« Ifreann. Dawel. Quel clan choisirez vous ? Bienvenue au pensionnat Deane, là où les rêves ne sont qu'utopiques … ♪ »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Osahar - Il n'y a plus de fumée dans le désert. Sorry, bro ! [-Loaded-]

Aller en bas 
AuteurMessage
Osahar Seth
« Élève de la classe Pluto. »
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 19/04/2013

MessageSujet: Osahar - Il n'y a plus de fumée dans le désert. Sorry, bro ! [-Loaded-]   Ven 19 Avr - 14:22

Osahar Seth

❝ Fumée, rêverie du feu ! ❞



    SURNOM : Osa ! Diminutif de Osahar, m'enfin, c'est logique !
    AGE : Mmmh ... Disons 20 ans, quoi ? Comment ça je suis censé le savoir ?
    PAYS D'ORIGINE : Égypte. Pays des chameaux et des lampes magiques.
    NÉ(E) LE : Je suis né un jour de chaleur ? Je me fous de vous ? Un peu ~
    STATUT : Élève.
    GROUPE : Dawel n'est pas qui veut (:
    CLASSE OU MATIÈRE : Pluto
    RACE : Humain à don ... ou à malédiction ?
    DON OU ANIMAL : Je suis un homme fumée. Non, je ne conçois pas de feu en mes entrailles. Non, je n'enflamme pas mes semblables. Cependant, qui peut se vanter de se répandre, de disparaître en fumée quand il le désire ? Moi, je le peux. La fumée, c'est mon quotidien, j'en suis, j'en crée, j'en vis. A la manière d'une cigarette, je fume mais contrairement à elle, je ne me consume pas. Je suis inaltérable, intarissable, intangible. Bientôt, votre vue se brouille, vous ne voyez rien et ,soudainement, Vous vous prenez un coup qui vous blesse et part en fumée. Bien sûr, la fumée peut être dense, et rapidement lourde, elle vous ralentit, vous paralyse, presque solide. Le brouillard s'engouffre dans vos poumons, à l'intérieur, il se répand dans vos poumons, et rapidement, c'est l'asphyxie. C'est, à présent, votre âme qui part en fumée. Comme vous avez pu le constater, de la fumée, je suis le maître, sa densité, sa quantité, sa position. Si je n'étais pas si humain, je me croirais démon ~



Physique
TAILLE : Je ne suis pas très grand, mais pas petit pour autant. Je suis, dirons-nous, dans une moyenne avantageuse.
POIDS : Non, ne cherchez pas, pas un gramme de graisse, j'ai l'impression que mes kilos en trop partent en fumée, pas vous ? *rire*
CHEVEUX : Mes cheveux n'ont jamais été d'une autre couleur que celle des nuages ou des colombes ... ou de la fumée ? Ils ne sont pas longs, ils ne sont pas courts, m'enfin, mon portrait devrait vous satisfaire.
YEUX : Mes yeux sont bleus turquoises. C'est rare dans mon pays d'avoir des yeux de couleur si claire, enfant déjà, pour cela, on me considérait différemment.
TROUBLE(S) PHYSIQUE(S) : Non, aucun défaut physique notable. Hormis ... Non ... Vous le découvrirez bien assez tôt. [Le bras droit en moins, ça compte ?]
SIGNE DISTINCTIF : Une boucle d'oreille ? Pas suffisamment notable ? Et ma chaîne autour du cou ? Et mon bras en moins ? Et la fumée qui s'échappe de mon corps de temps à autre ? C'est assez important pour vous ça ?


Mental
ORIENTATION SEXUELLE : Bisexual : Love everyone o/
QUALITÉS : Passionné, Gentil, Protecteur, Fêtard, Généreux, Amical, Impressionnant, Assuré.
DÉFAUTS : Dragueur, Enfantin, Fainéant, Vorace, Téméraire, Paresseux, Colérique, Menteur.
GOÛTS : En matière de musique, il aime beaucoup ce qui rock et pop, cependant, il n'aime pas les extrêmes comme les musiques composées de hurlements ou alors de paroles très dures comme le rap. Il adore les aliments fumés comme le poulet fumé, le jambon fumé, les frites fumées, oui, vous l'aurez compris, il fait absolument tout cuir avec de la fumée ... Ses vêtements sont très simples, il possède des dizaines et des dizaines de tee-shirts blancs de différents genre, manches longues, courtes, sans manches, blanc cassé, blanc lait, écru, platine, opalin, crème, etc ... Ses habits sont généralement exclusivement blanc, il se laisse tenter par de petit écart avec du gris parfois.
RÊVE(S) : Il ne rêve de rien en particulier. Si quelque chose le tente, il fera ce qui est nécessaire pour l'obtenir. C'est triste, mais sans aucune crainte, on n'a aucun rêve.
CRAINTE(S) : En fait, aucune, il est vraiment téméraire. Sa seule crainte s'est déjà réalisée.
AUTRE(S) : Il ne supporte pas les gens qui se pense mieux que d'autres, il considère les ifreanns comme ses égaux, en fait, il dénigre tellement les statuts sociaux qu'il parle aux professeurs et aux directeurs comme des égaux.


Mon passé
« Les papyrus de la connaissance n’ont jamais autant été des vieillards aux langues incomprises. »

Enfant du Nil. Enfant du désert. Osahar a toujours vécu dans le désert mais personne n’a jamais connu ses parents, en fait, c’est presque comme s’il était apparu de lui-même. Cependant, les rumeurs ne sont pas des vérités générales. La réalité est tout autre : Osa est né de l’union d’une putain du désert et d’un riche commerçant, ni l’un, ni l’autre ne le garderont. Après avoir enfanté, la mère biologique du gamin l’abandonnera en plein milieu du désert pour que ses cris et sa vie soient étouffés par le désert. C’était sans compter sur le passage de Marcheurs de Sable. Des gens complexes, à la fois partisan du savoir mais sans le scrupule des pacifistes : La connaissance et les armes sont des pouvoirs. Ces voyageurs récupérèrent le petit et poignardèrent la mère pour son sacrilège. L’idée de la justice que se faisait le groupe d’érudit était très alambiquée et construite. Le désert saurait être un tombeau d’exception pour la pécheresse. Une vie est précieuse, et à cause de cela, ils décidèrent de garder le gamin.

Osahar aura bénéficié des connaissances et des valeurs des Marcheurs de Sable. Lorsqu’il eu environ 12 ans, Osa remercia les érudits pour le savoir transmis. Personne n’est condamné à rester dans le clan. Ainsi, le jeune garçon plein de rêve et d’ambition eut reçu comme cadeau d’adieu une boucle d’oreille gravé de hiéroglyphes à son nom. Il entra alors dans la grande ville la plus proche pour y vivre comme n’importe qui.

L’acceptation sociale fut très brève, rapidement accepté dans la société, Osahar en fut très hâtivement exclu quand un don lui apparut. Beaucoup le pointèrent du doigt, d’autres lui lancèrent des caillasses sans jamais l’atteindre mais jamais personne ne fut compatissant avec lui. Celui que l’on nommait « le démon du désert » ne leur en tint jamais rigueur, l’absence de connaissance engendre la haine et lui-même ne comprenait pas ce qui se passait alors comment les autres pourraient-ils savoir ? Le garçon fumait, littéralement, il créait de la fumée qui partait de son corps et s’envolait au loin. Plus d’une fois, il faillit s’éparpiller aux quatre coins du pays parce qu’il devenait si léger que le vent aurait pu l’emporter au loin.


« Cours dans le désert. Contemple. Vois-tu combien tu n’es rien ? »

Un an après son arrivée en ville et quelques mois seulement après la découverte de sa malédiction, Osahar subissait toujours autant de moqueries et suscitait encore trop de haine. Un soir, alors qu’il errait près d’un bâtiment, à la recherche d’un emplacement libre pour passer la nuit, une bande composée de quatre à cinq personnes se mirent à lui courir derrière, ils étaient masqués et hurlaient des insanités à en faire pâlir les plus grossier d’entre vous. N’écoutant que son instinct, comprenant parfaitement qu’il n’était plus considéré comme acceptable, l’enfant de treize ans courut, il ne pouvait que fuir. Osahar fut chassé dans le désert. Il n’était même plus tolérable d’être différent dans l’enceint de la ville.


« Les tempêtes de sables ? Rien de plus que Seth qui te veut du mal. »

Errant dans le désert, se nourrissant de la fumée des campements éteints récemment, Osa ne faisait que survivre, rien de plus. Aucune joie, sans peine, juste un regret, celui de ne pas avoir su garder sa place. Son seul cauchemar, celui de ne plus vivre, venait de se réaliser et il avait surmonté tant bien que mal les sentiments liés à sa disgrâce.

C’est en pleine nuit qu’un jour, les vents commencèrent à se déchaîner dans le désert. Des lambeaux de fumée ici et là, Osahar ne contrôlait toujours pas les chaînes qui l’entravaient hors de la société. Des chaînes, c’était exactement ça et comme les chaînes d’or qu’il portait autour du cou, symbole de son appartenance passée à un clan d’érudit du désert, il devait apprendre à vivre avec, de la même façon qu’il avait appris avec les liens qui l’étouffaient étant jeune mais qui faisaient, maintenant, parti de lui. Le vent puissant paraissait en vouloir au gamin, la nature elle-même se répugnait donc à porter un être différent ? Bientôt, le sable volant se fit plus violent, de temps à autre, des rochers plus ou moins gros lui passaient au travers ou l’égratignaient.

En cherchant un abri parmi des ruines au milieu du désert, un désastre se produisit. Le vent rompit la fixation d’un toit le faisant s’écrouler sur l’enfant. De peu, Osahar esquiva la plus grosse partie de la toiture mais un morceau bien moindre vint aplatir son bras au sol, impossible de se dégager, impossible de partir en fumée, satanée malédiction.


« Le silence des morts … C’est dans le désert qu’il est le plus fort. »

Quelques temps plus tard, après s’être remis de la perte de son bras droit, il avait réussi à assimiler les bases pour limiter les défauts de son pouvoir. Il portait un grand habit blanc lui permettant à la fois de contenir les quelques fumées qui s’échappaient de ses membres de temps à autre mais aussi de camoufler cette dernière sur un habit de même couleur. Osahar s’était réfugié dans un petit village méconnu. Il devait avoir 17 ou 18 ans tout au plus. Il aidait aux tâches quotidiennes du village, réparer les dommages des tempêtes, délivrer des messages ou des objets ou même nettoyer des maisons, en échange, il dormait dans les étables.
Malheureusement, pour d’obscures raisons, il fut chassé à nouveau comme il l’avait été autrefois. Dans le désert, à nouveau, il dut subsister.

En plein désert, il surprit plus tard une demoiselle qui tentait de retrouver son chemin pour la ville. Plein de bonne volonté, Osahar lui vint en aide. L’égyptienne d’allure riche accepta volontiers son aide. Ils conversèrent longtemps, la jeune femme vivait dans une ville lointaine, si loin qu’il semblait presque improbable qu’elle se soit retrouvé là uniquement en marchant. Elle se faisait appelé Izy, elle comprenait parfaitement Osahar sans rien savoir de lui, et de temps à autre, on aurait dit que c’est de lui qu’elle parlait quand elle exposait des faits ou des exemples pour « faire la conversation », comme si elle avait assisté à la vie entière du garçon. Osa ne songeait à rien de plus qu’une coïncidence. Après quelques jours de marche et de campement dans le désert, Izy et Osahar étaient devenu assez proches sans que la situation ne soit étrange. Elle en vint même à découvrir ce que cachait le jeune homme sans que cela ne la perturbe spécialement. Elle en parlait avec beaucoup de compréhension et sans aucune haine.

Plus tard, quand la ville fut visible à l’horizon, elle lui proposa de voyager, il accepta sans peine quand il repensait à tout ce qu’il avait vécu de malheureux dans ce pays. Elle lui confia un petit sac de voyage qui devrait lui servir uniquement lorsqu’elle serait arrivée à bon port. Une fois à deux pas de la ville, Isy s’arrêta et demanda à Osa de continuer, ce qu’il fit immédiatement. Après quelques secondes, il se retourna, elle avait disparu. Volatilisée, la demoiselle lui avait cependant laissé le sac de voyage. Après avoir ouvert le sac, quelle ne fut pas la surprise du jeune homme de découvrir des plans de ville, énormément d’argent à ne savoir qu’en faire et une lettre. Il s’empressa de lire cette dernière, les écrits lui indiquaient comment rejoindre un pensionnat pour les gens « spéciaux » comme lui. La somme d’argent devait lui servir à vivre en attendant de rejoindre l’endroit. Dans la lettre des adieux était fait pour le jeune homme, tout avait été prévu. Seul un détail incongru fit sourire Osahar, la lettre n’était pas signé Isy mais Isis, déesse protectrice et salvatrice. Les dieux avaient-ils étaient tant à l’écoute d’Osahar pour lui confier de quoi vivre comme il l’entendait ? Peu importait, il calcula l’argent nécessaire pour faire le trajet et se nourrir, il confia une partie du surplus à des jeunes enfants pauvres et s’en alla.

Quelques jours plus tard, presque une semaine, après énormément de temps de voyage, il arriva devant les grilles d’une école. Rapidement accueilli, il fut très vite intégré à l’école malgré quelques lacunes et avec un travail minutieux et plein d’intérêt, il compensa son retard pour pouvoir entrer dans des écoles supérieures l’année suivante.




    PRÉNOM/PSEUDO : Prénom ? Aucun, à la naissance, on m'a donné un prénom, mais je crois qu'on m'a menti ...
    AGE : As old as Earth. Oui, je l'admet, je suis une vieille peau D:
    COMMENT T'AS DÉCOUVERT LE FORUM ? : Par une amie qui m'a soudoyé avec un petit peu de money money ;D !
    T'AS UNE PROPOSITION L'ARTISTE ? : Mmmmh ... Des concours ? Des jeux hors flood qui créerait plus d'activité niveau RP ? Genre ... des missions ? Je sais pas, pourquoi pas un système de rémunération de RP avec des cadeaux comme des rangs, des kits, des news en avance, la modération de la CB pendant un mois, des petits trucs sympa qui motivent quoi ;D ! Et pis pourquoi pas un journal *O* Les journaux, c'est marrant ... un peu comme les chatouilles !
    C'EST QUI SUR TON AVATAR ? : Sharrkan de MAGI (:
    CHOCOLAT OU VANILLE ? : Vanille mais bon, si vous me proposez des smarties en plus, je dis pas non :3
    TU RP DEPUIS COMBIEN DE TEMPS ? : Pas très longtemps ._.



Dernière édition par Osahar Seth le Sam 20 Avr - 13:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphan Deane
Fondateur. Directeur des Ifreanns.
avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Hibari Kyoya de KHR.

MessageSujet: Re: Osahar - Il n'y a plus de fumée dans le désert. Sorry, bro ! [-Loaded-]   Ven 19 Avr - 14:43

J'ai bien reçu ton MP, Jérémiah va s'occuper de ton avatar. Encore bienvenue ! N'hésites pas à poser des questions si tu as un problème ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jéremiah Noctiluca
« Élève de la classe Mars. »
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 04/12/2012
Feat. : Green from Pokémon

MessageSujet: Re: Osahar - Il n'y a plus de fumée dans le désert. Sorry, bro ! [-Loaded-]   Ven 19 Avr - 16:30

    Alors voilà, c'est fini, j'ai mis un peu de temps mais j'espère qu'il te plaira.
    Bon, j'avoue, je me suis fais un gros kiff, ça faisait longtemps que je voulais faire des avatars originaux :3




    Voilà ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Osahar Seth
« Élève de la classe Pluto. »
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 19/04/2013

MessageSujet: Re: Osahar - Il n'y a plus de fumée dans le désert. Sorry, bro ! [-Loaded-]   Ven 19 Avr - 17:33

Merci beaucoup, j'adore ! (:
Maintenant, je dois me dépêcher de faire mon histoire ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphan Deane
Fondateur. Directeur des Ifreanns.
avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Hibari Kyoya de KHR.

MessageSujet: Re: Osahar - Il n'y a plus de fumée dans le désert. Sorry, bro ! [-Loaded-]   Dim 21 Avr - 18:09

BIENVENUE OSAHAR !



Déjà bienvenue, again. Excuse moi du retard, j'étais totalement pris avec le nouveau design et photoshop qui me chiait dessus, enfin bref, je vais pas raconter ma vie hein ! Sur ce ♥ Je te valide, ta fiche elle est cool, l'origine Egyptienne du perso, bah ça change un peu, ça fait du bien ♥ En plus t'écris bien, la diversité du vocabulaire fait du bien. Bon jeu parmi nous (et reste y éè) tu peux désormais aller faire ta fiche de liens, ton portable et t'amuser ! ♥



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Osahar - Il n'y a plus de fumée dans le désert. Sorry, bro ! [-Loaded-]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Osahar - Il n'y a plus de fumée dans le désert. Sorry, bro ! [-Loaded-]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« — Deane For Dream » ::  :: Dossiers scolaires ; :: Dossiers acceptés-
Sauter vers: