était mal comporter. Maintenant elle assumait. C'était tout.

Ace jeta son mégot dans un verre d'eau croupie qui traînait sur le bureau. Il crut entendre un surnom complètement débile. Ça lui arracha un sourire discret. « Monsieur BN? Je suppose que c'est ironique. » il contourna le bureau et s'avança vers elle. Ses plaques militaire pendouillaient sur son torse tandis qu'il la regardait de haut. Il lui souleva le menton pour qu'elle le regarde dans les yeux. L'homme plongea alors ses prunelles céladon dans son regard d'animal. Elle était aussi sournoise et sauvage qu'une bête de la forêt. Il savait parfaitement qu'elle allait à son cours de métamorphose. Mais alors il ne se souvenait absolument pas en quel animal elle se transformait. D'ailleurs, il n'avait encore dit à personne le sien non plus.

Après un long silence, il finit par la lâcher sans rien dire et retourna à son bureau. Il attrapa sa guitare électrique et la sortit de sa mallette. Il s'assit alors sur le bureau, à même la table, en face d'elle, tripatouillant les cordes, laissant s'échapper de l'instrument quelques sons mélodieux. Or, il n'y avait pas d'ampli donc il lui était impossible de faire beaucoup de bruit. Après quelques secondes, il releva la tête. « Hum... que faire tu dis ? Tu pourrais faire une dissertation sur l'ennui quand dis tu ? Ou bien me contempler pendant 3h... ou bien t'entraîner à la métamorphose pour l'interro de lundi prochain. » Il eut un petit sourire en coin. Tout cela n'avait que source sa simple curiosité.

Oui, elle l'intéressait. Il aimait bien sa frimousse. Juste comme ça. Après tout elle n'était rien d'autre qu'une élève qui n'avait rien demandé. Plusieurs corbeaux se mirent sur le rebord de la fenêtre et croassèrent en fixant Ace. Il posa sa guitare et ferma la fenêtre d'un coup. « Bref. Tu as choisi quoi alors ? » A quoi bon demander à un animal ? A quoi bon s'obstiner à vouloir socialiser ? A quoi bon vouloir sortir de sa bulle ? A quoi bon, oui, a quoi bon...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nury R. Albin
Pauvre renard asthmatique et propriété de Phoenix. ♪
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 24/12/2012
Feat. : Flaky - Happy Trees Friends

MessageSujet: Re: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Sam 5 Jan - 12:09



La jeune fille tourna la tête quand il cracha la fumée de sa cigarette vers elle. Mais il voulait vraiment la tuer ou quoi ? Elle fronça les sourcils. Il était vraiment chiant comme prof en fait. Il voulait tout faire pour l’énerver, c’était pas possible. Elle utilisa sa main comme éventail et dissipa la fumée autour d’elle.

Cependant, elle l’entendit sortir de son bureau, et elle reporta son regard vers l’homme aux cheveux verts. Qui avançait vers elle. Nury profita de son approche pour poser ses yeux sur ses plaquettes. Il y en avait deux, mais elles étaient différentes. une avait un nom commun, d'homme, et la deuxième avait un pseudo peut-être, mais il était étrange. elle retint ces deux noms, se demandant lequel était celui du prof. La main du prof s leva, et se mit sous le menton de la jeune fille pour ramener son regard dans le sien. Un instant de silence, tandis qu’ils se fixaient sans rien dire.

Pourquoi il faisait ça ? Il avait un problème ce prof ou… ? Elle ne disait rien cependant. Elle détaillait chaque parcelle de son regard, tentant de savoir à quoi il pouvait bien penser. On disait que les yeux étaient les fenêtres de l’âme. Après, ce n’était que ce qu’on disait. Il finit par la lâcher au bout de quelques secondes de silence, et retourna à son bureau. Il prit sa mallette et la jeune fille posa ses yeux sur la guitare qui était dedans.

Ce prof jouait de la guitare ? …

Il lui proposa diverses choses pour faire passer le temps, après avoir joué quelque notes, pour ensuite aller fermer la fenêtre qui accueillait des corbeaux qui croassaient. Nury nota ce détail en mémoire. Il avait un problème avec les oiseaux. Qui étaient plus nombreux depuis son arrivé d’ailleurs. Elle ne pensait pas avoir vu de corbeau quand elle attendait.

Reportant son attention sur l’homme aux yeux céladons, elle prit de nouveau la parole en essayant de deviner lequel des deux noms étaient le sien sur ceux qu’elle avait vue sur les plaquettes.

« Je ne pense pas qu’une dissertation soit appropriée à votre matière. Cela relèverait plus de la philosophie vu le sujet qu’est l’ennuie. Ensuite, les oiseaux ont l’air d’être plus doués que moi pour vous contempler, sans vouloir vous vexer. Quant à l’entraînement pour la métamorphose… »

Elle avait oubliée que c’était lui qui était chargé de diriger ces cours. Donc, lui aussi était métamorphe. Peut-être que son problème avec les oiseaux venait de là. Quoi qu’il en soit, elle n’allait certainement pas se métamorphoser devant lui.

« Je pense que j’ai assez de temps en dehors de ces trois heures pour me préparer à l’interro de lundi prochain. »

Non, elle voulait faire autre chose. Ses yeux rouges se posaient sur la guitare, tandis qu’un sourire se dessinait sur ses lèvres. Décidément, c’était lui qui allait la supporter pendant trois heures, pas le contraire. En même temps, il était rare qu’une personne reste plus d’une heure avec elle sans la supporter. Pour la simple et bonne raison qu’elle trouvait toujours quelque chose à faire qui allait à l’encontre de ce que l’autre voudrait faire. Pourtant, le choix qu’elle faisait toujours était celui qui était le plus amusant.

Et demander à ce prof un truc auquel il ne s’attendrait sûrement pas pouvait être amusant. Juste pour voir sa tête.

« Cependant… »

Elle se leva de sa chaise, et constata que le prof devait la dépasser d’une tête et demie. Elle était certes plus petite, mais personne ne le lui remarquait. Après tout, être petite avait ses avantages. Surtout qu’elle n’était pas non plus très grosse à cause du sport qu’elle faisait. On croyait même qu’elle était anorexique quelque fois. Alors qu’elle se dépensait juste plus qu’elle ne mangeait.

Les gymnastes n’étaient pas fines pour rien.

Elle planta ses yeux dans ceux du prof, toujours en souriant.

« Vous pourriez m’apprendre à jouer de la guitare pour faire passer le temps, vu que vous aviez l’air aussi enchanté que moi à être ici. Après tout, le temps passe plus vite quand on fait des choses qui nous plaisent. »

Elle ne savait pas vraiment s’il allait accepter, mais dans le pire des cas, elle demanderait encore une fois. Car il était juste hors de question qu’elle fasse une dissertation ou autre pendant trois heures alors qu’il jouait de la guitare. Et puis, elle voulait vraiment apprendre à jouer d’un instrument. Vu qu’elle n’avait passée son enfance qu’à faire de la gym, elle n’avait jamais eu le temps de faire autre chose.

Oui, il allait vraiment devoir la supporter pendant trois heures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoenix A.
Professeur d'Anglais et Aide à la métamorphose.
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 29/12/2012
Feat. : Flippy de HTF.

MessageSujet: Re: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Mer 16 Jan - 22:11

Des petites notes qu'on joue aux inconnus, comme un chanteur perdu dans les rues. Phoenix avait toujours détesté les gens. Pour leur mépris, leurs jugements et surtout leur indifférence. Il se sentait coincé au milieu de la foule, au milieu de personnes inconnues se collant à lui, le bousculant dans l'ignorance la plus totale. Phoenix préfère de loin la solitude, au moins, elle le comprenait. Il pouvait chanter au clair de lune sans qu'un bruit incessant de pipelettes ignares viennent couvrir le son de sa voix, sans manquer de se faire écraser par des milliers de pieds. Tripotant les cordes de sa guitare, le jeune professeur attendait que la voix de son élève viennent briser les échos mélodieux qui se dégageaient de la dextérité de ses doigts musiciens.

Elle finit par répondre, comme extirpée de pensées hasardeuses. En quelques secondes, elle avait réussi à ruiner tout ses efforts pour être tranquille. Damn it. Phoenix releva les yeux, la détaillant avec froideur. « L'anglais, c'est de l'analyse de sujet. M'enfin. Comme tu n'as pas l'air d'écouter en cours... » Puis elle avait aussi parler des corbeaux. Quel était le rapport ? Il jeta un rapide coup d'oeil aux volatiles toujours à l'observer. Rien que de voir leurs pupilles noires le fixer, il en eut des sueurs froides. Il reconcentra son regard sur elle. En silence. Il continua de gratter avec ses doigts les cordes de sa guitare. Mais la tirade de la jeune fille qui suivit le cloua sur place. Elle était vraiment sérieuse … ? « T'apprendre à jouer de la guitare ? Non mais tu plaisantes j’espère. » il eut un rire moqueur. « tu crois sérieusement que je vais te laisser approcher tes doigts crasseux de ma guitare? Tu rêves éveillée gamine. »

C'la avait le mérite d'être clair. Au moins, c'était dit. Le jeune homme la toisa sans rien ajouter de plus et posa l'instrument sur le bureau, croisant les bras. Il avait froid tout à coup. Pourtant son corps tout entier bouillait. Le temps passe plus vite quand on fait des choses qui nous plaisent. Cette phrase de la part de Nury résonnait encore dans sa tête. Comme un appel au secours. Comme si elle tendait ses bras vers lui. Si ce n'était pas seulement une métaphore, il l'aurait surement repoussé. Parce qu'encore une fois, Phoenix n'aime pas les gens. Ni l'affection. Déprimé déprimant comme il avait dit une fois... un grand sourire aux lèvres, il sortit un couteau de sa poche, qu'il s'amusa à tourner dans la paume de sa main, comme si l'arme qui tenait à présent entre ses doigts n'était qu'un simple jouet qu'on offre dans les fast food, aux enfants.

Il tenait la lame coincée entre son index et son majeur, avant de la lancer dans un geste rapide en direction de Nury. L'arme de frôla même pas sa joue, se contentant de couper une petite mèche de ses cheveux. Le couteau vint se planter dans le mur. « J'ai perdu la main. » fausse modestie pour faire croire qu'il l'avait raté sans faire exprès. C'était un prof bizarre parfois. « Bon. On va trouver quoi faire. Que dirais tu de me faire un dessin ? Un très joli dessin … des moutons par exemple. » Oui, il la prenait à peine pour une gamine de maternelle mais au moins ça l'occuperait. Il traversa la pièce en sautant sur les tables pour aller récupérer le couteau dans le mur. Il le plia et le rangea à nouveau dans sa poche.

Il finit par retourner s’asseoir. Un bruit grinçant se fit entendre. Comme si une fenêtre se fissurait. Phoenix tourna la tête vers la provenance de ce son anodin et vit le bec d'un corbeau tapé dans la vitre. Il fronça les sourcils et partit ouvrir la fenêtre. L'oiseau entra en trombe dans la pièce et vint se poser sur le bras du jeune professeur. Sur son bras blessé. Il n'omis qu'un « tss. » et murmura un juron. Il se tourna vers la demoiselle, s'adossant au mur. « Maître corbeau sur un arbre perché, tenait dans son bec un fromage. Maître renard, par l'odeur alléché... » il eut un grand sourire narquois et regarda son corbeau, toujours perché sur son bandage. « Tu l'aimes pas le renard hein? » Oui, il le savait. C'était une enflure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nury R. Albin
Pauvre renard asthmatique et propriété de Phoenix. ♪
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 24/12/2012
Feat. : Flaky - Happy Trees Friends

MessageSujet: Re: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Ven 18 Jan - 10:28




Le couteau siffla près de son oreille, et elle vit une mèche de cheveux tomber. Elle la regarda, et reposa son regard sur le prof.

« Je sais que mes cheveux sont étranges ou moche ou je ne sais pas, mais ce n’est pas une raison de vouloir me les couper, je sais faire ça moi-même. »

Elle ne se les coupait qu’en été, et encore. La jeune rousse ne savait même pas à quand remontait la dernière fois qu’elle était allée chez le coiffeur. En même temps, les gens qui savaient manier des ciseaux, elle les évitait justement à cause de ça. Elle avait peur pour ses cheveux. Le prof allait récupérer son couteau en sautant sur les tables, et elle se demanda si c’était vraiment un prof. Ça ne se faisait pas de faire ça.

Surtout qu’elle l’avait entendue parler de dessins de moutons. De moutons. Pourquoi des moutons ? Ces animaux qui avaient de la laine. Rien que d’y penser, elle en eut des frissons. Elle n’aimait pas la laine, c’tait trop doux. Trop de doux tuait le doux. Nury grimaça. Beurk. C’était pour cette raison qu’elle mettait toujours du coton, jamais de polaire et jamais de laine.

Un bruit attira son attention, et elle leva les yeux sur les oiseaux qui frappaient sur la fenêtre. Il la fissura avant que le prof ne vienne ouvrir la fenêtre. Le volatile se posa sur son bras, et elle remarqua le bandage. Et parlait de la fable du corbeau et du renard.

La jeune fille ne put s’empêcher d’éclater de rire.

« Le corbeau et le renard… Aaaah cette fable ! Tellement drôle ! Je n’arrive toujours pas à m’y faire. Le corbeau qui se fait prendre son fromage d’une manière tellement… simple ! Le pauvre... N’empêche, je ne pensais pas que les corbeaux pouvaient être vaniteux ! »

Elle regarda le corbeau et eut un sourire.

« Sans mentir, si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.»

Puis elle releva la tête vers le prof, sans cesser de sourire. Il attirait les corbeaux, et venait de faire une référence sur la fable. Il se transformait en corbeau aussi ou… ? Quand elle y pensait, elle avait vue le mot Phoenix sur ses plaquettes.

« Et dessiner des moutons, je n’en vois pas l’utilité, ça ne va rien m’apprendre de plus. »

Elle haussa les épaules.

« Alors que si vous vouliez bien m’apprendre à jouer de la guitare, vous faites votre métier de prof quelque part, même si vous n’êtes pas prof de musique. Et puis, je n’ai pas dit que j’allais y toucher, vous pouvez très bien jouer les notes... »

Elle se jurait qu’elle allait le faire céder. Parce qu’elle voulait vraiment savoir jouer de cet instrument. Et elle allait finir par trouver un moyen, elle avait trois heures devant elle après tout, elle allait finir par y arriver.

La jeune fille s'approcha du professeur, et s’arrêta juste devant lui. Elle fronça les sourcils en voyant qu’il était plus grand, mais en même temps, les garçons étaient toujours plus grands que les filles. Enfin, en général.

Elle eut un sourire et s’apprêta à prendre la parole, quand elle posa ses yeux sur le corbeau. Qu’elle attrapa d’un geste vif. Tellement vif que l’oiseau n’eut pas le temps de déployer ses ailes pour s’envoler. Mais cela ne l’empêcha pas de se débattre entre les mains de la jeune fille.

« Un Phénix hein… »

Sans plus se préoccuper du prof aux cheveux vert, elle s’assit sur une table et se mit en tailleur en regardant l’oiseau. D’habitude, ces animaux étaient méfiants, et s’envolaient dès qu’ils sentaient quelqu’un approcher. Alors pourquoi lui ne s’était pas envolé au juste ?

« Apparemment, ils sont vraiment vaniteux ces corbeaux. Et les comparer à des Phénix… Ah ! Quel vil renard ! Mentir à ce point pour un fromage, c’est abusé ! »

Et elle se remit à rire. Puis, elle regarda l’homme, qui devait certainement la prendre pour une folle.

« Vous pensez que les corbeaux ressemblent à des Phénix vous ? D’ailleurs, pourquoi vous attirez les oiseaux ? Non parce que c’est la première fois que je vois un oiseau aller fissurer une vitre pour aller se poser sur quelqu’un… »

Elle pencha la tête, et le regarda, curieuse, oubliant presque l’histoire de la guitare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoenix A.
Professeur d'Anglais et Aide à la métamorphose.
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 29/12/2012
Feat. : Flippy de HTF.

MessageSujet: Re: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Mer 27 Fév - 12:49


❝ Je tourne tout dans ma tête, c'est la seule issu. Il n'y a plus personne à l'arrière, si je freine c'est foutu. 


Ses cheveux, ses cheveux... cette crinière écarlate. Elle le rendait fou, dépendant, nerveux. Tout ce carmin qui ondulait comme un renard perfide et malhonnête. Cela contrastait tellement avec son regard d'ange et son visage de poupée. Il détestait ça, vraiment. Alors oui, la première chose qu'il visa c'était ses cheveux. En même temps, il voulait lui faire peur pour qu'elle demeure tranquille, qu'elle arrête de le faire chier. Phoenix n'avait qu'une envie : qu'elle parte en courant et en pleurant, et qu'elle le laisse se morfondre dans la solitude. Mais vu le caractère bien trempé de la demoiselle, ça ne risquait pas d'arriver. Il soupira rien qu'à cette idée et ne lui répondit pas. Puis elle s'exclaffa sur la fable du corbeau et du renard. Il en était l'un des personnages. Quelle douce ironie... Elle semblait se moquer du corbeau trop vaniteux pour comprendre qu'il tombait dans un piège. Le jeune homme fronça les sourcils. « Ne te moque pas du corbeau ainsi. Ce n'est pas comme si tu étais le renard. » Et il la toisa.

Ses yeux, ses yeux... Si havanes et si doux. Et pourtant si insistants... il ne supportait pas qu'on le fixe ainsi. Nury sembla aborder le thème de la guitare. Lui apprendre? A cette folle? Et puis quoi encore. Pourtant sans qu'il le veuille, un sourire se forma sur son visage. Elle le contaminait, avec sa joie de vivre à deux balles! « Je t'ai dit que tu toucherais pas à ma guitare sale petite fouineuse ! Ni même quoi que ce soit d'autre ! Apprends déjà à me parler correctement ! » il la regarda avec un regard tellement haineux que même le corbeau sur la fenêtre s'affola. Bon, il allait trop loin, il fallait qu'il se calme. Surtout qu'il fut surpris lorsqu'elle se leva pour aller le rejoindre. Il sourit en remarquant cette différence de taille flagrante. Il posa une main sur la tête de la jeune fille. « Sale naine. » D'un geste vif, elle s'empara de l'oiseau, il écarquilla les yeux. Ce geste, si précis, celui du prédateur. Il crut voir des pattes de renard à la place de ses mains. C'était vraiment...

« Pose cet oiseau, il ne t'a rien fait. S'il te pince, ne compte pas sur moi pour t'accompagner à l'infirmerie. » Mais il s'approcha également, c'était plus fort que lui. Ça faisait boum boum dans sa poitrine. Phoenix décida alors de la rejoindre. Il avait compris désormais. Il savait. Et elle devait savoir aussi. C'était leur histoire. Cette fable avait été écrite pour eux. « Tu as gagné une bataille Nury, mais pas la guerre. » et elle devrait comprendre ce petit sous-entendu. Il attrapa son bras et de longues ailes poussèrent dans son dos. Des ailes grisâtres, noir corbeau. Il avait la capacité de se transformer partiellement. Il libéra le corbeau des mains de la rousse et la plaqua violemment contre la table. Il posa son regard froid dans les siens et lui murmura. « Et si on écrivait la suite petite idiote? » à ce moment précis, il ne valait mieux pas le provoquer car il était capable du pire. Ses ailes se mirent à s'agiter un peu sans pour autant le faire voler vu que l'une d'elle était estropiée. Il la toisa méchamment et l'immobilisa. C'était le début d'une nouvelle fable...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nury R. Albin
Pauvre renard asthmatique et propriété de Phoenix. ♪
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 24/12/2012
Feat. : Flaky - Happy Trees Friends

MessageSujet: Re: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Dim 3 Mar - 17:41


J’aurais pu m’envoler,
fendre les nuages
pour rejoindre l’espace
remplie de liberté, mais ça,
ce n’est jamais que l’irréalité.


Ses ailes… Elle en fut un instant éblouie. Des ailes grisées, des reflets sombres, elle reconnut de suite des ailes de corbeaux, mais plus grande. Plus belles encore. Elle en perdait les mots.

Elle qui n’était qu’un simple renard, enviait parfois les oiseaux de savoir voler, d’avoir accès à cette liberté qu’elle n’aura jamais, car elle était obligée de rester sur la terre. À admirer les ailes de ceux qui en avaient, regardant parfois leurs plumes tomber du ciel sur le passage vif et rapide. Aussi, le voir avec cette paire d’ailes l’émerveillait. Ainsi, il pouvait voler aussi…

Il la plaqua violemment sur la table, l’immobilisant et libérant le corbeau qui s’envolait dans la salle. Oui, il avait bien des ailes de corbeau dans le dos, et il avait un regard haineux. Il la toisait avec colère, la traitant d’idiote, et elle en fut un instant déconcertée, puis essaya de se libérer de son emprise. Seulement, il la tenait fermement, et c’était à peine si elle pouvait remuer. Elle soupira, puis le fixa.

« Pourquoi vous me regardez comme ça ? J’ai rien fait de mal encore ! Et puis, pourquoi vous m’avez plaqué sur la table comme ça, vous auriez pu me faire mal !»

Elle ne savait pas vraiment quoi dire. Parce qu’il semblait en colère contre elle, mais aussi parce qu’elle ne faisait que regarder ses ailes qui bougeaient, essayant de battre dans les airs pour sentir l’air les faire s’envoler. Seulement, son regard se posa sur ce qui semblait être une blessure, et elle eut une mine triste. Ainsi, à cause de ça, il ne pouvait plus voler…

Des paroles lui revinrent en tête, et elle eut un déclic. La fable… Le corbeau et le renard… Elle écarquilla les yeux, et le regarda. Il se transformait en corbeau certainement, et elle en renard. Quel coup du sort… Elle eut un grand sourire. Elle venait de comprendre où il venait en venir.

« Et puis, si j’ai gagnée une fois, il y a des chances pour que cela se reproduise… Les corbeaux sont plus faciles à tromper que les renards après tout, la fable même le montre… Mais après, tout peut arriver hein ! La preuve en est ! Vous me plaquez sur une table avec un air de méchant comme dans les films prêt à tuer n’importe qui, alors que normalement, ce doit être le renard qui devrait avoir le dessus ! Hahaha … Mais bon, sans vouloir changer de sujet, pourquoi vous avez une aile de blessée ? Je sais que cela ne me regarde pas, mais ne plus pouvoir voler pour quelqu’un qui se transforme en corbeau, enfin, je suppose, ce doit être dur non ? Surtout que vous avez de très jolies ailes, c’est dommage… »

Elle pencha la tête sur le côté sans se dénuer de son sourire. Elle ne pouvait plus bouger, n’arrivait qu’à remuer, et encore, donc elle ne voyait pas ce qu’elle pouvait faire d’autre que parler. Surtout qu’elle ne mentait pas du tout. Elle aurait bien aimée avoir des ailes, juste pour goûter à la joie de ne plus sentir le sol sous ses pieds. Elle avait parfois ce genre de sensation quand elle sautait sur le trampoline, mais c’était seulement pour quelques secondes. Seulement, cela ne durerait jamais que quelques secondes.

Juste quelques secondes. Lui, même avant qu’il n’eut cette blessure, avait du voler des heures et des heures, et elle l’enviait presque pour ça.

Elle se débattit encore, n’aimant pas du tout être immobilisée, et se cogna la tête sur la table sans vraiment faire attention. Elle grimaça sous le choc, et regarda le prof en fronçant les sourcils.

« Au fait, pourquoi vous m’avez plaqué sur la table ? Non parce que la raison m’échappe encore, et que du coup, je vais avoir une grosse bosse là… »

Elle fixait les yeux céladons en face d’elle, essayant en vain de deviner les pensées qui les traversaient. Elle n’avait jamais été douée pour deviner à quoi pouvait bien penser une personne qu’elle ne connaissait pas. En général, elle apprenait quand elle jouait. Mais lui n’avait pas la tête à jouer aux cartes ou autre. Et bizarrement, elle avait l’impression que ces trois heures n’étaient pas prêtes de se finir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoenix A.
Professeur d'Anglais et Aide à la métamorphose.
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 29/12/2012
Feat. : Flippy de HTF.

MessageSujet: Re: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Mer 6 Mar - 21:12


❝ I guess i kissed the girls and made them cry... those Hardfaced Queens of misadventure.


Ses lèvres, ses lèvres. Aussi pulpeuses que désirables. Aussi innocentes que corruptibles. Il la haïssait autant qu'il l'attirait. C'était un mauvais manège dont aucun des deux ne pouvait s'échapper. La plaquer à cette table de cours n'était peut-être pas la meilleure des solutions. Mais qu'y pouvait-il ? Encore une fois, elle ne put s'empêcher de contester. Elle contestait toujours de toute façon. D'une façon sarcastique et ironique il ne put s'empêcher de l'imiter. « Je n'ai rien fait de mal ! Tu n'as que cette phrase là à la bouche ? Mesure tes paroles jeunes filles. C'est considéré comme des actes. » Oui, il faisait peur avec son air de professeur en colère. « Je pourrais te punir pour ça. » et son air de militaire sadique aussi... Mais n'était-elle pas déjà en punition ? Après tout, elle était collée. Enfin avec elle, il avait plutôt l'impression que c'était lui qui subissait la punition et non l'inverse. Misère.

Sa voix, sa voix. Stridente à souhait, légèrement agaçante. Pourtant, ça la définissait. Phoenix soupira, elle parlait, encore et toujours. Sans jamais s'arrêter. S'il avait pu la bâillonner sur place, il l'aurait fait. Juste pour qu'elle la ferme une bonne fois pour toute ! Surtout que dans son laïus incompréhensible il tilta quand elle parla de son aile estropiée. Il fronça les sourcils et dans un battement sourd, les ailes se replièrent autour d'eux comme pour les cacher du monde extérieur. C'était comme un cocon ou les cheveux roux de Nury dégringolaient en cascade dans la noirceur de leur rapprochement. Avant qu'elle ne finisse totalement sa phrase, il l'embrassa, furtivement. C'était juste histoire qu'elle ne dise plus un mot et qu'enfin le silence qu'il aimait tant revint. Après quelques secondes il recula sa tête et ses ailes s'éloignèrent pour les laisser respirer à nouveau la lumière.

Il s'essuya les lèvres froidement et la toisa avant de s'écarter d'elle. « Sache que je suis professeur donc évidemment, je n'avais aucun droit de faire ça. Cependant c'était la seule façon pour qu'enfin tu la fermes. Petite idiote. » il était sincère dans ce qu'il disait. Il n'y avait là aucun amour naissant juste le frisson d'une pulsion encore trop amère à son goût. « Et ma vie privée ne te regarde pas. Sur ce, je te demanderai maintenant de te remettre à travailler. » Il était de mauvaise humeur, sa question lui avait fait remonter des souvenirs désagréables ainsi que la frustration qu'il a maintenant depuis quelques années qui désigne son incapacité actuelle à pouvoir voler. Il partit vers son bureau et rangea la guitare dans sa sacoche avant de se mettre à corriger des copies. Quelques minutes passèrent avant que, sans lâcher son regard de la feuille qu'il parsemait de rouge, lui dit : « On m'a tiré dessus. That's all. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nury R. Albin
Pauvre renard asthmatique et propriété de Phoenix. ♪
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 24/12/2012
Feat. : Flaky - Happy Trees Friends

MessageSujet: Re: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Mar 12 Mar - 16:43


Il faut juste oublier
ou ne pas y penser
sinon j’aurais une
mauvaise idée.


Elle n’aurait jamais pensée qu’il ferait ça. Et pourtant, ce contact volé était imprégné encore sur ses lèvres.

Il avait osé. Maintenant, il était à son bureau, furibond, alors qu’elle le fixait, toute rouge. Elle n’avait jamais embrassée personne, et personne ne l’avait jamais embrassée. C’était la première fois. Et c’était un prof qui l’avait fait. Pour la faire taire, simplement.

Il n’avait pas pu mettre sa main sur sa bouche en lui disant de se taire ? Elle aurait très certainement comprit aussi. Mais non. Il avait fait ça.

Il prononça une autre phrase, et elle oublia un instant.

« On vous a tiré dessus ? Pourquoi ? C’était pendant que vous étiez soldat ? Non parce qu’avec vos médailles, ça donne l’impression que vous en étiez un… »

Elle se souvint aussi du fait qu’il avait dit que sa vie privée de la regardait pas. Aussi, il n’allait certainement pas répondre à ses questions. Mais en même temps, il disait des choses vraiment intrigantes. Déjà, elle avait noté son accent quand il avait parlé anglais. Il venait peut-être d’Angleterre aussi ? Vu qu’elle venait de Londres, c’était l’une des raisons pour lesquelles elle ne suivait pas le cour. Parce qu’elle comprenait parfaitement cette langue, simplement.

« Vous êtes anglais au fait ? Parce que vous avez un accent différent des autres quand vous parlez anglais ! Enfin après je dis ça, je dis rien… »

Elle se remit debout et s’étira, ses muscles du dos lui faisant encore mal à cause du fait qu’il l’avait plaquée sur la table. Elle se remit à rougir en pensant à la suite et se sentit mal d’un coup. Elle lui tourna le dos rapidement, et s’assit sur son bureau. Sortant une boîte de sa poche, elle prit un petit comprimé et l’avala pour remettre la boîte dans sa poche. Grimaçant à cause du goût, elle soupira ensuite et frissonna.

Même s’il n’avait fait que l’embrasser pendant quelques secondes, il n’empêche qu’il fallait qu’elle fasse gaffe. Après tout, on ne savait jamais. Levant les mains vers le plafond, elle s’étira une nouvelle fois et se tourna vers lui.

« Ah mais je peux pas travailler ! Vous m’avez pas donnée d’exercice à faire ! … Vous voulez pas m’apprendre à jouer de la guitare au lieu de me donner des travaux types dessiner un mouton ? Non parce que bon, j’suis pas une gosse de maternelle… »

Elle se mit sur ses deux pieds, et regarda autour d’elle. Le corbeau qu’elle avait attrapé était sur le rebord de la fenêtre, et elle eut un sourire narquois, avant d’avancer vers le bureau du prof. Elle s’arrêta juste devant et regarda ce qu’il faisait.

« En plus, je suis sûre que ça doit vous ennuyer de corriger les copies ! Enfin, quoi qu’il y a des profs assez sadique pour remplir la feuille de rouge comme vous faites… Aaaaah ! Vous êtes un prof sadique aussi ! Shame on you ! »

En effet, elle venait de voir une feuille tellement barbouillée de rouge qu’elle ne voyait même pas l’écriture de l’élève.

L’avantage dans tout ça, c’était qu’elle avait oubliée ce qu’il avait fait, c’était déjà ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoenix A.
Professeur d'Anglais et Aide à la métamorphose.
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 29/12/2012
Feat. : Flippy de HTF.

MessageSujet: Re: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Mer 17 Avr - 20:12


❝God knows what is hiding in those weak and sunken lives; Fiery thrones of muted angels giving love but getting nothing back.


Ses courbes, ses courbes, si délicates et innocentes. C'était l’avantage d'être un professeur jeune. Il avait le corps d'un beau jeune homme et il y avait devant lui le corps d'une belle jeune fille. La ou ça devenait malsain, c'était la relation élève-professeur qui vous empêche tout autre relation. Mais nous étions bien au pensionnat Deane for Dream ou tout peux arriver. Phoenix ne se gênait pas de reluquer, il aimait détailler avec un œil curieux chaque ondulation quasi divine de son buste jusqu'à imaginer la texture lisse et douce de ses jambes pâles. Mais tout ceci se passait dans sa tête, il n'y avait que ce furtif baiser qui avait pu laisser pendant ces quelques secondes ses pensées l'atteindre. Qu'est-ce qu'elle parlait. Trop même. Et c'est justement pour ça qu'alors qu'il corrigeait ses copies, il aurait aimé l'embrasser à nouveau, pour qu'elle se taise. Une bonne fois pour toutes. « Oui, j'ai été soldat. Arrête de me poser des questions. » C'était froid et clair, mais cela ne servait à rien.

Ses joues, ses joues, si roses et pâles à la fois. Si mignonnes, si fragiles. Le jeune homme soupira, qu'est-ce qu'elle était chiante à l'interroger ainsi. Il releva la tête et croisa ses bras sur ses copies. « Tu ne me lâcheras pas n'est-ce pas ? » Phoenix lui fit un sourire en coin en la toisant à moitié. « Oui, je suis anglais. » il avait cette opiniâtreté de répondre aux questions qu'elle lui posait très clairement, sans détourner la chose ou l'amener au contraire sur quelque chose... d'autre. Il soupira en la voyant s'approcher du bureau encore et toujours. « Va t'asseoir. » il avait l'impression de parler dans le vent, oui exactement. Sauf que les syllabes avaient des ailes. Et pas lui. Quelle décadence. Enfin bref, il finit par ranger ses copies et regarda sa montre. « Encore une heure à te supporter, que pouvons nous faire qui te fasse taire une bonne fois pour toute. » il devenait vraiment à court d'idées pour la canaliser mais cela rendait l'ambiance plus exaltante. Oui, tout à fait cela.

« Moi sadique ? » Il haussa un sourcil, penaud avec une expression du genre c'est pas moi j'ai rien fait avant de se mettre à rire. « Peut-être bien en effet ! Et tu sais ce qu'il font les profs sadiques aux élèves ? » Phoenix lui souleva alors le menton, un air dément plaqué au visage et approcha sa tête de la sienne, jusqu'à ce que leurs souffles se mélangent, se fusionnent. Mais il ne l'embrassa pas. Ils devaient se contenter de ce petit suspens avant un baiser. « Hm. Tu veux t'occuper ? Raconte moi ta vie, voilà. » Il recula sa tête lentement et balança sa chaise pour qu'elle se cale contre le tableau derrière lui. Il posa ses pieds sur la table et tapota ses genoux. « Allez, viens t'asseoir. » Cela aurait pu paraître un peu pervers à première vue, si on lui aurait fait remarquer, il n'aurait pas nié. « Et moi c'est Ace. Sale renard. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nury R. Albin
Pauvre renard asthmatique et propriété de Phoenix. ♪
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 24/12/2012
Feat. : Flaky - Happy Trees Friends

MessageSujet: Re: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Sam 20 Avr - 8:49


Qui sait ce qui peut arriver
les limites ont été dépassées
maintenant une chose est clair
je ne regarderais pas en arrière.


Il avait répondu à ses questions, ce qui l’étonna un peu. Il avait bien dit lui-même qu’elle devait arrêter de le questionner sur sa vie privée, non ? Aussi, la jeune fille était surprise. Seulement, cela ne fit qu’empirer.

Car il éclata de rire face à sa dernière remarque, avant de lui prendre le menton et d’approcher dangereusement son visage du sien. Nury n’était pas habituée à ça, à ce genre de provocations. Non, elle les évitait le plus souvent possible, trouvant des excuses encore et toujours. Quand son souffle se mêlait au sien, elle sentit son cœur lui faire mal. Il était trop près, beaucoup trop près. Elle venait de prendre un calmant, mais elle avait l’impression qu’il n’agissait pas. Puis, il recula sa tête, ce qui lui permit de soupirer. Ce genre de coups ne lui plaisait pas. Il s’écarta en posant ses jambes sur la table, puis lui montra ses genoux pour qu’elle s’asseye dessus.

« Je ne m’assois pas sur les genoux des autres, mais merci quand même de la proposition, Monsieur Ace. »

Elle eut un air narquois. Il avait dit son prénom ? Pourquoi donc ? C’était aussi de la provocation ou bien... Elle pencha la tête en reposant son regard de feu sur la chaine qu’il avait autour du cou. Il avait remit ses médaille sous son haut, et elle n’avait pas le souvenir d’avoir lu un Ace. Mentait-il ? Non… Enfin elle ne pensait pas. Il n’y avait pas d’intérêt à mentir là-dessus. Alors elle haussa les épaules. Il voulait qu’elle parle d’elle ? Pourtant, elle aurait juré qu’il en avait marre de l’écouter.

« Vous connaissez déjà mon nom je suppose. Je suis anglaise aussi, je viens de Londres. C’est pour ça que je ne suis presque jamais le cours d’anglais. »

Elle releva son regard pour le planter dans ses yeux vert. Son sourire s’agrandit, montrant qu’elle préparait un coup. Elle ne voulait pas parler de sa vie, elle n’avait rien de spécial. Non, Nury n’était pas spécial. Elle était comme toutes les autres dans ce pensionnat. Nury préférait écouter les autres, leur donner des conseils et autre plutôt que de parler de sa vie si simple. On pourrait croire qu’elle avait eut une vie mouvementée à cause de son caractère, mais non. Elle avait juste passée sa vie à combattre cette maladie en faisant du sport pour solidifier sa santé, et avait pour cela intégrée un club de gymnastique. On pouvait croire que sa souplesse venait de son côté renard, mais non. Tout était dans son entrainement de gym. Et elle avait été plutôt douée.

Rapidement, sa main prit le manche de la guitare, qu’il avait posé plus tôt sur le bureau, et elle fila à travers la classe. La jeune fille s’assit sur un bureau dans le fond, se mit en tailleur, et regarda la guitare.

« Vous avez une jolie guitare ! On voit que vous en prenez soin ! Enfin, je ne m’y connais pas, mais je suppose que, vu qu’elle est propre, vous en prenez soin non ? Personnellement, je préfère que vous m’appreniez à jouer plutôt que je parle de ma vie, elle n’a rien de bien intéressante ! Tout est dans mon dossier scolaire, donc si vous voulez vraiment la connaître, vous n’avez qu’à le lire ! »

Elle eut un sourire malicieux, alors qu’elle fronçait les sourcils en essayant de se rappeler les notes qu’il avait jouées. Elle posa ses longs doigts sur les cordes, appuya légèrement et gratta, un peu comme elle l’avait vu faire. La note sonna bizarrement, mais elle ne semblait pas fausse. Enfin, elle ressemblait à ce qu’elle avait entendue.

« Et je ne suis pas un sale renard ! »

Elle fit la moue et le fixa. Il n’allait certainement pas aimer qu’elle ai prise sa guitare, mais elle voulait apprendre. Et ferait tout pour qu’il cède. Enfin tout… Presque tout. Parce que ce prof semblait vraiment étrange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoenix A.
Professeur d'Anglais et Aide à la métamorphose.
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 29/12/2012
Feat. : Flippy de HTF.

MessageSujet: Re: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Lun 22 Avr - 21:18




Ses mouvements, ses ondulations, son corps si frêle mais si désirable. Et sa petite frimousse arrogante, Phoenix adorait ce genre de détail chez une femme. Car, oui il ne se contentait pas de la fixer comme un professeur, mais bien comme un homme. Quand il était encore prisonnier du réseau de prostitution, c'était ainsi qu'on lui apprenait à regarder les gens. Il n'avait pas perdu cette malheureuse habitude. On lui avait enseigné les détails à remarquer chez une femme. Ses rondeurs, ses courbes, ses mimiques, son rouge à lèvres et même ses vêtements. Le corps d'une femme en dit long sur ce qu'elle aime et ressent. Il avait apprit à lire sur le corps humain, un drôle de don qui était devenu plus un réflexe avec le temps. Phoenix fronça les sourcils quand elle refusa soudainement de venir s'asseoir sur ses genoux. « Bien. » il se redressa alors pour se rapprocher du bureau.

Mais pourquoi donc avait-il demandé à l'adolescente de parler de sa vie ? Il était d'humeur masochiste ou quoi ? Mais contre toute attente, elle ne fit que dévoiler très peu de choses. Alors comme ça, elle était anglaise ? Phoenix fronça les sourcils. « Ton absentéisme ne devrait pas être justifiable. Tu me feras le plaisir de venir quand même. » il trouvait toujours des excuses. Celle là en était une. En fait, il aurait bien aimé la voir plus souvent cette petite idiote qui lui souriait. « Je dois avouer que ton niveau en anglais et pas mal. Mais encore heureux. » Puis Nury, d'un geste vif et ordonné s'empara de sa guitare pour filer à travers la salle de classe. Il écarquilla les yeux, d'habitude serein et fronça les sourcils, mauvais. « Qu'est-ce que... » il se leva d'un coup, posant ses mains sur son bureau d'un air sévère. « Rends moi ça immédiatement ! »

Il se leva derechef et alla vers elle, dans un élan de colère, il se saisit de ses cheveux et la souleva, le regard dur. « Qui t'a permis de toucher à cette guitare ?! » Il reprit l'instrument et la poussa violemment en arrière pour qu'elle tombe de la table et s'écrase par terre. Essoufflé par ce mouvement de colère, il reprit sa respiration pour se calmer. « Merde. » il laissa tomber la guitare au sol et celle-ci se fracassa sur le sol. Il n'y fit pas attention et courut vers la demoiselle aux épis carmins pour la soulever, la prenant dans ses bras et la serrant contre son torse. « Pardonne moi. » était-il sincère ? Au point de ne pas s'occuper de cette guitare qui gisait sur le sol, en miette, oui. Phoenix y jeta un œil, serrant toujours la jeune fille comme une princesse... ses yeux devinrent humides, il eut envie de pleurer. C'était la première fois qu'il en ressentait le besoin depuis des années. Car c'était un homme, un vrai, un dur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nury R. Albin
Pauvre renard asthmatique et propriété de Phoenix. ♪
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 24/12/2012
Feat. : Flaky - Happy Trees Friends

MessageSujet: Re: Les heures de colles, ou comment ennuyer son prof ♣ Phoenix. [Finiii]   Mar 23 Avr - 18:35


Les heures de colle, ou comment ennuyer son prof.



Amères et remplies de
sentiments, coupables et brillantes
elles coulent doucement
les larmes.