« Ifreann. Dawel. Quel clan choisirez vous ? Bienvenue au pensionnat Deane, là où les rêves ne sont qu'utopiques … ♪ »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]

Aller en bas 
AuteurMessage
Saïka Origawa
« Élève de la classe Saturn. »
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 09/05/2013
Feat. : Kirito [SAO].

MessageSujet: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   Ven 10 Mai - 13:26

I. Panique à bord !

L'épisode du livre.




La sens-tu, cette brise matinale qui parcourt les couloirs ? Pour une fois, Saïka en avait l'occasion. D'une humeur massacrante, il arpentait si tôt les couloirs et pour cause, il avait été réveillé... Il fallait dire que ces camarades avaient le don pour l'énerver de bon matin avec le vacarme incessant. Comment osaient-ils ? Ces déchets congénitaux n'avaient-ils pas une once d'intelligence pour pouvoir imaginer que des gens puissent dormir autour d'eux ?! Cela dépassait purement et simplement les limites de la tolérance du jeune homme qui n'étaient, sois dit en passant, pas très poussées. Si l'on devait donner un ordre d'idée en comparaison, il s'apparenterait aux impôts. Sa logique veut donc une tolérance très proche de 0. Enfin, il avait réussi à se retenir d'assassiner sauvagement, sadiquement, perfidement et sans aucune forme de pitié ces êtres inférieurs et avait donc décidé de s'en aller. N'importe où ferait l'affaire tant qu'il pourrait y finir sa nuit. Seulement voilà, il est bien connu que jamais rien ne se passe comme on le voudrait : Triste sort qu'est de se perdre dans l'immensité d'un pensionnat. Sans plaisanter, il était là depuis quelques années et n'avait toujours pas exploré la totalité de son lieu de vie ? Bien fais pour lui car au moins là il allait devoir découvrir "ces contrées lointaines et inexplorées". Par chance, malgré le fait qu'il s'enfonçait de plus en plus dans les couloirs, personne ne semblait se trouver sur son chemin. Quel dommage, il aurait pu s'amuser un minimum avec eux histoire de ne pas perdre la matinée... Tiens, quel genre de torture aurait-il innové afin de passer ses nerfs ? Bonne question qu'il ne vaut cependant mieux pas creuser.

Quelques minutes après, perdu dans ses pensées, il finit par se retrouver nez-à-nez avec une porte bien étrange. Un libre était inscris sur une pancarte juste au dessus de celle-ci. Que... quoi ? Un lieu maudit ? Sombre relique, quel genre de personne oserait pénétrer dans ton antre ? Oh oui, les Dawels sans doute. Parlons en de ceux là, qu'ont-ils à vouloir étudier ? C'est vrai, après tout ça sert juste à emmagasiner de la connaissance, avoir de bonnes notes, une culture poussée, avoir plus de chance dans la vie : Un bon métier et donc une belle femme (/SBAF/). Inutile n'est-ce pas ? Une vision plutôt pessimiste ou alors tout simplement je-m'en-foutiste avec une dose de haine certaine contre la société. Ceci dis, ce lieu restait un endroit de qualité pour accomplir son but initial à savoir dormir. Il se DEVAIT de dormir pour le bien des locaux qui allaient sans doute subir son courroux dans le cas contraire. Ah moins ce que ce ne soit un Dawel trainant dans les parages ? Oh peu importe, il allait pouvoir récupérer avec ce lieu maudit. Le regard saillant et le pas déterminé, Saïka pousse la porte et entra dans les domaines divins qu'il n'appréciait pas tellement. Surtout ne pas regarder les livres, ces bêtes féroces n'en auraient qu'après son cerveau lasse. Une table, n'importe où... Ici. Le jeune homme s'empressa de se diriger vers sa providence lorsqu'un livre qui jonchait le sol lui fit perdre l'équilibre.

-AH VERMINE, tu montres enfin tes véritables intentions ?!


Dans un sursaut de colère, il avait crié ceci, l'écho de la salle se chargeant de propager ses beaux-dires. Après s'être rendu compte de la nature de sa chute, il se releva, prit le livre, le posa sur la table, l'ouvrit et arracha sadiquement les pages une par une. Le regarder aurait fais froid dans le dos à n'importe qui, il avait vraiment l'air d'un meurtrier épluchant couche par couche la peau de sa victime. Pour le coup, le livre paraissait moins fier. Il ne fallait pas trainer dans ses pattes ! C'était bien fais. Après avoir arraché quelques dizaines de pages sous l’œil des quelques élèves étudiants de bon matin, il leur jeta un regard assassin les renvoyant à leur étude et entreprit de continuer son périple vers le lieu de jouvence. Quelqu'un ou quelque chose allait-il oser le déranger ?! Le prochain ne s'en tirerait sans doute pas qu'avec ça... Manque de chance, bien évidemment, se fut une élève des Dawels qui, comme par hasard bien sûr encore, accrocha ses pieds et le fit tomber. Un visage diabolique fit son apparition au dessus du coup de l'homme. ELLE avait osé ?!!

-Alors toi... Je te laisse approximativement 20 secondes pour t'excuser, me donner la cause et t'enfuir d'ici. Sinon...


Le tout étant bien sûr tourné pour que la pauvre fille n'ait pas le temps de remplir sa requête. Il ne savait pas ce qu'il allait lui faire mais elle allait passer un mauvais quart d'heure, à moins ce que ce soit plusieurs mauvaises heures.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy G. Saddler
« Élève de la classe Uranus. »
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/04/2013

MessageSujet: Re: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   Ven 10 Mai - 22:05




❝ No matter what we breed. We still are made of greed... This is my kingdom come !

.
C'est le matin, elle se réveille comme d'habitude, toute décoiffée, l'air embrumée. Comme d'habitude il lui faut son café, parce que sinon, elle continue de rêver. Alors encore en pyjama nounours elle descend au réfectoire, prends sa boisson, retourne se coucher. Elle n'arrive pas à pieuter, trop énervée. Elle pense à des choses inutiles comme l'histoire de l'humanité, tout ses périples passées. Puis alors elle finit par enfin... se lever. Devant la glace elle se regarde des minutes en silence, à tourner devant comme font les filles en pestant comme une garce lorsqu'elle détecte un brin de graisse en trop. Alors elle secoue la tête négativement pour penser à autre chose et se hâta à la lourde tâche que de choisir les vêtements qu'elle porterait avec prestige ce jour là. Elle regarda l'heure et décida finalement d'enfiler son uniforme de dawel. Veillant à ce qu'il soit impeccable, comme on lui avait apprit, elle put enfin s'étirer après s'être repassé un coup de brosse dans les cheveux.

Elle décida après mure réflexion ne dépassant pas un dixième de deux secondes et demi, d'aller faire un tour à la bibliothèque. Il ne faisait pas très beau et elle s'ennuyait à mourir. Alors autant continuer sa thèse suicidaire dans un endroit approprié. Car oui, c'était l'espace absolument parfait pour demeurer inaperçu. Enfin... entre dawels ! C'était clair que les malheureux ifreanns qui tenteraient de passer la porte de cette immense arène culturelle seraient la cause d'un retournement brutal de la conjoncture ! Flanant entre les rayons, elle n'avait rien à lire, rien à découvrir... on s’abrutit devant l'existence futile et on s’aplatit devant l'ennui juvénile. Elle attrapa un bouquin au passage et le fit tomber par inadvertence avant d'aller s'asseoir. Manque de bol, un élève trébucha dessus avant qu'elle ne puisse le ramasser. Pestant comme pas possible, il commit un homicide envers cette pauvre victime, il ne resta que des membres sechés et des tâches d'encre sur la table.

Effy comprit alors qu'il ne rigolait pas celui là. N'osant point récupéré le cadavre littéraire, elle passa son chemin en sifflotant, laissant les yeux ahuris des autres présents dans la salle se tourner vers le jeune homme. Puis alors qu'il allait tourné les talons, elle se dirigea vers le même endroit pour aller récupérer l’œuvre qu'elle se prit les pieds dans les siens et alors qu'elle se rattrapa à la table, il s'écrasa une deuxième fois par terre. La scène plutôt comique était soupçonnée de ce délicieux fond sonore constitué par les rires étouffés des camarades dawels présents dans la bibliothèque et de la minorité ifreann qui se faisait discrète. La jeune femme ne put s'empêcher à son tour d'éclater de rire. « HAHAHA ! Fais attention espèce de boulet cosmique ! » Mais quand il se releva, elle se stoppa net de rire, le visage blafard devant la véhémence du jeune garçon.

Il semblait vraiment, mais vraiment en colère. Tellement qu'elle frissonna rien qu'en croisant son regard. « Euh... » elle secoua la tête négativement.  « Désolée tu étais dans mon chemin et.. » Puis elle fronça les sourcils. Non mais c'est vrai, pourquoi elle s'excusait à ce crétin qui ne savait pas ou il marchait ? « En fait non, je retire mes excuses ! Tu n'avais qu'à marcher droit aussi ! » de nouveaux rires. (ça clashe ici, popopooo! /die) Elle remit ses cheveux en arrière comme une princesse et lui tapota l'épaule. « Bref, te casse pas la gueule en sortant... il y a une marche à la sortie... » Petit clin d’œil et elle partit ramasser les déchets poétiques qui gisaient encore sur la table. Miss Effy jeta un dernier regard là ou elle avait quitté celui qui l'avaient engueulé il y a deux secondes. Il semblait avoir disparu mystérieusement...

made by Jacage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïka Origawa
« Élève de la classe Saturn. »
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 09/05/2013
Feat. : Kirito [SAO].

MessageSujet: Re: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   Ven 10 Mai - 22:55

II. Le chaos s'installe !

Le glaive impérial se dresse.




Destin tragique, jouer sa vie en 20 secondes... A ce stade là, cela relèverai plus du coup de poker. Si l'on prend en compte le caractère tumultueux du jeune homme qui est en plus de ça envenimé par son réveil précoce, le résultat n'en est que moins stable d'ailleurs. Oh comble du désespoir, sa victime était une pauvre fille apparemment sans défense. Décidément, le hasard faisait mal ou bien les choses en fonction du point de vue. A moins-ce que ce soit un coup réfléchi du jeune homme ? Ce dernier arqua un sourire diabolique lorsque la jeune fille commença par s'excuser. Triste affront qu'elle venait de lui faire ! S'excuser, à lui ? Elle ne savait donc clairement pas à qui elle avait affaire. En même temps c'est un réflexe normal que de tenter de se faire pardonner par un mot. C'est plutôt miser sur le simple mais ça paye souvent. Souvent, sauf pour les types dans le genre de Saïka. Un être dépourvu de logique qui s'amuse à sanctionner ce genre de simples actions. Un fou, un homme-binaire inversé, appelez ça comme vous voulez mais le résultat est le même. Son visage se mit d'ailleurs à jubiler à l'idée de pouvoir libérer toute sa rancœur matinale sur quelqu'un lorsque le Dawel lui mit un certain frein. COMMENT ? Elle retirait ses excuses ? Était-elle folle ou simplement génialissime ? La règle voudrait que son culot soit sanctionné mais pour le coup, le jeune homme resta bête, les yeux presque vides devant ce flux de données.

-Ai-je bien entendu ?

Son regard eu une secousse avant de rebasculer dans la froideur absolue. Son ton se voulait sec même si en y prêtant un peu plus attention, il aurait été assez aisé de sentir son égarement. Un bouleversement total semblait avoir lieu, celle-ci n'avait pas encore échappé à sa mort lente et douloureuse cependant. Il en fallait plus pour briser sa rancœur contre les résistants de Morphée. Jeunes fous ! Rien qu'en repensant à ces incrédules du sommeil qui l'avaient réveillé, ses poils s'hérissaient doucement. Ils finirent par prendre toute leur splendeur à l'instar d'un chat enragé lorsqu'elle finit sa phrase. Non seulement elle retirait ses excuses mais en plus elle se moquait de lui . Pas de toute, elle avait du charm... toupet ! Saïka ne savait lui même pas vraiment si elle était folle ou non de répondre ainsi face à cette situation. Qui aurait pensé que de tels mots pouvaient sortir de la bouche d'une Dawel ? Heureuse révélation ! Il n'y avait finalement pas que des gens chiants dans l'autre groupe, intéressant... Avant qu'il ne dise quoi que ce soit, la fille partit ramasser le cadavre laissé derrière lui. D'un bond, il la suivit et se hissa dans son dos, attendant le moment qu'elle se retourne pour lui murmurer à l'oreille.

-La folie de cet antre littéraire semble te jouer des tours... Puis-je connaitre ton nom avant d’abattre mon courroux pour ton offense ?
Le tout en entre-coupant ses propos par des expirations buccales bien sûr. Le vent chaud dégagé ainsi par sa bouche venait tout droit réchauffer les oreilles de son opposante. Pas de toute, il faisait froid dans le dos même si la tendance semblait ne plus être au sacrifice humaine pour l'heure. Si la Dawel n'avait jamais rencontré d'Ifreann, elle allait avoir un léger aperçu du type de personne qu'ils étaient. Enfin lui était un cas à part, bercé par une illogique dès plus amusante. Pour le problème des autres élèves gloussant devant la chute et la réponse d'Effy, il régla simplement ça d'un regard diaboliquement sadique pour les renvoyer une fois de plus à leurs occupations.

-A ce propos, j'hésite... Dois-je te découper en morceau rapidement ou te torturer avant ? Je te préviens, je ne suis pas d'humeur alors tâche d'accepter ta sentence rapidement.

Son doigt glissa dans le dos de la jeune fille et sonna comme un glaive. Si la Dawel avait des sueurs froides en ce moment même, ce qui serait totalement justifié, il les suivrait probablement avec son doigt accusateur. Un tyran, barbare ! Il semblait se plaire de la situation dans tous les cas, hanter une pauvre fille en détresse n'avait pas de prix pour lui. Il se délectait d'avance d'une quelconque réponse, attendant patiemment le verdict final. Qu'allait-elle répondre ? Un rire sarcastiquement aurait bien surgit de son gosier mais lui aurait fait perdre toute crédibilité et donc il masqua la jouissance de cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy G. Saddler
« Élève de la classe Uranus. »
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/04/2013

MessageSujet: Re: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   Ven 10 Mai - 23:38




❝ Come on sweet heart. Do you wanna play ?

.
Que se passait-il ? Pourquoi donc son corps se figeait-il entièrement ? Il semblerait que l'individu véhément soit de retour.. pour lui jouer un mauvais tour. La demoiselle ne se retourna pas pour autant, plissant les yeux sous le souffle chaud et délicat qui caressait sa peau laiteuse et devenu blême. A vrai dire, les mots ne lui faisaient pas peur, elle qui les dirigeait avec une précision exquise... mais ce genre d'acte avait l'art et la manière de lui faire perdre tout ses moyens. Serrant les poings, elle avança un peu sa tête pour qu'il éloigne ainsi sa chaleur buccale et tourna légèrement sur le côté celle-ci pour l'observer du coin de l'oeil. « Que.. ? » Quand elle vit alors ses yeux, d'une froideur presque instable, elle la retourna d'un coup en silence, crispée. Tentant de garder son calme face à ce jeune ifreann sournois et rancunier, elle répondit simplement.  « Bah moi c'est Effy... »

Elle tremblait légèrement la pauvre petite... l'émotion ? L'excitation du terrain ? Peut-être même simplement de la peur qui sait. Elle sentit alors le glaive finement pointé du doigt dans son dos. « Euh tu t'amuses à quoi là ? » non mais oh, il se prenait pour qui celui-là. Les restants des pages du livre qu'il venait sauvagement d'assassiner s'émiettèrent dans sa main tandis qu'elle resta silencieuse, réfléchissant à ce qu'elle pouvait bien répliquer à cette menace digne d'un film d'horreur ! « Euh.. attends, je suis tentée par les deux là c'est difficile tu sais.. » un peu de sarcasme pour souligner son petit sourire arrogant qui se dessinait déjà sur ses lèvres. « Je crois que je vais choisir les deux ! » elle se retourna violemment pour lui faire face, sourcils froncés, visage basané.

Les deux protagonistes faisaient à peu près la même taille, elle se mit sur la pointe des pieds pour le dépasser de quelques centimètres et lui caresser la tête en souriant. « Gentil ifreann ! » elle rit doucement et ramassa les déchets du livre pour aller le donner au gérant de la bibliothèque, qui d'ailleurs fit un regard meurtrier à son nouveau bourreau. Il allait surement devoir repayer ce livre. Effy sautilla ensuite vers lui et le contourna en souriant toujours. Il allait l'occuper, elle qui s'ennuyait fermement. Il ne lui restait que très peu de bouquins à dévorer dans cette antre culturelle. Il fallait qu'elle l'attire plus loin « Allons suis moi si tu veux me torturer ! » La demoiselle se dirigea machinalement vers un rayon vide et s'assit sur le bureau qui bordait le mur, faisant battre ses jambes dans le vide et croisant les bras. « Bon bah j'attends ! Vas-y ! » lui tirant la langue, elle l'acheva avec un : « même pas cap d'abord. » et bim dans ta face.

made by Jacage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïka Origawa
« Élève de la classe Saturn. »
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 09/05/2013
Feat. : Kirito [SAO].

MessageSujet: Re: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   Sam 11 Mai - 0:15

III. Un ballet s'entame !

L'assaut psychologique prend la relève.



L’atmosphère semblait devenir de moins en moins soutenable. Entre la froideur du jeune homme, son souffle chaud et les tremblements de la jeune fille, tout semblait s'orienter vers un film d'horreur effectivement. Tout, mis à part le fait que la sentence serait bien réelle si jamais les deux fusibles pendouillant dans le cerveau de Saïka venaient à se rencontrer. Il ne serait alors plus question de réflexion mais bien d'instinct animal dans sa plus pure folie. L'Homme reste le plus grand prédateur, ne sous estimons pas sa capacité quasi-féline à détruire dans n'importe quelle situation. Cependant elle avait de la chance comme dit précédemment, elle agissait plutôt bien sans s'en rendre compte et amusait fortement le jeune homme. Ceci se poursuivit lorsqu'elle se retourna pour tenter de protester et se stoppa net, figée par le regard instable du démon. Émoustillée d'une quelconque façon pour l'heure, elle lui révéla son prénom. Douce mélodie de la peur ♫. Sa voix semblait être chamboulée par les spasmes d'effrois qu'elle subissait actuellement. "Effy" donc ? Hum... Saïka comptait bien s'en souvenir, il allait sans doute beaucoup s'amuser avec elle à l'avenir. Frétillant de cette révélation, le jeune tortionnaire se perdit à remonter son doigt doucement pour accentuer l'effet glacial. L'effet fut immédiat, la jeune femme reprit son sang-froid et tenta une révolte soutenue. Par quel moyen ? L'ironie. Un comble n'est-ce pas ? Il s'avère que celle-ci tire d'un bon nombre de situations.Elle avait d'ailleurs sauvé les garnements victimes de son humeur pour en revenir une fois de plus à eux. Ils s'étaient excusés en rigolant jaune... Petits plaisantins ! Saïka n'allait pas en rester là avec eux.

-Les deux ? Je me vois donc dans l'obligation de choisir personnellement : Tu seras torturée ma chère Effy. Après tout, autant que cela soit amusant pour moi.

Son regard se raffermit légèrement devant la posture désinvolte d'Effy. Elle semblait avoir choisit un chemin bien étrange en guise de comportement. Une épreuve de force sans prendre l'affrontement directement ? Le choix était le plus raisonnable et sans doute le meilleur pour espérer éviter une quelconque sanction. Après tout elle ne connaissait rien du caractère étrange de son bourreau et se devait de l'analyser un minimum avant d'agir. Elle semblait vraiment intelligente. La torturer mentalement serait peut-être le plus amusant ? Saïka s'étonnait lui même à avoir des idées aussi farfelues que géniales. Après tout, il n'y a qu'un pas entre les deux non ? Perdu sans ses idées psychotiques, il en oublia presque la réalité. Il y fut cependant ramené par les caresses de son opposante. "Gentil Ifreann" ?! Alors elle ! Une nouvelle provocation ? Impardonnable. Lui caresser les cheveux était sans doute la pire chose qu'on pouvait lui faire. Cela avait tendance à le faire sortir de ses gonds et la suite ne laissait présager rien de bon. Comme pour amplifier cela, Effy partit rentre le livre détruit, mettant ainsi le gérant à dos de l'élève. A bout de nerfs, il décida de la suivre dans un coin plus tranquille, guidé par ses provocations infantiles mais marchant si bien sur lui.

-Hum... Tu ne tiens donc pas un temps soit peu à ta misérable vie de jeune fille innocente ? Très bien, je vais t'aider à t'en libérer rapidement tout compte fais.
Plus ses menaces avançaient et plus son air semblait se mélanger. Il y avait d'un côté un espère d'engouement sadique pour la persécution de sa victime et de l'autre un aspect incertain. Son côté peste révoltée déstabilisait Saïka qui se voulait froid mais qui entrait de plus en plus dans une valse joviale de provocation avec Effy. Il était toujours le meneur mais avait un peu moins d'assurance en quelque sorte pour reprendre la thématique de la danse. Pour se ressaisir, il s'avança vers le bureau où était assise la jeune femme et se positionna contre elle, ses deux jambes entre les siennes et son torse venant s'imposer devant le visage de sa victime. Il employait donc une sorte de technique d'intimidation.

-Je ne pense pas que tu comprennes la situation... Je ne plaisante pas. Maintenant que nous sommes seuls, je peux aisément en finir avec toi...

Comme pour accompagner son ton rock, il passa de nouveau son doigt à l'aspect glaive sur la jeune fille mais en dessinant le contour de son visage cette fois-ci tout en la fixant dans les yeux. Les siens semblaient luire d'un marron pénétrant allant de pair avec son intimidation. Étrangement, l’atmosphère était différente mais respirée un tout autre type de peur, celle du supplice et non plus de la mort. Il comptait agir sur le mental de façon plus conséquente afin de briser la défense de sa partenaire de danse. Ce petit jeu l'amusait sérieusement, il fallait qu'il se dépêche avant d'être pris de court par son caractère valsant.

-Bon, finissons-en rapidement veux-tu. Tu m'as mis le gérant à dos en plus de ça et tu as osé me TOUCHER les cheveux !


Son regard se transforma en braise ardente lorsqu'il ajouta ceci. Il se ressaisit quelques temps après, retrouvant son esprit et oubliant la caresse qu'elle lui avait prodiguée. Son était était peut-être moins certain que ce qu'il laissait voir de nouveau. Peut-être était-il sensible aux caresses de la chevelure ? Peut-être avait-il simplement était surpris ? Dans tous les cas, il s'imposait toujours fièrement contre Effy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy G. Saddler
« Élève de la classe Uranus. »
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/04/2013

MessageSujet: Re: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   Sam 11 Mai - 9:21




❝ J'aime leur beau monde. Mais leur monde ne m'aime pas.

.
Pourquoi diable lui avait-elle demandé de le suivre ? Était-elle stupide ? Hm... à revoir. La demoiselle avait sûrement, au contraire, une idée dans la tête, bousculant toutes les autres. Elle l'avait amené ici déjà pour que personne ne puissent les déranger... Ensuite pour qu'ils soient seuls. Quand on regarde son interlocuteur, on se rend vite compte qu'elle agissait en son désavantage cette gourde ! Surtout qu'elle ne savait rien en fait de son agresseur, donc un peu d'observation s'imposait ! Elle le détailla vite fait, énumérant dans sa tête les caractéristiques physiques des autres races. Il n'avait pas les yeux pourpres, ni des canines édentées, ni le teint pâle, ni la célérité étonnante qu'on les vampires. Il ne pouvait être qu'un métamorphe ou un humain. La demoiselle plissa les yeux, son cerveau carburait à deux à l'heure, pas de trace de poils d’animal ou autres, vêtements impeccables ne pouvait faire suite à une transformation, aucune mimique gestuelle faisant penser à un animal en particulier. C'était donc forcément un humain...

Assise sur le bureau, un air enjoliveur et innocent au visage. Paradoxe malsain quand tu nous tient, elle le regardais s'avancer lentement d'elle. Bon, elle y était peut-être aller un peu fort mais il fallait bien avouer que son expression renfrogné était un appel à le torturer pour le déstabiliser. Cependant, Effy était un peu le genre grande gueule et malgré son côté peste, elle avait ses points faibles aussi. Il ne fallait pas flancher devant lui, sinon c'était mort pour elle et elle perdrai toute crédibilité. C'est ainsi que des extraits de livres accentuaient sa réflexion. Un petit sourire aux lèvres, quoique moins grand que la dernière fois se dessina sur son visage basané. « Tu ne plaisantes pas ? Ouuuh ! Attention, tu me fais peur là ! » elle rit encore et se stoppa net en sentant son doigt parcourant les bords de son visage. Elle se sentit rougir et détourna légèrement le regard, quelques secondes. Les jambes bloquées à cause des siennes et son buste s'imposant à elle... « Oups? »

Elle se mordit la lèvre et répliqua, à peine convaincue de ce qu'elle disait. « Oh ça va c'est rien ça ! T'aime pas qu'on te touche les cheveux ? » elle lui caressa à nouveau la tête, provocatrice je m'en foutiste. « Bah moi j'aime pas qu'on me touche tout court alors bah les pattes. » Effy lui mit une petite tape de la main dans la sienne, pour qu'il éloigne son doigt de sa peau. La pièce s'assombrit légèrement, à cause des nuages cachant le soleil. Le temps nébuleux semblait jouer acte de décor de cette scène si étrange en soi. Tant qu'il n'avait pas un pouvoir dangereux et sadique, ça allait, elle pouvait au pire toujours l’assommer avec le livre qu'elle avait gardé discrètement dans son dos. C'était vraiment AU PIRE. « Puis le gérant t'aurait bien vu... j'allais pas prendre à ta place eh ! C'était moi qui l'avait emprunté ! » La demoiselle essayait tant bien que mal de défendre ses actes, ce qui la rendait assez mal à l'aise au fond. « Bon éloigne toi maintenant ! Tu m'étouffes à me coller ! » elle posa ses mains sur son torse et se mit à le pousser. « c'est pas un simple humain qui va me faire peur ! » Ou pas ?

made by Jacage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïka Origawa
« Élève de la classe Saturn. »
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 09/05/2013
Feat. : Kirito [SAO].

MessageSujet: Re: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   Sam 11 Mai - 10:06

IV. Le jeu commence !

L'instinct se déclenche.





Pari réussi, la tentative du jeune homme semblait pour le mieux fonctionner. Son sourire arrogant se refermait peu à peu sous la pression psychologique que tentait d'engendrer Saïka. Après tout elle avait beau avoir un caractère bien trempé, il est de la nature humaine que de fuir le danger, l'inverse est de la folie. Tout semblait être de moins en moins sûr : Le rire qu'elle esquissa se fit bref et ses joues se tintèrent d'un rouge pourpre lorsque sa peau fut touchée. Déstabilisant n'est-ce pas ? Un démon touchant une peau de velours, sombre effroi. Comme pour amplifier le désir malsain du jeune homme, celle-ci eu le malheur de se mordre la lèvre. Tout ce qu'elle avait réussi à grignoter de son côté "sympathique" s'envola en un instant. Ce côté mignon le révolta littéralement, le faisant tomber dans de noirs envies tortionnaires. Comment résister au désir de s'amuser avec une si charmante jeune fille ? Dis comme ça, cela peut faire peur mais c'est un peu ça. Ainsi, son ardeur décuplée le poussa à renforcer son regard pénétrant. Il ne la fixait désormais plus, il lisait en elle. A la manière dont les Dawels pouvaient dévorés un livre, il tentait de la manger de l'intérieur, détruisant toute barrière à son sadisme. Bien évidemment elle n'allait sans doute pas se laisser faire vu sa façon d'agir mais pour le moment, elle semblait être quelque peu en panique. C'est du moins ce qu'imaginait Saïka jusqu'à qu'elle lui retouche les cheveux. Combien de fois il s'en était pris violemment à des gens osant faire le sacrilège de toucher ses cheveux luisants. Que cela soit ironiquement ou affectivement, il avait toujours trouvé que cet action était dès plus misérable. Il la pensait réserver aux vieux séniles et leur chien en quelque sorte.

-Non je déteste ça. D'ailleurs, beaucoup de pauvres filles inoffensives ont subis toutes sortes d'atrocités dans le genre de celles que tu vas subir pour ça.

Sa divine sanction fut à un doigt de commencer mais s'arrêta net, coupée par le nouveau sursaut de révolte. Elle avait en effet repoussé sa main d'un coup de la sienne avant de justifier son acte pour le livre et d'essayer de le pousser. Effy était aussi étrange que lui, elle semblait passer de la faiblesse mentale à un état un peu plus certain en quelques instants. C'était vraiment déstabilisant mine de rien pour Saïka qui passait d'envies malsaines à une limite compassion. Le tout étant bien sûr inversé d'un schéma habituel pour le rappeler : Un grand n'importe quoi dans sa tête en bref. Malgré son état pensif, il lutta pour rester contre la jeune fille et ne lui laisser aucune chance de s'enfuir, prise dans l’étau de son jugement.

-Tu es vraiment... intéressante comme fille. Je me perds à me demander s'il est bon de te faire souffrir pour assouvir un quelconque désir sadique. Vois-tu ?

Tiens donc, il n'avait pas résisté à l'envie de faire partager son état d'esprit à sa victime. Serais-ce un signe de faiblesse ? Après tout comme elle l'avait dis, il n'était qu'un "humain". En parlant de ça, qu'était-elle ? Une vampire ? Non, elle l'aurait envoyé valser facilement et se serait délecter de son sang. Il ne restait plus que deux choix mais Saïka opta pour l'humain, c'était le plus courant. En plus de ça, ça l'arrangeait, il ne connaissait pas son pouvoir mais s'il n'était pas utile au combat, elle aurait sans doute du mal à lui tenir tête plus longtemps. A moins-ce qu'elle soit plus intelligence que lui. Enfin, l'heure n'était pas aux questions barbantes de ce genre. Le stade de la mort venait d'ailleurs de changer pour de bon. Il voulait s'amuser avec elle, d'une manière ou d'un autre. Il lui restait à définir comment.

-Tu es vraiment étrange.

Comme pour accompagner son accusation, il approcha sa tête de la sienne pour l'observer de plus prêt. Il espérait la déstabiliser encore plus au passage bien sûr, pourquoi ne pas lier l'utile à l'agréable ? Ravi de sa nouvelle idée, il continua de s'approcher, la poussant avec son front jusqu'à se retrouver fortement incliné. Il guettait bien entendu ses réactions, ne voulant pas que la situation lui échappe encore plus. Peut-être que la torture dont il lui avait parlé commençait comme cela. Lui même ne le savait pas, il se laissait plus guider par ses instincts que par autre chose. Pauvre brebis égarée, elle avait intérêt à trouver un moyen de se libérer de son emprise rapidement si elle ne voulait rien subir. En parlant de moyen, à force de s'incliner, il avait fini par poser ses bras des deux côtés du corps de sa victime et ainsi rencontrer malencontreusement le livre laissé ici comme moyen de défense. Sans se redresser, il le poussa délicatement, souriant.

-C'est plutôt naïf de penser t'en sortir avec un simple bouquin, ne penses-tu pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy G. Saddler
« Élève de la classe Uranus. »
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/04/2013

MessageSujet: Re: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   Sam 11 Mai - 10:57




❝ Follow me.

.
Elle faisait tout pour ne pas perdre la face. Raah il était têtu aussi et il ne lui facilitait pas la tâche ! Pourquoi le trouvait-elle presque mignon avec son air renfrogné et hargneux. En fait, il avait raison de se qualifier de petit toutou de grand mère, c'était tellement ça ! Et hop, il en revenait au menace. La demoiselle fronça les sourcils, comment fallait-il réagir avec lui ? Malgré sa super-intelligence, les relations sociales et le degré de cohésion sociale, c'était pas vraiment sa cam' et Effy n'arrivait pas à bien l'analyser. Juste qu'il ne fallait pas l’énerver et qu'il prenait un malin plaisir à torturer les gens. Qu'il essaye d'ailleurs ! La demoiselle fronça les sourcils. « Ah vraiment ? C'est ton passe-temps de torturer les pauvres jeunes filles qui ont laissé tomber un livre ? » elle pencha la tête sur le côté, sarcasme encore et toujours bien entendu. Puis elle haussa les épaules. « Dommage pour toi, je ne suis pas une petite fille sans déf... Aaah ! »

Elle eut un violent mouvement de recul, en rouvrant les yeux et en le voyant si près. La poupée s'empourprait déjà si vite... « Eh mais tu fais quoi là ?! » Intéressante... le pensait-il vraiment ou c'était juste une phrase dans le vent qui n'annonçait rien de bon ? Quand Effy était mal à l'aise, elle avait cette opiniâtreté de fuir le regard des gens, comme si elle avait besoin de se cacher un moment pour réfléchir à une nouvelle stratégie. Tournant la tête au maximum pour ne plus le regarder, elle bafouilla un léger : « Mais non, j'ai rien d'intéressant. T'es trop nul ou quoi ? Je me suis excusé voilà c'était drôle haha, maintenant laisse moi tranquille et barre toi d'ici. » Oui, les compliments, ça avait l'effet inverse chez elle. On lui avait trop dit qu'elle était intéressante, mais c'était à cause de son don, de ses bonnes notes. Rien d'autre. Fronçant les sourcils, elle se voulait menaçante.

Mais bien sûr, comme toujours, il insistait ce bougre ! Il s'approchait trop près, trop trop près... la demoiselle tenait uniquement plus que sur ses coudes maintenant. C'est là qu'elle regrettait d'être nulle en sport. « Eh ! » Effy vit son plan de secours se barrer de derrière son dos et alors qu'elle tendit un bras pour le rattraper et l'assommer avec, le bouquin tomba par terre et elle lâcha l'autre coude pour s'allonger complètement sur le bureau dans un bruit sourd. « Pousse toiiii ! » Effy rougit encore plus, c'était tellement tendancieux comme position. Tellement ! « c'est toi qui est naif de croire que tu peux me faire du mal. J'en ai rien à faire de tes menaces. » Menteuse! Elle était totalement hors de contrôle et son petit cœur s'emballait déjà dans sa poitrine.ça se voyait tellement. Elle n'avait plus aucun moyen de s'en sortir si ce n'est de lui foutre des coups de pieds pour le faire reculer. Qu'elle faisait en serrant les dents pour ne pas flancher. Ne pas flancher.

made by Jacage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïka Origawa
« Élève de la classe Saturn. »
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 09/05/2013
Feat. : Kirito [SAO].

MessageSujet: Re: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   Sam 11 Mai - 11:36

V. Le jeu s'installe.

La scène de théâtre commence.



Son passe-temps : torturer les pauvres jeunes filles ? Pas spécialement mais il est vrai que ça lui plaisait tout particulièrement. C'était tellement simple d'agir sur leur mental pour la plupart... Cela ne semblait pas être le cas d'Effy. Il lui en fallait décidément beaucoup pour céder à ses assauts. Elle voulait résister ? Très bien, il avait employé une manière un peu plus forte de toute façon. Celle-ci semblait bien marcher, elle stoppa net sa phrase et se mit à rougir devant l'oppression provoquée par Saïka. Alors ? On fait moins la maligne là ! Un air fier se dressa sur le visage du jeune homme. La demande de la jeune fille ne fut qu'amplifier son contentement de la mettre dans cet état. Sa torture était peut-être toute trouvée du coup : La rendre gênée un maximum. C'était une optique... Bon, il verrait de toute façon bien comment cela tournerait et puis ce n'était pas les idées qui lui manquait.

-Je trouve que tu sembles sans défense pourtant... Ce n'est pas conseillé de se mentir à soi-même il parait.

Le meilleur arriva très vite, son compliment finit par la mettre dans tous ses états. "Intéressante" représentait donc autant pour elle ? Ou peut-être que Saïka l'avait dis d'une façon équivoque ? Oh peu importe, il n'allait pas vraiment s'en soucier, au contraire. Tout ce qui pouvait l'atteindre était bon à prendre, en particulier si cela menait à ce genre de réaction. De toute façon, elle avait beau dire ce qu'elle voulait, le résultat restait le même : Elle ne pouvait absolument rien faire. Sa seule issue fut de tenter de vain coups de pieds afin de le faire reculer. Le jeune homme laissa apparaitre pour la première fois un rire entre le sadique et l'attendrissant. Il était vraiment difficile de faire la part des choses même si les deux aspects apparaissaient clairement sur son visage. Sa personnalité était bien trop amusante pour lui, il ne devait pas la gâcher et la blesser. Il s'en tiendrait pour cette fois qu'à la gêne... Quoi que.

-Tu es certaine que je ne peux te faire du mal ? Que ferais-tu si c'était le cas ?
Dans un geste rapide, il détacha l'une de ses mains qui le maintenant en appuie sur la table et la posa sur la bouche de la jeune fille. Il lui fit signe de l'autre de se taire, gardant l'inclinaison sereinement. Bon ! Si elle comptait crier, c'était désormais impossible. De toute façon elle ne l'aurait sans doute pas fais sous risque de l'énerver encore plus mais Effy étant vraiment imprévisible pour lui, il se devait de s'en assurer. Rien ni personne ne devait interférer dans leur ballet. Il s'en prendrait à celle-ci dans le cas contraire et serait plutôt de mauvais poil. Par chance, la pauvre jeune fille avait elle même choisi un endroit isolé, théâtre de soumission pure et dure. Car oui, cela ressemblait plus à un scénario de soumission qu'à autre chose avec ces positions évoquantes. Saïka semblait s'en amuser contrairement à sa victime.

-Que dois-je te faire à présent dans cette position ?
Masquant un grand sourire, il garda son air neutre et lui fit un clin d’œil. Effroyable ! Avec un minimum d'imagination, tous les pires scénarios n'allaient pas tarder à jaillir dans la tête de cette frêle jeune femme. Peut-être allait-il être surpris encore une fois. Il n'attendait plus grand chose de sa part, ses réactions étaient bien trop incontrôlables pour sa petite personne. La capacité de lire dans les pensées lui aurait été bien utile mais pour le coup, son don n'allait pas lui servir à grand chose. Toujours plus avide de jeu, il finit par détacher sa main de sa fine bouche et laissa apparaitre un sourire cette fois-ci. Il semblait sûr de lui, pas convaincu qu'Effy veuille hurler pour que quelqu'un vienne l'aider.

-Je suis joueur, je te laisse donc la possibilité de crier. Attention, je risquerai d'être encore plus en colère après. Souhaites-tu prendre le risque... Effy ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy G. Saddler
« Élève de la classe Uranus. »
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/04/2013

MessageSujet: Re: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   Sam 11 Mai - 13:01




❝ You ain't nobody 'til somebody hates you !

.
Que se passait-il dans sa petite tête ? Trop de choses en vérité. Les informations se battaient entre elle et une migraine vint s'emparer de ses états d'âme. Il faisait réellement peur, il fallait l'avouer. Et cette petite première de la classe n'avait rien demandé après tout. Alors pourquoi s'acharnait-il à vouloir lui faire du mal ? Étaient-ce petites provocations qui l'auraient ainsi titiller jusqu'au plus profond de lui ? Faut se calmer hein ! Les hormones ça ne va plus de tout ! La jeune femme fronça les sourcils et grogna un peu. « Je ne mens pas ! T'es qui pour essayer de m'analyser de toute façon ?! » Effy se retenait vraiment de lui en coller une à ce petit prétentieux. Mais avant même qu'elle ne puisse faire quelque chose ou même protester, il plaqua sa main sur sa bouche, ce qui la fit remuer d'autant plus. Elle détestait qu'on l'empêche de parler ! Son frère faisait ça aussi parfois ! « Mhm ! » elle le fusilla du regard et serra les poings. Il allait payer.

Mais son instant de rage combinée à de la rancune se dissipa quand il lui intima par un simple geste de se calmer, susurrant des paroles bien douteuses et gênantes. Bien sûr, il pouvait être content car elle eut la réaction encouru. Rougissant jusqu'aux oreilles, elle remua un peu montrer qu'elle désapprouvait totalement. Utile ? Peut-être bien que non. Effy se sentit un peu mal, c'était plutôt assez horrible comme sensations... enfin, tant qu'il ne la violait pas sur la table, tout était encore sous contrôle. (If you know what i mean). La demoiselle pu enfin respirer quand il enleva sa main et elle avança sa tête pour lui mordre et le pousser un peu. « Crève ! T'y arriveras jamais ! JAMAIS ! » essoufflée, elle respira un peu plus fort et retomba en arrière sur la table, épuisée d'avoir forcé sur son dos.

Alors qu'elle était encore toute perturbée par ses dires, elle se rendit compte d'avoir crier après avoir compris sa menace. Elle avait osé ! Ou pas d'ailleurs. Tout dans sa tête se mélangea et elle fronça les sourcils. Si elle voulait l'insulter, et si elle le faisait en plusieurs langues ? Ce petit con n'allait même pas comprendre ce qui allait suivre. « Мудак вы думаете, что?* » énervée, elle ne savait même plus ce qu'elle disait mais espérait bien que ça le fasse fuir. « Schmutzig Scheiß** !! » Et c'était pas fini mon petit ! « 雌犬私を放っておいて下さい ! *** » Pour l'achever sur un gentil. « Fuck you !**** » La demoiselle était aussi perdue que lui sûrment mais arborait une expression déterminée comme si elle ne comptait pas se laisser faire. Juste un bug de son cerveau en vérité, pauvre petit fille... « Oups. »

________________________________

*connard tu te prends pour qui ? (russe)
**Pauvre merde ! (allemand)
*** Laisse moi tranquille salaud ! (japonais)
**** VA TE FAIRE FOUTRE ! (anglais)
Google traduction bitch plz.

made by Jacage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïka Origawa
« Élève de la classe Saturn. »
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 09/05/2013
Feat. : Kirito [SAO].

MessageSujet: Re: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   Sam 11 Mai - 13:38

VI. Renversement de situation.

La méconnaissance opère.




"Retournement de situation" serait sans doute le terme le plus adapté pour décrire ce qui était en train de se passer. Ce dernier commença par un ton un peu plus ferme malgré les joues teintent dans leur totalité. Elle ne comptait désormais plus se laisser faire n'est-ce pas ? De plus en plus intéressante, elle en arrivait presque à faire perdre ses moyens au jeune homme. Il ne savait tout simplement pas comment réagir face à un si rapide changement d'état. Quel adversaire honorable, elle serait un trophée de choix si jamais il arrivait à la man... Non, de toute évidence il n'y arriverait pas. Il le comprit lorsque celle-ci attrapa fermement sa main avec sa bouche pour y laisser l'empreinte de ses dents. Il allait sans doute les garder un moment au vu de la pression qu'elle avait mise en œuvre. Remarque, cela devait lui faire un bien fou de pouvoir libérer la rancœur qu'elle devait ressentir en ce moment même. De son côté, Saïka ne réagit pas vraiment si ce n'est pas une légère grimace. Il n'était pas insensible non, il était juste affreusement surpris. Impassible, il resta à la fixer pendant ses cries et ses insultes en diverses langues sans dire un mot, aveuglé. Lorsqu'il reprit un peu de sa lucidité quelques minutes après, il se redressa sans pour autant reculer du rebord de la table. Les yeux mi-clos, il jeta un coup d’œil à sa main endolorie puis à la jeune femme.

-Euh... Il se passe... quoi là ?
Méconnaissable. Il ne savait plus vraiment où il était. A l'instar du reboot, son apparence semblait méconnaissable. Un changement d'état brutal. Une léthargie éveillée. Un visage vide. La réaction plutôt violente d'Effy sonnait comme un changement dans son humeur. Ce changement se fit si rapidement qu'il ne su pas comment réagir sur le coup encore une fois. Il se contenta de reculer en fixant la jeune femme, allant jusqu'à rentrer dans une rangée de bibliothèque et tomber sous le poids des livres l'heurtant. Elle était bien plus intéressante qu'il ne le pensait. Devant cette réaction, il n'avait juste plus envie de l'embêter. Ses précédentes pensées sadiques disparurent pour ne laisser place qu'à un garçon normal, plutôt sympathique même. Bon, il était coincé sous des livres et son visage perdu ne respirait pas la confiance mais tout de même.

-J'ai compris, je vais te laisser... tranquille. Désolé pour le dérangement.

Comme une fleur, il allait pour s'en aller lorsqu'il se rendit compte que le poids des livres était bien plus que ce qu'il pouvait soulever. L'antre littéraire ce serait-elle rebeller contre lui ? Supplice pourfendeur que de se retrouver bloqué par son pire ennemie : les livres. Bon, bah finalement il allait resté un peu plus que ce qu'il avait prévu avec la jeune fille. Triste nouvelle ? Ou pas, cela semblait amusant. Il espérait simplement qu'elle ne soit pas trop rancunière et qu'elle viendrait l'aider. Au pire il demanderait de l'aide aux personnels... ou pas. Avec les cries qui étaient passés, tout de même, discrets par un miracle certain et le chahut qu'il avait causé, il était bon pour une louuuuuuuurde sanction.

-Dis, tu pourrais m'aider à me sortir de là s'il te plait ?

Analysons les chances que celle-ci accepte après ce qu'il venait de lui faire subir ? Remarque ce n'était pas si terrible que ça, après tout il ne lui avait rien fais à part une torture mentale, la coucher sur une table dans les règles d'un viole etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy G. Saddler
« Élève de la classe Uranus. »
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/04/2013

MessageSujet: Re: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   Mar 14 Mai - 21:17




❝ There's something inside you, it's hard to explain.

.
Que se passait-il ? La tempête semblait s'être soudainement calmé. Il était devenu plus doux, comme si son élan de sadisme précédent s'était évaporé d'un coup. Serait-il lunatique comme gars ? La jeune fille n'en savait rien mais elle gardait un œil méfiant sur lui. Effy devait se remettre de ses émotions encore un peu rudes de son dernier bug cérébrale. Une main sur son front pour essuyer les sueurs froides et frénétiques qui humidifiaient sa peau, elle reprit son souffle en fixant son interlocuteur qui avait l'air encore perdu par ce qu'il s'était passé il y a quelques secondes. Soulagée d'avoir pu lui faire cet effet là, elle le laissa reculer en murmurant. « Hum...tu l'as cherché. » c'était totalement idiot et inutile. C'était Effy dans toute sa splendeur. Mais la suite des événements la surprit d'autant plus. Il s’excusait à moitié et décidait de la laisser tranquille. Comme ça ? La jeune femme écarquilla les yeux sous la surprise et serra les poings comme pour montrer son incompréhension. « Que... ? »

Il recula, faible. Il se mangea l'étagère, faible. Il lui demandait carrément de l'aider ? FAIBLE. Pourquoi alors qu'il se trouvait être si fort d'esprit, mené par cette sadique impétuosité, se retrouve t-il tout penaud ? Effy s'avança vers lui, encore un peu troublée par son changement d'attitude... avait-il vraiment viré de bord ou était-ce encore une de ses farces fielleuses ou un piège obscur ? « Euh oui tout de suite... » rougissant un peu elle lui tendit sa main pour le relever. Puis c'est ce qu'elle fit avec douceur pour ne pas le brusquer. Elle était redevenue la douce Effy du début, un peu maladroite et incertaine. Il semblait s'être calmé et attendri, pourquoi devait-elle continuer à jouer sa peste ? Pensant qu'il allait partir, elle se mit à genoux par terre pour ramasser les livres qui étaient tombés par terre sous le choc de la collision. Lentement, elle les remit à leur place, et se tourna vers lui. « Bah t'es encore là ? »

Elle resta alors bloquée contre l'étagère, la main sur un livre qu'elle poussait pour le ranger entre deux autres. Ne sachant que dire, elle tremblait presque sous ce silence pesant. La demoiselle aurait bien voulu sortir une phrase cynique pour détendre l’atmosphère mais ça n'aurait rien arrangé. Elle attendait qu'il parte comme il l'avait prévu, pour qu'elle puisse se replonger dans ses livres ennuyeux à mourir, mais à contrario, elle espérait aussi secrètement qu'il reste, sadique ou non. Après tout, elle avait été sympa là, aucune raison qu'il s'énerve ! Ou alors il était vraiment étrange. Secouant la tête négativement comme pour expulser ses idées noires, elle jeta un regard discret à celui-ci, s'empourprant de plus en plus. « Désolée pour tout à l'heure au fait... » Voilà, il méritait enfin des excuses.


made by Jacage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïka Origawa
« Élève de la classe Saturn. »
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 09/05/2013
Feat. : Kirito [SAO].

MessageSujet: Re: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   Mer 15 Mai - 12:51

VII. La tempête se calme.

Que vais-je bien pouvoir te faire ?





Bloqué par les montagnes de livres, Saïka se retrouva contraint de faire face au savoir. Comme dans une lutte épique, son regard défiait de manière désinvolte les livres parsemant son corps. Sa bouche semblait les provoquer également, injuriant les millénaires de recherche qui avaient finaliser cette ouvrage. O Odin ! Dieu du savoir ! Ton esprit était-il si torturé que ça pour mettre en place toutes ces pensées funestes ? Qu'on vienne l'aider ! Il n'en pouvait plus de toute cette lumière sortant du papier. Son appelle fut entendu à son plus grand plaisir. Effy qui semblait perturbée par ce tournant accepta de venir l'aider, lui tendant sa main. Après quelques secondes à admirer la grâce divine de cet être le libérant de tous les maléfices de l'antre, il prit sa main et finit par se relever. Un grand sourire de contentement se dressa sur son visage tandis qu'il poussait discrètement les "démons". Toussotant un peu, il regarda autour de lui afin de s'assurer que personne n'allait venir l'assassiner pour le dérangement qu'il avait causé puis il dit.

-Merci, tu m'as sauvé la vie.

Aux portes du comique, Saïka était néanmoins plus sérieux que l'inverse. Il se tut par la suite, observant la jeune fille qui se mit à ranger le bazar, ne prêtant plus attention à lui pendant ce temps. Il continua, intrigué jusqu'à que celle-ci finisse par s'en rendre compte. Un long silence s'installa alors jusqu'à que la frêle jeune femme s'excuse, profitant de ce moment de sympathie. Le visage de Saïka retrouva à peu prêt au même moment son état initial n'étant plus sous la surprise de la réaction. Il s'approcha alors, se hissant dans son dos pendant qu'elle rangeait pour lui murmurer de nouveau dans l'oreille.

-Étrange... Il semblerait que tu ais réussi à me faire perdre mon sang-froid.

Il sourit ensuite, la jeune fille ne pouvant pas le voir dans cette position. Sa voix était toute nouvelle, elle ne semblait pas dictée par son sadisme ou bien par sa surprise, il était normal pour ainsi dire. D'ailleurs, il avait maintenant repris ses esprits et donc il savait comment il était arrivé sous une montagne de livre. Si lui était bizarre pour son changement de comportement, cette mystérieuse Dawel aussi. Peut-être pouvait-il s'entendre normalement, les deux extrémités de leur caractère s'entre-choquant pour laisse place à quelque chose de normal ? Enfin, pour le moment cela allait plus dépendre d'Effy et des pensées virevoltantes dans la boite crânienne du jeune Ifreann. D'un bond, il s'assit sur la table, précédant lieu de torture après avoir soufflé contre sa chevelure.

-Qu'est-ce qu'une personne comme toi fait chez les Dawels ?

D'un avis objectif, il était normal qu'elle soit chez eux. Seulement il ne les aimait pas vraiment, les jugeant bien trop inintéressants dans leur façon d'agir en comparaison au sadisme des Ifreanns. C'était un point de vue personnel mais la réaction précédente d'Effy le poussait à croire qu'elle devrait être de son côté. Hilarant n'est-ce pas ? Après tout, le jeune homme n'avait pas vraiment le sens pour comprendre la répartition des groupes. Faisant pendouiller ses pieds pour passer le temps à son tour sur cette table, il se mit à enchainer. Son visage retrouvait un peu des airs de provocations, se désignant lui même de manière implicite.

-Tu devrais faire plus attention la prochaine fois, des personnes pourraient te faire toutes sortes de choses tu sais...

Juste après avoir dis ça, il quitta la table discrètement, marchant accroupi jusqu'à elle puis se redressa rapidement avec un "bouh !" magistral. Très puéril mais toujours aussi efficace pour faire peur. Il s'était permis d'ailleurs de poser une nouvelle fois sa main sur sa bouche pendant cet instant pour parer tout éventuel cris et ne pas aggraver son cas. Une fois sûr que la peur soit passée, il retira sa main avec un air "Tu vois, fais attention".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy G. Saddler
« Élève de la classe Uranus. »
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/04/2013

MessageSujet: Re: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   Jeu 16 Mai - 17:46




❝ Could i no fake it again ?

.
La jeune femme fut assez surprise par le merci qui lui arriva dans l'oreille. Se sentant encore gênée et rougissante à ce contact, elle se décala alors sur le côté pour échapper à son souffle rauque et sensuel. « Hum... » étrange ! Il semblerait que lui aussi lui faisait perdre tout ses moyens. Serrant les poings dans l'incohérence, elle avait la simple impression d'être la fille la plus stupide du monde, car elle avait beau chercher un peu de répartie au fond d'elle, rien ne sortait ! Elle qui était d'habitude si peste et si confiante, ses forces mentales l'abandonnaient peu à peu. Elle ne savait décidément pas quoi faire. Silencieuse, la jeune fille se tourna lentement pour ramasser les deux livres qui restaient et les enfonça dans une rangée discrètement. Effy pria presque un dieu unique pour qu'il soit parti quand elle se retournerait. Manque de pot, il était toujours là... lui et son petit sourire arrogant, elle le fixait assis sur la table, à balancer ses jambes comme elle le faisait il y a 5 minutes.

Rougissante en pâmoison devant son sourire diabolique, la jeune femme soupira discrètement pour lui répondre simplement. « Je suis chez les dawels parce que c'est comme ça ! Arrête de me poser des questions... » elle tourna la tête en fronçant les sourcils et marmonna. « Toi je comprends pourquoi tu es chez les ifreanns... ! » ne prenant pas en compte cette petite réflexion, il continuait de balancer ses pieds avec son petit air arrogant. Il l'énervaiiit ! Alors Effy serra les poings et leva les yeux au ciel en soupirant. Quand elle redirigea son regard vers lui, il n'était plus là. « Mais... ? » BOUH ! Elle sursauta comme une folle et voulu crier, mais à nouveau une main se plaqua sur sa bouche et elle se calma doucement. Dégageant son visage, elle le foudroya du regard. « ça va pas la tête de me faire peur comme ça ?! Idiot ! » Elle le prit par les épaules et le colla violemment contre les étagères.

Mais elle s'empressa de le lâcher, gênée et partit ramasser son sac besace qu'elle mit sur son épaule. « J'm'en vais. Crétin, j'espère qu'on se re-croisera pas. » était-elle sincère ? Sûrement pas, elle espérait secrètement qu'il la retrouve un jour dans l'école et qu'ils puissent continuer leurs merveilleuses aventures. Bien sur elle était trop têtue et ne lui avouerait jamais ! « Bref, salut hein ! » et elle fila en courant, se croûtant au passage là ou il était déjà tombé, mangeant le sol qu'il avait déjà mangé, versant une larme là ou il n'avait osé pleurer, souffrant là ou il avait soufflé. Et elle est s'en alla, comme une ombre, comme un rêve éphémère, qui n'aurait durer que quelques minutes, si lointain et délicat, si rare et adéquat.


made by Jacage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'encre... Quelle drôle d'invention. [PV Le prince Lu Effy]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle est la base du développement ?
» Quelle bande de nazes!
» quelle est cette décoration militaire ?
» Quelle desperate Housewife, etes-vous ?
» Quelle monture chevaucherez vous?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« — Deane For Dream » ::  :: Bibliothèque ;-
Sauter vers: