« Ifreann. Dawel. Quel clan choisirez vous ? Bienvenue au pensionnat Deane, là où les rêves ne sont qu'utopiques … ♪ »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Nobody's perfect, you say? » ▬ Eryne O. Saddler

Aller en bas 
AuteurMessage
Eden M. Kennedy
« Élève de la classe Saturn. »
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 25/04/2013

MessageSujet: « Nobody's perfect, you say? » ▬ Eryne O. Saddler   Ven 10 Mai - 18:53


I'M NOT HUMAN
It is only a dream. An imaginary world

Que faisait-elle ici? Cette poupée aux cheveux blonds clair qui ondulaient sur chaque côtés de ces épaules. Il était dix neuf heures à sa montre, elle ne savait pas où aller, ni où marcher. Elle voulait profiter des instants de tranquillités qui s'offraient à elle, ils étaient tous, bien rares en cette période. Elle n'était pas une fille facile, elle n'aimait pas vraiment la compagnie des autres, disons qu'elle se contentait de parler à ceux qui lui inspirait une confiance apte à ses besoins. Et alors que ses pas résonnaient froidement dans les couloirs du bâtiments des Ifreanns, elle se dirigeait toujours un peu plus loin, profitant de ces couloirs comme lieu de recueillement. Ici, il n'y avait jamais personne. C'était sombre et humide, il y régnait une étrange atmosphère. Comme poussée par ses pensées, c'est ici, dans ces couloirs sans vie qu'elle s'aventurait donc aujourd'hui. Ne me demandez pas à quoi elle réfléchissait, ses pensées sont toutes aussi désorientées les unes que les autres. Comme d'habitude, elle se tenait droite, digne d'une jeune femme bien élevée. Elle portait toujours ses tenues extravagantes et tape à l'oeil mais personne n'était là pour remarquer ses accoutrements. Elle était comme ça la blonde, excentrique. Tandis que du haut de ses un mètre soixante six, elle regardait droit devant elle. Elle aperçu une fenêtre qui éclairait les derniers rayons du soleil à travers le reflet de la vitre. Ses jambes se stoppèrent instinctivement, pendant que son regard longeait le paysage qui s'offrait à ses yeux. Elle ressentait une chaleur remonter peu à peu son corps, de ses pieds jusqu'à sa poitrine ou s'y forgeait un sentiment de béatitude et de calme devant ce tableau rayonnant. Le ciel partait dans les couleurs pastels, orange ou bien rose, elles se mélangeait dans une parfaite symphonie, laissant les arbres se balancer au gré du vent, laissant quelques trous de lumières aveugler les yeux bleus de la jeune femme aux airs de poupée. Un sourire, un seul sourire presque sincère se dessina alors sur ses lèvres, refoulant ces sentiments qu'elle sentais apparaître au creux de ses entrailles, ravivant de nouvelles sensations. Elle les fit éteindre, comme la bougie qui venait de se prendre le vent en plein visage. Elle croisa les jambes, puis sortit un petit carnet qu'elle plaça entre ses doigts. Elle prit à la suite un stylo, dos au mur, elle écrivit des mots qui lui passaient par la tête en premier. Elle analysait son comportement vis à vis de nouvelles sensations qui lui était encore inconnues. Elle n'était qu'une enfant, elle découvrait le monde, à sa façon. Les sentiments, les émotions. Pour elle, ce n'était qu'une pure invention pour nous faire sentir faible, sans ambition.
Une fois cela fait, elle releva la tête vers ses écrits et murmura les mots à voix haute, comme pour mémoriser un cours qu'elle venait d'apprendre. Ses lèvres s'entre ouvrirent, puis bougèrent enfin, dans un murmure suave au milieu de ce couloir angoissant.

« Chaleur. Frisson. Iréel. Joyeux. Nostalgique. Rêves. Déséquilibre. Renversement. Fin. Passé? »

Ses yeux marquèrent une pause sur le papier blanc, tandis qu'elle relisait plusieurs fois les mots elle ne comprit pas le sens du dernier. La chaleur était le symbole du soleil, le frisson, le vent qui soufflait doucement entre le feuillages des arbres.L'iréel pour l'abstraction entre les mondes qui existeraient, si tel était le cas, dans plusieurs univers, où le soleil serait le maître du temps. Joyeux, il était l'état d'esprit qu'il reflétait. Rêves, tout simplement pour la créativité de la chose. Le paysage reflétait les ambitions et le surnaturel qu'il démontrait à travers les couleurs du ciel en particulier. Déséquilibre, pour le sentiment qu'il lui inspirait. Elle ne savait pas vraiment quoi en penser. Renversement, pour un acte qui se préparerait au levé du nouveau jour, comme du nouveau soleil. Fin, tout simplement car il déterminait le point final du jour. Mais passé...
Elle ne comprenait toujours quoi pourquoi son esprit s'était entiché d'un tel mot. Son passé, elle l'avait oublié, elle ne se souvenait plus de rien. Tant d'hypothèse face à cet incohérence. Peut être était-ce juste un repère de se trouver dans ce paysage, savoir que le coucher du soleil fait place à la nuit, peut être que pour elle, la nuit représentait sa manière d'être aujourd'hui. Elle soupira, puis releva la tête. La blonde venait d’entendre un bruit s'approcher peu à peu vers elle, d'autre pas résonnèrent sur le carrelage. Mais il faisait si sombre qu'elle ne pouvait distinguer qui était la personne qui s'approchait lentement de sa personne. Elle attendit seulement que l'individu se montre, elle ferait acte de présence après.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL


Dernière édition par Eden M. Kennedy le Ven 10 Mai - 21:14, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eryne O. Saddler
« Élève de la classe Uranus. »
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 28/04/2013
Age : 23
Feat. : IA - Vocaloid

MessageSujet: Re: « Nobody's perfect, you say? » ▬ Eryne O. Saddler   Ven 10 Mai - 20:17


« Nobody's perfect,
you say? »
Je ne sais pas quoi dire enfin si mais c'est tellement compliquée tu vois tu es ma rivale mais pourtant je t'apprécie quand même et je me demande si c'est possible parce que je ne vois ça que dans des films où les héros sont un peu creepy mais bon après peut-être que dans les films il y a aussi des choses vraies qui peuvent arriver dans la vie réelle non ?


Endormie. Elle s’était simplement endormie dans la sale de classe où elle avait eut cours, et venait juste de se réveiller. Enfin, avait-elle vraiment eut cours, ou bien était-elle venue ici pour dormir ? Bonne question. Elle ne le savait pas vraiment. Et puis, elle s’en fichait à l’instant.

Personne n’était venue la déranger, donc elle avait pu dormir tranquillement, c’était déjà ça. S’étirant avec un air las, elle se frotta les yeux comme si elle avait dormie pendant toute la journée. Alors qu’elle s’était assoupie seulement pour l’après-midi. Elle ne savait pas vraiment pourquoi, mais elle avait ce besoin constant de dormir ces derniers temps. A croire que supporter les cours la fatiguait plus qu’elle ne l’aurait pensée.

Elle finit par se lever en poussant la chaise qui crissa sur le sol, et grimaça sous ce son désagréable. Elle ne savait pas vraiment quel heure il était, mais il était certainement temps de retourner dans sa chambre pour vraiment dormir cette fois-ci. La jeune fille pencha la tête sur le côté en entendant une voix, et se demandait bien qui pouvait traîner dans les couloirs aussi tard qu’il pouvait être.

Prenant son sac, elle sortie de la salle de classe, qu’elle referma doucement, et vit une chevelure blonde qui ne lui était pas inconnue. Une tête de plus, des vêtements originaux, des yeux bleus vraiment étranges… Oui, c’était bien Eden, sa rivale. Celle à qui elle voulait qu’elle était la meilleure. Comme ça, bêtement. Mais pourtant, leur rivalité ne l’empêchait pas de l’apprécier.

La jeune blonde semblait pensive, et elle se demandait bien à quoi elle pouvait bien songer en cet instant. Il y avait encore du soleil, et cela lui piqua un instant les yeux, tandis qu’elle s’approchait de la jeune fille.

« Qu’est-ce que tu fais ici ? Tu devrais pas être ailleurs ? »

Question stupide, qu’elle pouvait très bien lui retourner. Mais la mine d’Oz voulait tout dire à sa place, ses yeux à moitié ouvert, sa voix endormie, ses cheveux un peu en bataille… Cela montrait bien qu’elle venait de se réveiller. Mais ne parlons pas d’elle. S’arrêtant devant sa rivale, elle pencha la tête sur le morceau de papier qui possédait quelque mot.

« Tu as écris quoi ? C’est personnel peut-être ? Tu disais quoi avant que j’arrive au juste ? Je t’ai entendue parler… »

Elle posait des questions, mais en même temps, elle ne faisait que ça. Pour mieux connaître une personne, il fallait poser des questions non ? Enfin, encore fallait-il qu’elle réponde après…

made by pandora.




_________________
Ϟ Just lost, just alone...
Her feelings she hides her dreams she can't find she's losing her mind she's falling behind she can't find her place she's losing her faith she's falling from grace she's all over the place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden M. Kennedy
« Élève de la classe Saturn. »
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 25/04/2013

MessageSujet: Re: « Nobody's perfect, you say? » ▬ Eryne O. Saddler   Ven 10 Mai - 21:44


YOU ARE STRANGE GIRL.
It is only a dream. An imaginary world

Un bruit de pas, puis un deuxième. C'était une répétition de mouvement, fluide et pourtant attentif. C'était une synchronisation, le temps défilent, les pas se rapprochaient. Eden avait compris le sens des actions qui se déroulaient entre les secondes puis les minutes. Alors, elle sentit que la personne approchait, tandis que nonchalante, Eden s'appuyait contre le mur. Puis, ses yeux fixèrent la personne qui venait de se faire éblouir par les derniers rayons du soleil qui semblaient devenir de plus en plus flous. Le soleil se perdait, et bientôt il ferait place à la nuit. Tandis que la jeune femme de dix sept ans eu enfin l'identité de la personne qui s'était aventurée près d'ici. Elle ne fut pas surprise de voir qu'il s'agissait d'Eryne. Elle trainait toujours un peu partout. Et bien sûr, elle ne se fit pas prier pour engager la conversation, cette demoiselle qui semblait plus jeune qu'elle, alors qu'au contraire, elle avait atteint la majorité. La blonde restait cependant impassible face à elle, car elle savait que tout au tard, leurs étranges rivalités allaient commencer. Pour Eden, Eryne était un peu son passe temps préféré. Elle l'amusait cette fille étrange.

« Qu’est-ce que tu fais ici ? Tu devrais pas être ailleurs ? »

Un souffle moqueur sortit de ses lèvres. Tandis que son regard se portait sur ses cheveux roses pâles, la blonde passait une main dans ses cheveux. Pourquoi cette question? Où irait-elle à cette heure du soir? Son dortoir certes. Mais ce n'était pas le genre de la jeune femme de se coucher tôt. Elle aimait la nuit, si elle aurait pu, elle se serait transformée en vampire, dormant la journée et vivant lorsque le soleil était couché. Si seulement. Mais, elle ne voulut pas sembler impolie à son adversaire disons. Elle se contenta de répondre, d'une manière neutre.

« Je n'ai pas le droit de me trouver là? »

C'était plus une question ironique, elle savait pertinemment ce qu'elle devait faire ou non. Tandis qu'elle vit que les yeux de sa jeune rivale défilait sur son carnet, Eden comprit aussitôt qu'elle allait le mentionner. De toute manière, elle n'avait rien à caché. Certes, mais elle ne comprendrait sûrement pas.

« Tu as écris quoi ? C’est personnel peut-être ? Tu disais quoi avant que j’arrive au juste ? Je t’ai entendue parler… »

Prévisible. Tandis que ses mains se baladaient sur le carnet, elle rangea son stylo dans sa poche. Elle avança subitement vers la demoiselle, faisant retentir ses talons sur le sol. Elle se retrouva devant elle avant de lui tendre le carnet, à la page où elle avait inscrit ces mots. Elle voulait la tester un peu, savoir si elle pouvait comprendre. Malheureusement, c'était trop farfelu pour qu'elle puisse comprendre le sens de ces mots, et la blonde le savait bien.

« J'analyse. » disait-elle simplement en lui donnant l'objet.

Un sourire suivit ce geste. Ce n'était que de simples mots, de simples expériences. Peut être qu'un jour, grâce à cela, elle retrouverait la mémoire avant l'accident. Mais ça, elle n'en parlerait jamais à personne, c'était son unique objectif, ainsi que de percevoir le monde sous de nouveaux angles. Elle voulait apprendre, comprendre la civilisation humaine.
Dans le couloir, tout était vide, sans émotions. Il n'y avait qu'une source de données ici, et c'était Eryne. Elle pouvait sentir ce qu'elle éprouvait grâce à l'empathie. Elle semblait fatiguée, mais ça, elle n'avait pas besoin de son pouvoir pour le savoir.

« Tu t'es plongée dans un monde de rêve non? Tu es fatiguée. Et bien fade je trouve. »

Eden avait le don de tout balancer au premier venu. Quand elle remarquais quelque chose, elle le disait, quand elle voulait dire quelque chose, elle le faisait. Bref, elle était doté d'une réelle franchise et tant pis aux gens à qui ça agaçait. Eden est Eden. La blonde est unique.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eryne O. Saddler
« Élève de la classe Uranus. »
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 28/04/2013
Age : 23
Feat. : IA - Vocaloid

MessageSujet: Re: « Nobody's perfect, you say? » ▬ Eryne O. Saddler   Sam 11 Mai - 9:57


« Nobody's perfect,
you say? »
Je ne sais pas quoi dire enfin si mais c'est tellement compliquée tu vois tu es ma rivale mais pourtant je t'apprécie quand même et je me demande si c'est possible parce que je ne vois ça que dans des films où les héros sont un peu creepy mais bon après peut-être que dans les films il y a aussi des choses vraies qui peuvent arriver dans la vie réelle non ?


Impassible, comme toujours. C’était parfois un peu déroutant de se retrouver face à quelqu’un qui n’avait pas de sourire, ou peu, et qui avait toujours un air froid et impassible. Peut-être parce qu’elle avait le don de voir les sentiments des autres, elle ne voulait pas que l’on puisse voir les siens ? Qui sait.

Elle lui tendit son morceau de papier avec un sourire, mais Oz avait cette impression que ce n’était pas un vrai sourire. D’ailleurs, à chaque fois qu’elle en faisait un, cela lui semblait être un faux. Elle prit donc la page et commença à lire rapidement les mots inscrit dessus.

Chaleur. Frisson. Iréel. Joyeux. Nostalgique. Rêves. Déséquilibre. Renversement. Fin. Passé.

Oz ne comprenait pas. Il devait y avoir un lien entre ces mots, mais pourtant, aller savoir lequel… Peut-être cela avait été ses émotions du moment ? Mais dans ce cas, que vient faire le mot passé ? Ce n’était pas vraiment une émotion ou une sensation. Peut-être qu’elle avait ressentie ça dans le passé ?

Elle releva la tête quand elle parla de nouveau, et haussa les épaules.

« Je supposes que même sans ton empathie, c’est facile à deviner. Je viens de me réveiller, je dormais dans une salle de classe… Je me demande bien ce que je foutais là dedans d’ailleurs… »

Elle fronça les sourcils et regarda un instant le morceau de papier, puis commença à le plier rapidement et avec précision. Elle laissa ses doigts faire le travail, elle n’avait pas vraiment besoin de se concentrer pour user de son pouvoir. Sauf quand c’était quelque chose qu’elle n’avait jamais fait. Mais les origamis, elle en faisait tout le temps, alors elle oubliait presque qu’elle en créait un des fois.

« Tu écris des trucs bizarre. Mais la première impression que ça donne, c’est le fait que tu as ressentis ça. Ensuite avec ce mot, passé, peut-être que tu as déjà ressentis ça avant ? Enfin, je suis pas douée pour les devinettes, je préfère les travaux manuel… »

Elle bailla et regarda son travail quand il fut fini. C’était un chat de papier couvert de l’écriture de la jeune fille. Oz aimait bien ces animaux. Si élégant et indépendant… Elle tendit l’animal inanimé vers la jeune fille.

« Après ça se trouve, j’ai tout faux. »

Peut-être. Parce que ce genre de chose, elle ne connaissait pas vraiment. Mais après, Oz n’était pas très intelligente, et les questions d’émotions, elle ne connaissait pas. Mais vraiment pas.
made by pandora.





_________________
Ϟ Just lost, just alone...
Her feelings she hides her dreams she can't find she's losing her mind she's falling behind she can't find her place she's losing her faith she's falling from grace she's all over the place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden M. Kennedy
« Élève de la classe Saturn. »
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 25/04/2013

MessageSujet: Re: « Nobody's perfect, you say? » ▬ Eryne O. Saddler   Sam 11 Mai - 13:01


Two world. The moon, the sun.
It is only a dream. An imaginary world

Ses réponses étaient cohérentes, elle était bien de ces filles à dormir pendant les cours. Tandis que les yeux de la jeune femme se baladaient aussi sur les mots inscrit sur le papier, c'est avec un rictus nonchalant qu'elle remarqua son déroutement. Ce n'était pas une question de logique mais de sensations. Non, cependant, elle avait tord pour ce qui était de ressentir ces émotions, Eden ne les ressentait pas, elle est mémorisait tout en les apprenant. Elle se contenta de refléter ce que les autres auraient pu voir dans ce paysage. Lui expliquer? Sans doute ne comprendrait-elle pas non plus. La blonde suivait chacun de ses geste avec précaution, laissant son esprit divaguer. Elle n'en avait pas l'air, mais Eden était une rêveuse dans l'âme. Les mains d'Eryne commencèrent à bouger, tandis que le papier devint entre ces mains, une sculpture de papiers digne de son talent naturel pour les travaux fait mains. Un chat? Eden eu une sensation nostalgique et craintive en voyant le petit animal en papier. Une nouvelle émotion apparaissant, faisant place à une amertume délicate qui se formait au fond de sa gorge. Elle ne détestait pas cet animal, mais à chaque fois qu'elle en croisait un, sa tête lui tournait, comme pour lui signaler qu'elle se trouvait vers une nouvelle étape de son subconscient. Il se réveillait, peu à peu.
Les yeux bleus de la blonde se fixèrent sur l'animal crée pendant quelques secondes, mais elle ne fit pas paraître ces pensées en regardant l’œuvre de papier. Alors, dans un souffle délicat, elle se contenta de répondre, d'une manière tout à fait naturelle.

« Disons que tu n'es pas loin de la vérité, c'est bien un sujet sur les sentiments. Cependant, ce n'est pas moi qui les ressent, j'analyse la communauté humaine, leurs émotions et leurs désirs. Ou bien, leurs peurs et leurs cauchemars. Pour faire court, j'ai noté les mots qui me passaient par la tête en regardant le coucher de soleil à travers les vitraux. Mais, ce n'est pas grave si tu ne comprend pas, peu de gens le peuvent.» Elle fit un quart de tour, regardant celui-ci disparaître. Elle murmura d'une voix ténébreuse.« Il s’éteint. »

Tandis que la nuit devenait mettre du lieu, le son angoissant des couloirs résonnaient à travers les murs. On aurait pu croire qu'une entité se logeait ici. Mais Eden, savait qu'il n'y avait rien, seulement la peur provenait des émotions causés par les rumeurs, les discours, les mythes et les légendes. Quand on commence à y croire, on se persuade que les démons existent. Quoi que, les vampires étaient des personnes mortes. Comme des revenants. Mais ça, seulement une petite quantité de personne était au courant pour eux, et pour les dons qu'ils possédaient ici. Puis subitement, la lune apparût dans le ciel, épargnant les nuages gris qui lui tenait tête, quelques rayons vint éclairer le couloirs et les deux jeunes femmes. Eden se retourna vers sa rivale, avec un sourire terne.

« Tu m'as demandé ce que je faisais ici mais toi? Peu de personnes passent par là. Je ne vois pas pourquoi, on se sent si apaisés dans cet endroit. Tu ne trouves pas? »

Elle refit le même geste, plaçant ses yeux devant les vitres tout en laissant ses pupilles s'illuminer de la lune éclatante. Elle était si pure, en total opposition avec la chaleur et le rayonnement du soleil. Le jour et la nuit était deux contradictions éphémère du monde, mais si belle à la fois.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eryne O. Saddler
« Élève de la classe Uranus. »
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 28/04/2013
Age : 23
Feat. : IA - Vocaloid

MessageSujet: Re: « Nobody's perfect, you say? » ▬ Eryne O. Saddler   Mar 14 Mai - 19:49


« Nobody's perfect,
you say? »
Je ne sais pas quoi dire enfin si mais c'est tellement compliquée tu vois tu es ma rivale mais pourtant je t'apprécie quand même et je me demande si c'est possible parce que je ne vois ça que dans des films où les héros sont un peu creepy mais bon après peut-être que dans les films il y a aussi des choses vraies qui peuvent arriver dans la vie réelle non ?


Parfois en l’écoutant, elle se demandait si ce n’était pas un robot. Elle parlait des émotions comme si c’était une faiblesse, quelque chose qu’elle n’avait pas. Analyser la communauté humaine. Ne l’était-elle pas ? Si. Mais peut-être qu’elle ne voulait pas avoir ce sentiments en elle, alors que pourtant, son pouvoir lui permet de ressentir ceux des autres… Quelle douce ironie.

Mais peut-être était-ce autre chose. Après tout, qui pouvait savoir ? Peut-être les télépathes, et encore. Ils ne comprendraient pas tout, elle en était certaine. Parce que cette fille était refermée sur elle-même, et ne montrait pas beaucoup ses sentiments. Mais pourtant, elles étaient rivales… Encore une chose qui était un fait incompris.

Cependant, cela ne la dérangeait pas. Eden se tourna vers la fenêtre, contemplant la lune, et Oz se rendit compte à quel point le temps était passé vite.

« Les couloirs sont bondés durant la journée. Mais c’est vrai qu’une fois vide, c’est presque apaisant… Enfin, pour ceux qui aiment être seuls du moins. »

C’était vrai après tout. Les gens d’une nature solitaire aimeraient beaucoup ce genre d’endroit, tranquille et … Elle soupira. Puis regarda Eden. Cette fille qui devait la dépasser d’une bonne tête au regard rêveur. Vraiment étrange comme fille. Noter ce qui lui passait par la tête quand un coucher de soleil se présente… Oz pencha la tête sur le côté.

Oui, vraiment étrange.

« Ok… Et tu fais ça souvent ? Noter les choses qui te passent par la tête ? Tu as raison, je n’ai pas compris, mais c’était prévisible hein. Mais ce que je me demande, c’est si tu as été comme ça quand t’étais plus jeune, genre au collège ou en primaire. »

Quand elle y pensait, elle ne connaissait pas grand-chose de la jeune fille blonde. Non, presque rien en fait. Qu’elle s’appelait Eden, que c’était sa rivale, et qu’elle l’aimait bien en fait, malgré leur rivalité. Et elle se demandait aussi si elle ressentait la même chose à son égard. Peut-être qu’elle ne l’aimait pas. Mais bon, qui pouvait dire ça.

Cependant, sur l’instant, ce qui l’intriguait le plus, c’était plutôt si elle avait été comme ça toute sa vie. Peut-être qu’elle ne dirait rien, peut-être qu’elle en parlerait comme elle avait parlée des raisons qui l’avaient poussée à écrire ces mots sur ce papier, qui était devenu un chat maintenant.


made by pandora.





_________________
Ϟ Just lost, just alone...
Her feelings she hides her dreams she can't find she's losing her mind she's falling behind she can't find her place she's losing her faith she's falling from grace she's all over the place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden M. Kennedy
« Élève de la classe Saturn. »
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 25/04/2013

MessageSujet: Re: « Nobody's perfect, you say? » ▬ Eryne O. Saddler   Ven 14 Juin - 19:02

« Nobody's perfect, you say?»
Eryne O. Saddler | Eden M. Kennedy


Avec un léger sourire, la blonde écoutait les paroles de son amie. Son... amie? C'est vrai qu'elle ne l'avait jamais vu comme ça avant, une amie, une relation qui se base sur la confiance et la gentillesse. C'était un fort sentiment de bienveillance. Elle posa alors sa main sur sa poitrine, il battait fort, très fort. Elle pouvait sentir les émotions d'Eryne, elle aussi l'appréciait à sa façon malgré leurs "rivalités" enfantine qu'elles détenaient entre elles. Elle tourna son regard bleuté vers le visage illuminé de la jeune femme. Elle aussi regardait par la fenêtre, cette lune maintenant ronde qui surplombait un voile de nuit obscure. Dehors, il n'y avait sans doute aucun bruit, il faisait sans doute frais et à ce moment, sans savoir pourquoi Eden aurait voulu sentir cette fraîcheur sur son visage. Respirer l'air pure de la nuit. Cela lui en donnait même des frissons et une excitation grande, un fort sentiment de plaisance qui nous faisait vibrer intérieurement. Avec ce même sourire, presque invisible cependant, elle répondit à Oz, faisant retentir ses talons tout en se rapprochant vers elle.

« Tu trouves toi aussi? Oui, j'aime ce silence, on peut respirer à son aise, se sentir un peu libérée. J'ai sans doute ce côté solitaire en moi. »
Elle la regardait avec de grands yeux sans doute étonnés, c'est vrai, elles ne pensent pas pareils. Elles sont si différentes mais, cependant, Eden ne pouvait qu'analyser la jeune femme qui, au contraire d'elle semblait normale. Elle l'enviait terriblement, de cette simplicité. Mais elle ne pouvait plus changer, car, trop de sentiments tue les sentiments. Il ne fallait pas qu'elle craque, qu'elle reste terne, impassible. Puis son léger sourire s'éteint lorsqu'elle parla de son enfance, son enfance...
Un frisson augmenta une dose d'anxiété. A vrai dire... elle ne se rappelait plus de son enfance. Elle aurait apparemment eu un choc psychologique lors d'un accident. Elle a toujours été comme ça depuis, ce renfermement sur elle même et ce manque cruel d'humanité. Sa gorge se serra tandis que ses mains devinrent moites. Ce sentiment ce faisait plus grand et il fallait qu'elle le stoppe c'était inévitable pour elle, ça en devenait une maladie de ressentir ce genre de choses.
Tout simplement parce qu'elle en avait peur, elle avait peur de se souvenir de tout. Nostalgie. Elle ressentait ce soupçon de tristesse qui lui faisait penser qu'elle était lâche, tandis que ses yeux regardaient la lune, elle répondit avec toute la sincérité du monde.


« Je ne me rappelle pas de mon enfance, j'ai eu un accident étant plus jeune. C'est sans doute pour ça que je suis comme ça, je supposes. »

Elle baissa les yeux tout en tournant sa tête vers Oz, elle allait sans doute encore se poser des questions mais Eden ne voulait pas essayer de comprendre ni même de trouver un sens à tout cela. Le présent, c'est la seule chose qui comptait. Alors, la blonde changea radicalement de sujet, comme si de rien n'était. L'anxiété est toujours présente.

« Il paraît qu'il y a eu de nombreux blessés au tournoi de notre cher principal? »
Qu'il lui faisait peur quand même, cet homme. Il était encore plus mystérieux et terrifiant qu'elle, ce regard qu'il détenait, elle aimerait tand trouver la clé de cette folie.
Si seulement.
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Nobody's perfect, you say? » ▬ Eryne O. Saddler   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Nobody's perfect, you say? » ▬ Eryne O. Saddler
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» picture perfect memories - nolà
» Perfect World
» Perfect night ♪
» « I'm not perfect but I keep trying...» ~ Mia.
» Do you want a perfect girl in your life?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« — Deane For Dream » ::  :: Dark Corridors ;-
Sauter vers: