« Ifreann. Dawel. Quel clan choisirez vous ? Bienvenue au pensionnat Deane, là où les rêves ne sont qu'utopiques … ♪ »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ❝ Under the moonlight. [Pv Jéremiah.] [Fini]

Aller en bas 
AuteurMessage
Laëstiel C. Onaë
Peste au grand cœur, masochiste et droguée à la Seth-attitude. ♥
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 30/11/2012
Feat. : Souryuu Asuka Langley de Neon Genesis Evangelion.

MessageSujet: ❝ Under the moonlight. [Pv Jéremiah.] [Fini]   Ven 14 Déc - 19:02

❝ Under the moonlight.


Change your heart;
Look around you;
Change your heart;
It will astound you;
I need your lovin' ~
Like the sunshine …



Un sursaut. Laëstiel ouvre les yeux pendant la nuit. La lumière de la lune éclaire sa chambre... Prises de spasmes encore réguliers, la demoiselle tourne et retourne dans ses draps... une goutte de sueur dessine la cambrure de ses reins. Impossible de fermer l’œil. Impossible de tendre les bras vers la porte des songes. La fatigue est pourtant toujours en train de la ronger mais le sommeil semble l'avoir abandonné. Soupirant un bon coup pour se calmer, elle tente de se rappeler la cause de ce réveil précipité, et de cette situation respiratoire mouvementé. Peut-être juste un mauvais rêve qui sait ?

Un sourire. Laëstiel s'extirpe de son lit dans un étirement félin. Elle entend la chouette qui hulule sur la branche près de sa fenêtre. Elle enfile lentement son collant, remontant jusqu'à ses cuisses... puis enfile en vitesse sa jupe plissée, sa chemise, sa cravate, une écharpe beige et sa veste. Elle regarde ses gants posés sur la table de nuit et grimace légèrement. Puis l’enthousiasme revient quand elle se rappelle qu'il fait froid dehors. Elle les enfile donc sans broncher. A pas de loup, elle ouvre la porte de sa chambre et balaye le couloir de ses prunelles lapis-lazuli. Aucun souci, la voie est libre.

Une démarche. Laëstiel se fait discrète. Ce n'est pas comme si d'habitude on la confondait avec un éléphant. Elle se retient de fredonner un air de musique. Miracle. Elle sort du pensionnat en courant, s'enfonçant dans les sombres ténèbres de la forêt aux murmures. Marchant silencieusement, elle sort son portable de sa poche pour regarder l'heure. Un horaire indécent dont je ne vous communiquerai aucun chiffre! Une étendue d'eau attire ses yeux d'azur et une odeur vaseuse picote ses narines. Souffrance. Elle sort un petit peu de parfum de son autre poche et s'entoure d'une fragrance délectable.

Un rêve. Laëstiel est assise au bord de l'eau, scrutant la brume à l'horizon. Cet endroit fait peur mais tant qu'elle n'est pas coincé à la surface de cette étendue liquide, tout va bien. Attrapant un bout de bois, elle joue avec. Que faut-il faire pour rejoindre Morphée ? Vaincre l'ennui et avaler une bouffée d'air frais, par la même occasion. Le temps passe, il s'écoule, comme un monstre dévoreur de « tic tac », comme des aiguilles soumises à la passion, à l'impatience, à l'indigestion. Presque un petit bout de temps qui s'est enfuie maintenant. Il serait peut-être temps de rentrer. Tes yeux se ferment gamine.


Dernière édition par Laëstiel C. Onaë le Dim 16 Déc - 9:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jéremiah Noctiluca
« Élève de la classe Mars. »
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 04/12/2012
Feat. : Green from Pokémon

MessageSujet: Re: ❝ Under the moonlight. [Pv Jéremiah.] [Fini]   Ven 14 Déc - 20:06

On gémit. On souffre. On agonise. Les jambes nous brûlent. Regarde–les, elles sont rouges. Elles s’enflamment. Fondent-elles ? On s’extirpe de la baignoire. Cette eau, elle nous démange. Les deux mains sur le bord, les gouttes tombent. On suffoque. Notre respiration se brise. On tombe au sol. La mélodie de la douleur résonne dans la chambre. Le filtrage de l’eau a dû lâcher. Peu importe, pour l’instant, il faut se déplacer. Nous gémissons à nouveau en rampant jusqu’à la porte. On s’appuie et on se relève. Nos jambes frêles et faibles sont encore en état de marche. On ouvre la porte et on se retrouve au milieu d’un grand corridor vide.


On regarde autour de nous, dans l’espoir d’un peu d’aide peut-être ? Malheureusement, nous sommes seuls et on libère un souffle profond. Il nous faudra des forces pour réussir. On se désole, quelle misérable situation, si nous avions été plus prudents comme à notre habitude. On avance encore. Encore quelques pas. Nous sommes finalement devant le bâtiment, la nuit est dense. On s’écroule, impuissant face à l’attraction terrestre. On rampe. Nous nous accrochons à un banc pour se relever à nouveau. On s’assied quelques secondes quand on voit cette jeune femme passer en courant. Peut-être qu’elle nous aidera ?


On s’engage à sa poursuite. Doucement, nos pas faiblissent. Pourquoi la gravité est-elle si forte sur nos épaules ? Nous fatiguons. On retombe à quelques reprises après avoir tenté des pas plus poussés. Où s’en est-elle allée ? On ne la voit plus. Il nous faut la retrouver. On titube d’arbre en arbre pour reprendre des forces après des mètres largement mérités. Nous arrivons alors auprès d’un lac. Il est sombre et la brume le recouvre. C’est en voulant s’y abreuver que nous plongeons accidentellement dans l’eau trouble. On perd connaissance, on prend alors forme animale. Nos habits nous échappent et nous coulons. Cette eau, qu’elle est bonne. On s’y ressource parfaitement, une hydratation parfaite bien qu’il manque ce petit côté salé de la mer. La température est idéale même pour l’hiver. Le courant nous transporte rapidement. Les ondes à la surface de l’eau d’un caillou nous réveille. On a presque récupéré. Finalement, la fille ne nous aura pas aidés. On s’approche de la surface. Jéremiah, nous sommes la version bestiale de nous-mêmes, soit prudent. On reconnait cette fille, c’était-elle qui s’était empressée de fuir dans ces bois. Nous reprenons une apparence normale. Visage légèrement hors de l’eau, on lui lance quelques mots :


« Tu fais quoi ici en pleine nuit ? »


Notre nudité ne nous a jamais dérangés. L’eau est froide mais bonne pour un animal marin. Nous sommes encore un peu faibles mais, nos mots sont fermes. La vigueur de nos jambes reprend toujours un peu mieux de sa force. On s’étend dans ce liquide dont nous sommes faits de 60 à 98 % d’eau (en forme bestiale). Que nous sommes biens !


Dernière édition par Jéremiah Noctiluca le Sam 15 Déc - 12:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laëstiel C. Onaë
Peste au grand cœur, masochiste et droguée à la Seth-attitude. ♥
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 30/11/2012
Feat. : Souryuu Asuka Langley de Neon Genesis Evangelion.

MessageSujet: Re: ❝ Under the moonlight. [Pv Jéremiah.] [Fini]   Ven 14 Déc - 22:00


❝ Tu m'fais rêver, bouffon.





Une mélodie. Celle de ses cheveux qui virvoltent au vent. Il fait froid et elle commence à fermer les yeux. Laëstiel se demande alors pourquoi elle aime tant cet endroit. Peut-être la solitude, qui sait ? L'absence de frustration. L'évasion. La solution. C'est alors que des bruits de pas viennent pimenter la symphonie... et des vagues à la surface de l'eau attire son attention. Recroquevillée sur elle même, elle arrête de respirer. Qu'elle était alors cette turbulance ? Qui venait troubler son havre de paix ? Le vent se lève, les arbres grondent, les feuilles chantent et un visage se dessine dans la profondeur du lac.

Un cri. Laëstiel hurle de peur. Qui est cet inconnu qui émerge du fond des ténèbres. La jeune femme recule, encore sous le choc de ce qui vient tout juste de débouler de nul part. Elle se recroqueville sur elle même, mettant ses bras sur sa tête, comme pour se protéger. Puis ouvre un œil pour le scruter quand même... « Moi … ? » Un simple murmure. Puis, étrangement, elle déplie ses bras et se tourne vers l'inconnu en silence. Il avait les yeux aussi bleu que l'océan et des cheveux aussi brun que … de la terre. Elle sourcille, et se questionne intérieurement. What the fuck ?

Un rougissement. Laëstiel croise d'abord les bras, faisant la fière. « Comment ça, ce que je fais là ? Je fais ce que je veux. Et on va dire que c'est juste un problème d'insomnie. » puis affiche sa mine d'enfant dégoutée. « et toi … tu fais quoi … les deux pieds dans la vase ? C'est dégoutant ! Et tu vas tomber malade ! » Laëstiel et ses leçons de morale, c'est tout elle … Elle s'empourpra légèrement à la simple vue de sa nudité. « Eh oh ! Ça suffit gros pervers ! Qu'est-ce tu fous à poil dans ce lac ?! » Vraiment … What the fuck quoi.

Une nuit qui semble mouvementée … ce n'était pas vraiment la soirée idéale mais on va dire qu'elle suffisait à la tenir éveillée. Elle enlève sa veste et … détournant le regard, la tourne vers son camarade. « J'sais pas qui t'es, ni ce que t'es, mais mets ça sur ton dos ! Et vite ! » Laëstiel et ses ordres. Encore son portrait craché. Elle se lève délicatement et se met dos à lui, croisant les bras pour ne pas regarder. La demoiselle hésite à le harceler de questions mais la fatigue lui vole la parole. Elle attend simplement qu'il daigne se rhabiller qu'elle puisse lui parler sans avoir l'air de vouloir se déguiser en super tomate.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jéremiah Noctiluca
« Élève de la classe Mars. »
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 04/12/2012
Feat. : Green from Pokémon

MessageSujet: Re: ❝ Under the moonlight. [Pv Jéremiah.] [Fini]   Sam 15 Déc - 12:42

Nous nous amusions de voir sa frayeur. On était sale, presque hideux, il était vrai qu’on avait l’air d’une bête monstrueuse. On pouvait lui accorder l’émoi qu’elle avait ressenti. On s’approchait du bord pour que nos pieds puissent atteindre la vase enfouie sous l’eau. Nos jambes, fraîches, semblaient avoir récupéré de leur tonicité. Au fur et à mesure que nous avancions, la forme de notre corps dévêtu se faisait plus imposante dans la brume. On ne répondit pas immédiatement, la fatigue obligeait notre cerveau à prendre un temps de réflexion. Puis, calmement, on expliqua notre situation très brièvement :

« En effet. Je suis nu ! Je suis tombé dans l’eau et puis, j’ai jeté mes vêtements. Mais j’ai pas fait exprès aussi ! »


On s’approcha du bord et elle nous tendit un vêtement. C’était trop peu. On essayait de l’enfilait, mais les coutures menaçaient de craquer à tout instant. Nos muscles saillants étaient trop imposants pour le petit habit. On s’en contenta. Bientôt, nous nous dirigeâmes vers un arbre duquel l’écorce abîmé pendait tristement. On arracha la plaque de l’arbre. On se couvrit le bassin avec l’objet. La jeune femme semblait être perturbée à sa vue. On se retournait et engageait la conversation dans une posture plus adéquate :

« Donc tu n’arrives pas à dormir ? Pourquoi ? »


La demoiselle nous avait guidés jusqu’ici, on avait une dette envers elle à présent. Pourquoi n’essaierions nous pas de l’occuper dans son insomnie ? On s’asseyait alors, les fesses nues à même le sol. Notre regard se perdait en direction du lac. Il était beaucoup plus confortable, lui. On jeta un regard vers elle, encore debout, dos à nous. Elle pouvait s’asseoir si elle le souhaitait. Sans dire un mot, on tapotait la terre dur à nos côté pour lui indiquer que nous étions prêts.

« Nous sommes en pleine nuit. Tu devrais éviter de crier comme cela. Tu pourrais déranger des bêtes dans la forêt ou alors on croirait que je suis un pervers psychopathe qui t’agresse … Elle est belle, hein ? Elle a toujours eu un effet apaisant sur moi. Sa présence me rassure. » Disions-nous en observant le reflet de la Lune sur le lac.


On regardait alors nos jambes. Elles étaient encore rouges. Elles n’avaient pas été suffisamment à l’eau, il faudra y retourner bientôt pour nous soigner. Et puis, nous n’étions pas à son contact depuis 10 bonnes minutes déjà. Nous tremblions, notre dépendance à l’eau se faisait ressentir. Quelle vie complexe nous menons. Impossible de se passer d’eau plus d’une demi-heure. Vivre animal comme un homme est tâche ardue surtout dans un nouvel environnement comme celui-ci. Nous n’étions que depuis … une semaine tout au plus. Finalement, on souriait face à l’étendue d’eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laëstiel C. Onaë
Peste au grand cœur, masochiste et droguée à la Seth-attitude. ♥
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 30/11/2012
Feat. : Souryuu Asuka Langley de Neon Genesis Evangelion.

MessageSujet: Re: ❝ Under the moonlight. [Pv Jéremiah.] [Fini]   Sam 15 Déc - 14:27

❝ Pourquoi tu cherches à m'aider ?



Un soupire. Qu'avait t-elle ? Pourquoi ce jeune garçon lui inspirait confiance ? Il était mignon certes. Il avait l'air d'un idiot aussi. Toujours dos à lui le temps qu'il arrive à trouver quelque chose pour cacher sa bête, la demoiselle tapait du pied, agacée d'impatience. Elle entendait des bruits bizarres derrière elle. C'était très curieux. Elle attendit patiemment qu'il se dise présentable. Pendant qu'il faisait je-ne-sais-quoi, Laëstiel observait le chemin tortueux et boueux par lequel elle était arrivée, ainsi que la forêt noire qui le bordait. Elle crut apercevoir des ombres se glissant habilement entre les arbres. Plissant les yeux pour mieux voir, elle entendit la main de l'inconnu tapotant le sol. Elle se retourna d'un mouvement saccadé.

Un éclat de rire cristallin.
La demoiselle se tordit d'un rire sincère en apercevant le jeune homme tout nu, les fesses incrustée dans la terre humide, une simple branche cachant l'indécence. Elle rougit un peu en souriant. « J'y crois pas... t'es qui toi ? » c'était peut-être un peu direct mais bon. Il avait l'air marrant. Dans une position plus qu'alarmante pour sa santé mentale que drôle, il lui demanda vivement pourquoi elle n'arrivait pas à dormir. Elle ouvrit la bouche, interloquée. « Euh... » bonne question. « Je ne sais pas. Je me suis réveillée en stress, impossible de refermer l’œil. Donc j'suis venu prendre l'air. Et toi, pourquoi t'es pas dans ton lit gamin ? »

Une lumière lunaire. C'est vrai qu'elle était belle la lune. Si grande, si dominante, si … hypnotisante ? Mais cela restait un astre mort dans le ciel. Ça restait la lune... quoi. Le regardant dans les yeux, Laëstiel le dévisagea et répondit à son laïus. « La lune est belle cette nuit, oui. Quand au fait que je crie, je crie si je veux. Grr. » Sale caractère bonsoir. La jeune femme se rassit sur la serviette qu'elle avait posé au sol, pour ne pas salir sa jupe. Elle n'aurait pas le temps de la laver demain matin avant d'aller en cours. Le silence régnait quelques secondes, ce qui la mit mal à l'aise.

Du mouvement à l'horizon. C'était étrange. C'était maintenant dans la brume que des ombres étranges se dessinaient. Là, Laëstiel commençait déjà à flipper sa race. Elle se retourna vers son nouveau compagnon. « Euh... tu vois pas des choses bizarres là-bas? On ferait peut-être mieux de partir... il paraît que c'est pas très prudent ici... enfin t'es un homme toi. T'as intérêt à protéger une jeune fille délicate comme moi s'il y a un problème... » Dit-elle, claquant des dents. Oui, un service si gentiment demandé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jéremiah Noctiluca
« Élève de la classe Mars. »
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 04/12/2012
Feat. : Green from Pokémon

MessageSujet: Re: ❝ Under the moonlight. [Pv Jéremiah.] [Fini]   Sam 15 Déc - 15:16

Nous nous effarons de la suspicion de la jeune fille. Visiblement, elle a de sérieux problème de confiance. Pourquoi mentirait-on ? On la regarde, l’air inquiet, s’asseoir à nos côtés. Peut-être que pourrions-nous la rassurer ? Nous avons l’impression que son comportement envers nous est plus comme de la méfiance qu’une simple discussion. Après tout, on est des Dawel comme elle, pourquoi lui voudrait-on du mal ? Mince. C’est vrai, elle ne le sait pas. Nous, on l’a vu sortir du bâtiment, mais pas elle. Alors, dans l’objectif de rassurer la frêle gamine, on se confit, on lui conte l’histoire d’une vie … Mais sûrement pas la nôtre, après tout, elle reste une inconnue. Dans le mensonge, ce qui importe, c’est de garder une base de vérité.

« C’est marrant. Où que j’aille on ne m’a jamais cru quand je disais la vérité. Père était un tel abruti. Quand j’ai appris à cet homme que j’étais devenu un vampire, il ne m’a pas cru. D’ailleurs, il me semble que quand il a été obligé de le croire, il n’eut plus voulu de moi. »


Nous soupirons enfin, comme si nous venions à l’instant de lui raconter un secret qui nous pesait lourd sur la conscience. Il n’en est rien. On apprécie cette enfant, mais chaque personne doit conserver ses mystères, surtout quand les siens ont une connotation si ridicule. Et elle nous mentait sûrement aussi, il y avait bien une raison pour laquelle elle ne pouvait se résoudre à dormir. Nous sommes persuadés qu’elle ne veut pas nous confier son désarroi, mais c’est un choix qui se respecte, après tout, on ne la connaît pas et réciproquement. Toujours sur un ton très calme, nous discutons :

« T’as vraiment un caractère de merde. Je t’ai juste demandé d’éviter de crier, pas de me construire un château. Tu pourrais faire un effort, c’est aussi dans ton intérêt. »


On joue avec ses mains sur le sol. Nous grattons la terre, nous brisons des brindilles et arrachons des brins d’herbes dispersés ici et là autour de nous. On les sent. Ils sont sûrement là dans l’ombre à nous épier. Les regards sont omniprésents et les variations de la vitesse de l’air nous indiquent leur passage. Quand on est une bête, on sait s’imprégner de l’environnement. Nous, c’est surtout les ondes, qu’elles soient sous l’eau ou sur terre, on les sent vibrer, mais beaucoup plus difficilement. Les humains classiques réussiraient eux aussi s’ils faisaient attention. On sait qu’ils sont là depuis longtemps. La jeune fille a peur. Bien sûr qu’il y a des choses bizarres. Nous grognons légèrement « Mmff ». On ne laisserait pas une mioche se faire démonter.
On se lève et on laisse tomber l’écorce. Métaphoriquement, cela pourrait dire de nous que nous révélons notre véritable nature n’est-ce pas ? On prend le bout de tissus autour de nous que l’on attache autour de notre bassin. Elle le brûlera sûrement en rentrant maintenant. Et face à un arbre, on murmure :

« Sors l’Ifreann. Je sais que t’es là. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laëstiel C. Onaë
Peste au grand cœur, masochiste et droguée à la Seth-attitude. ♥
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 30/11/2012
Feat. : Souryuu Asuka Langley de Neon Genesis Evangelion.

MessageSujet: Re: ❝ Under the moonlight. [Pv Jéremiah.] [Fini]   Sam 15 Déc - 20:58


❝ La peur n'est que le fruit de nos fantasmes.



Un choc. Qu'est-ce qu'il racontait ? Un vampire ? Son air liberé l'horrifia. Ébetée, elle avala sa salive sans rien dire. Il n'avait pourtant pas l'air pâle et les vampires évitaient l'eau... Ok, c'était un gros menteur. Elle soupira et rétorqua. « Ouai, passionnant. Par contre, ta vie elle est cool mais tu vois je t'ai demandé ton nom. Moi c'est Laëstiel. » Voilà. Au moins elle était polie elle. Il semblait mystérieux comme garçon. Mais en même temps, c'est comme s'il ne voulait pas lui délivrer ses secrets. Pourtant, s'il n'y avait que le corps, elle le connaissait sous toutes les coutures pour avoir eu la délicatesse de l'admirer.

Un sursaut.
Les bruits recommencent de plus belle. Laëstiel se lève, ignorant complétement la remarque méchant de son compagnon et recule légèrement d'un pas ou deux. Il ne semblait pas trop s'en préoccuper, jouant avec des brindilles. Laëstiel soupira et ne lâcha pas l'inconnu du regard. Dans un mouvement classieux, il se leva et lui tourna le dos. Il semblait fixer un arbre à la lisière des bois. Ça lui faisait encore plus flipper. Surtout en entendant Ifreann. Ce serait eux qui viendraient foutre le brin ? Et s'il n'avait pas été là ? Que serait-elle devenue ? Elle se mit à côté de lui. « Si ce sont eux, je vais leur mettre une raclée qu'ils ne sont pas prêt d'oublier ! »

Un retournement de situation. Des chuchotements irréguliers d'un côté. Des respirations saccadées de l'autre. Et toujours cette lune dans le ciel. Et toujours cette brume. Et toujours cette ambiance lugubre et macabre autour du lac. Puis ce fut le silence. « Bon... On fait quoi ? Moi j'dis on se tire dare dare... et en vitesse ! » pourtant ses jambes ne semblaient pas lui obéir. Trois garçons sortent de derrière les arbres, souriant jusqu'aux dents. Les enfoirés. Laëstiel se cacha derrière son compagnon. « Protège moi ! » Jeune demoiselle en détresse bonsoir.

La peur au ventre. Triste symphonie, macabre danse. Les démons sont là, prêt à faire du mal. Prêt à leur faire du mal. Laëstiel se recroqueville sur elle même, fermant ses yeux azur sur les ténèbres de la peur. Mais est-ce vraiment de l'effroi ? Ou seulement de la crainte. Elle veut prendre la main de celui qui semble vouloir la protéger mais elle se résigne. Quand elle ouvre alors ses délicates paupières pour observer la scène, les trois garnements partent en courant. Et le lac semble le véritable ennemi. Une montagne d'eau s'est élevé, presque en dessous de la lune. Un spectacle cyclopéen qui la pétrifia totalement. Surtout quand un rire vint l'achever dans un dernier souffle. Sans réfléchir, elle attrapa le bras de son partenaire sans réflechir, son gant le protégeant de son pouvoir et le tira vers le chemin tortueux. « On s'en va ! Cours ! Même si t'es bizarre, je veux pas que tu meurs ! » Les joues gonflées et rougies par les conneries qu'elle débitait par secondes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jéremiah Noctiluca
« Élève de la classe Mars. »
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 04/12/2012
Feat. : Green from Pokémon

MessageSujet: Re: ❝ Under the moonlight. [Pv Jéremiah.] [Fini]   Sam 15 Déc - 23:31

On les avait ressentis mais, ils n’étaient plus là à présent. Maintenant, nous courons. On regardait derrière nous pendant que nos jambes suivaient la frénétique cadence. Comme une danse endiablée entre deux forces, à la fois attiré par la curiosité et emmené par Laëstiel. Les gouttelettes de la curiosité retombaient en pluie docile. Les deux imbéciles étaient partis. Tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes, on s’échappait sans égratignures. Soudain, on la ressent. La douleur, mais qu’elle est intense ! La blessure n’est pas complètement remise et si nous n’avions pas cette capacité de régénération plus poussée, sûrement que nous n’aurions même pas pu commencer la course. On insiste. On s’efforce. Encore un peu. Bien, nous sommes hors de portée.


Toujours dans ces bois qui entourent le lac, nous ralentissons. Plus aucun danger à l’horizon. Nos jambes douloureuses nous forcent à nous appuyer sur l’épaule de la jeune fille. On pèse, on la ralentit comme un boulet à son prisonnier. On s’écarte et on se pose contre un arbre. Deux secondes, le temps de reprendre notre souffle, d’alléger la peine de nos cuisses. Et nous sommes repartis, le mouvement frénétique d’arbre en arbre reprends. On n’est pas des boulets après tout. On se débrouillera seul. Bientôt, nous retrouvons le chemin de l’orée. Et les bâtiments des dortoirs sont alors visibles depuis notre emplacement.

« Suis-moi. A toi d’obéir maintenant. »


Nous ne vérifions pas si elle nous suit. Si elle veut venir, tant mieux, sinon, on se passera d’elle. Mais puisqu’elle nous a sûrement sauvés, autant faire preuve de gratitude et de lui offrir quelque chose à boire. Nous arrivons devant notre bâtiment, celui des métamorphes. Après un léger coup d’œil, quelques minutes plus tard, elle est là, un peu à la traine. Nos jambes sont encore douloureuses mais, la souffrance est bien moins affirmée qu’auparavant. On passe alors sous les néons blancs des couloirs. Leur lumière sans vie nous procure un teint blafard, au bord de la maladie. On arrive alors devant une porte. Notre porte. On l’ouvre, délicatement. Nous ne pouvons éviter du regard le large bassin aménagé qui recouvre un tiers de la large pièce. L’insondable profondeur donne cet aspect dangereux à ce microclimat houleux. Nous vérifions alors le filtre. Ce dernier s’est remis en marche. Sans attendre, encore vêtu des habits de la gamine, nous sautons à l’eau. Notre nudité n’est dorénavant plus visible. Nous soupirons de soulagement, cette eau est parfaite pour une cicatrisation encore plus rapide de la blessure.

« Donc moi, c’est Jéremiah. Tu veux une boisson ? Il y en a dans le petit réfrigérateur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ❝ Under the moonlight. [Pv Jéremiah.] [Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 
❝ Under the moonlight. [Pv Jéremiah.] [Fini]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« — Deane For Dream » ::  :: Archives ; :: RPs terminés-
Sauter vers: