« Ifreann. Dawel. Quel clan choisirez vous ? Bienvenue au pensionnat Deane, là où les rêves ne sont qu'utopiques … ♪ »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comme des enfants. || PV Swan. [TERMINÉ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Orphan Deane
Fondateur. Directeur des Ifreanns.
avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Hibari Kyoya de KHR.

MessageSujet: Comme des enfants. || PV Swan. [TERMINÉ]   Dim 10 Fév - 20:39

Spoiler:
 

Il était tard quand il s'était endormi. Et d'ailleurs, il était tellement tard qu'il virait à moitié fou, et qu'il n'avait aucun souvenir de la veille. Du moins, comment il avait atterri dans les bras de Morphée. Il sait juste qu'à sa plus grande joie, Ezechiel avait encore cédé à ses caprices tandis que sa soeur l'avait encore une fois de plus envoyez promener. Orphan aimait bien son frère, mais il le détestait également, d'une haine sans fondements. Si Orphan ne se comprends pas lui même, ça sera encore plus dur pour vous, pauvre ignares.

T'es ma nicotine, mon oxygène. Ce sera surement toi qui m'enterrera quand j'serai mort à force de te respirer. Pendant que tu creuses ma tombe, moi j'deviens fou. T'es qu'un sale chien que j'adore, t'es ma décadence, tu me fais chuter. Mais j'dois aimer ça de tomber. Surtout quand c'est toi qui se jette pour me rattraper.



Orphan ouvrit ses yeux. A l'aube, alors que la chaleur du matin dévorait déjà les ombres dans la pièce, Orphan ouvrit les yeux. Une mine encore sombre. Ah, le directeur au réveil, c'est une longue histoire. Complètement crevé par son caprice d'il y a quelques heures, le soleil lui chuchotait tout bas de se lever. Remuant dans les draps comme un enfant il sentit des pieds glacés se frotter au sien et écarquilla les yeux. Pendant ces quelques secondes, il tenta de se rappeler en détail de ce qu'il s'était passé. Anessa était venu ? Il avait invité une élève à dormir ? Non, non, ça ne lui disait absolument rien. Il se retourna, et détailla son visage. Swan... Mais qu'est-ce qu'il faisait encore là ?

Orphan ferma les yeux. Il serra les dents tandis que la démence recommençait à le ronger. Quel dilemme torturant. Il était à l'instant prit entre le désir de le frapper par pur cruauté et de le prendre ses bras, pour sentir son corps chaud contre le sien. Évidemment, Orphan qui offre de l'affection, c'est si rare, aussi précieux que de l'or. Et on ne réclame pas sa gentillesse. Un sourire presque malsain s'étira sur le visage du jeune homme comme si la folie étirait ses lèvres à sa place. C'était presque inutile de préciser qu'il désirait juste le blesser, par pur égoisme, par pur méchanceté. C'était presque inutile de préciser qu'il tenait à lui malgré lui. La bonne porcelaine n'est que plus belle brisée en mille morceaux.

Le directeur attrapa son frère par les cheveux pour le réveiller et le souleva de quelques centimètres. Alors qu'il dormait peut-être encore, ce geste avait du l'extirper de ses songes. Adieu doux rêves, bonjour cauchemar. Alors que Swan ouvrait doucement les yeux, Orphan colla son front au sien, toujours en tenant ses cheveux. « Bonjour belle au bois dormant. » Il glissa ses doigts autour de sa nuque pour l'emprisonner de sa poigne. « Ton prince est là pour te réveiller. » il serra son emprise lentement. « Ou te rendormir au choix. » Orphan se mit à cheval au dessus de lui et utilisa ses deux mains pour mieux l'étrangler. Il avait souvent ce genre de crises. Ou il perdait totalement le contrôle de lui même. Ou il n'était aveuglé que par la haine. Et c'était souvent Ezechiel qui devait en supporter le prix. « ... Meurs. » Il était fou, ce garçon.


Dernière édition par Orphan Deane le Ven 26 Avr - 12:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezechiel S. Sullivan
Administrateur. Wouaf ! ♥
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Izac [Unlight]

MessageSujet: Re: Comme des enfants. || PV Swan. [TERMINÉ]   Lun 11 Fév - 21:03







 »C'était contre toute logique « 
je t'aime ♥

Je me souviens d'un temps...
Quand il pleurait, j'étais toujours présent pour lui. A chaque instant. A chaque obstacle à surmonter. A chaque épreuve, il savait sur qui compter. J'essuyais chacune de ses larmes, le forçant à relever la tête, haut et fier. L'obligeant à continuer comme il l'avait toujours fait. Ce que, moi, je n'avais jamais su faire. Aujourd'hui ? J'avais l'impression que cela ne cesserait jamais. Ce manège, cette humiliation permanente. Ce désir vain qu'il avait de me détruire.
Putain, je l'aime mon frère. Je l'aime tellement.

Une nouvelle nuit sans dormir. Une nouvelle nuit passée à observer la lune, si belle, si ronde, si charnue, par la fenêtre aux carreaux sales et aux volets ouverts. Un œil pleurant son manque de liberté. Le second veillant tendrement sur les songes et les rêves d'un frère si proche de lui, et pourtant si éloigné. Orphan l'avait appelé. Et comme un esclave entre les griffes de son maître, Ezechiel était venu. Dégradant. Humiliant. Une haine composée d'un amour sauvage et chaotique. Une chose à ne jamais remettre en doute cependant : il aimait son frère. Son petit frère. Son bien le plus précieux. Le plus douloureux. Étrange paradoxe.

Il était enfin parvenu à s'endormir, quand, brutalement tiré d'une nuit trop courte, il avait aperçu sa première image de la journée : son frère, rayonnant de cruauté.

La douleur, d'abord. Un mal de crâne prenant et assez dur à supporter. Ses yeux s'ouvrant brutalement, immédiatement attirés par le regard mauvais du jeune homme brun. Encore une nuit. Encore une journée. Et cela allait recommencer. Ezechiel ne broncha pas et son visage s'assombrit même quand les mains, quelque peu glacées, de son petit frère vinrent se glisser au creux de son cou. N'importe quel être humain du commun des mortels aurait sans doute tenté de se débattre, de s'extirper de cette prison de doigts qui empêchait l'air et le sang de circuler convenablement jusqu'à ses poumons. Jusqu'à son cœur. N'importe qui, mais pas le jeune homme qui se contenta de porter ses yeux vairons sur le visage d'enfant de son frère, d'un regard pesant, accusateur, mais sans colère pure. Ce genre de regard, pour lesquels il était inutile de parler. Un air atrocement résigné planait sur son visage. « Je suis sûr que je te manquerais. »

Il saisit entre ses doigts les poignets de son frère et, accompagnant son mouvement d'un violent coup de bassin pour le déséquilibrer, envoya ce dernier sur le côté. Rapport de force inversé. Saisissant contraste de l'ainé, pesant de tout son poids sur le corps de son frère, le maintenant immobile, plaqué contre les draps encore chauds. Entre ses doigts, il gardait serré les poignets du jeune homme. Son cou le brûlait, le démangeait. Combien de temps resteraient les stigmates de cette matinée ? Cette question ne lui effleura qu'un instant l'esprit. Après tout, il s'en fichait. Il n'avait personne à qui plaire, personne à charmer. Et rien ne comptait plus, à ses yeux, que la démence de son cadet.

« Belle au bois dormant, hum ? » Il haussa un sourcil.« Et tu serais mon prince charmant... » Il secoua négativement le visage, un léger sourire dessiné sur ses fines lèvres. « Pauvre de moi. » Il lâcha prise et redressa le buste, toujours immobile au-dessus de son cher frère. Ses yeux ne se détachant à aucun moment de ceux, toujours aussi mauvais, du jeune brun. Tout deux, à cet instant, ne ressemblaient en effet qu'à des enfants, chahutant au réveil, profitant de l'absence de leur parent pour tenter de nouveaux jeux interdit, plus dangereux et plus nocifs de jamais. De grands enfants incapables de se supporter tout comme incapables de vivre l'un sans l'autre. Orphan et Ezechiel quoi.

_________________



art by metalguppy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphan Deane
Fondateur. Directeur des Ifreanns.
avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Hibari Kyoya de KHR.

MessageSujet: Re: Comme des enfants. || PV Swan. [TERMINÉ]   Mar 12 Fév - 21:49



Je me souviens d'un temps... Ou tu évaporaient mes larmes, tu faisais bouillir ma rage. Elle s'envolait avec la vapeur d'une fraternité sans fondements. Je me souviens, t'étais bienveillant. Tu m'insupportais, avec ce sourire collé aux lèvres, comme si tu voulais me rassurer. Mais ça m'agace de te voir heureux, alors que moi je le suis pas. J'suis égoiste j'suis comme ça. Mais c'parce que j'suis capricieux, que tu m'aimes, voilà. Joues avec moi, le jeu de ma folie, de ma frénésie. Accepte ton destin et sois docile, j'te jure que je tricherai pas. Sois gentil, sois subtile, et ptet' que tu me gagneras.

Orphan le regardait, dans les yeux, son sourire mauvais collé aux lèvres. Mais Swan n'arborait que ce faciès inexpressif que le jeune directeur détestait. Car il haissait qu'on ne réagisse pas à ses petites tortures. Ça ne l'amusait pas. Et Swan ne l'amusait pas, là. Il ne le divertissait pas. Puis ses yeux, adorablement hétérochrome, changèrent de lueur. Ainsi s'installa en eux cette froideur qu'Orphan redoutait depuis toujours. Cette indifférence accusatrice qui s'abstenait de mots. Le pouvoir d'un regard, d'une geste brute mais sans violence. Le fait que tout se retourne contre soi. Cette opiniâtreté qu'il avait de dévisager chaque geste de sa part. Comme un passe-temps. C'était fou comme sa vie était imprégnée d'un ennui dominant. Cette oscillation qu'il avait de le fixer en silence, son regard havane et presque monstrueux qui fixait son frère dans un silence obscène. Ce fait de surseoir autant était presque une antinomie à son caractère réputé.

A sa remarque ironique, Orphan ne répondit qu'un « Tss. » amusé. Puis se retrouva en un quart de seconde sous le jeune loup, plaqué  contre les draps, prisonniers de ses bras. Orphan ne pouvait pas être plus heureux homme. Il l'écoutait en silence toujours souriant et arbora un air sévère quand il se releva un peu. « Pauvre de toi, en effet. » il le chopa par son haut et se rapprocha de lui pour coller ses lèvres aux siennes. Humiliation, résignation, rédemption. Des rimes désolantes et improvisées. Il fit entrer sa langue pour venir malicieusement chatouiller la sienne, entrainé par le lyrisme malsain d'une aurore déshonorée. « Alors tu es ma princesse ? Je t'ai offert un baiser. Marions nous. » Porté par le rire nerveux de celui ci, Orphan jouais encore de son cynisme despotique. L'embrassant une deuxième fois, plus rapidement, il se détacha de lui pour s'éloigner du lit et allumer une clope. Encore en caleçon et débardeur, il s'appuya contre le mur blanc de sa chambre. Ce n'était pas décoré, ce n'était pas attrayant, ça n'avait absolument pas le besoin de l'être.

Orphan jouissait de son attitude désastreusement dévastatrice. Il demeurait ce séduisant directeur, aux jeux mauvais et interdits. Il demeurait le petit frère de Swan, ou peut-être même plus que ça. Ou peut-être même moins. Tirant pour inhaler la fumée, il le regarda. « tu me fais presque pitié dans ton état. On dirait un pauvre chien abandonné. Sans niche. » il eut un petit rire et souffla la nicotine dans sa direction. « Je t'ai acheté une laisse je crois. Dans le tiroir. » Encore et toujours de la provocation. Il allait toujours plus loin pour voir jusqu'où Ezechiel pouvait se déshonorer. Il attendait juste qu'il craque. Et paradoxalement, il ne voulait pas qu'il l'abandonne. « Je t'aime à en crever. » Révélation soudaine ou encore une mesquinerie fielleuse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezechiel S. Sullivan
Administrateur. Wouaf ! ♥
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Izac [Unlight]

MessageSujet: Re: Comme des enfants. || PV Swan. [TERMINÉ]   Jeu 14 Fév - 18:29







»T’es mon putain d’oxygène «
regarde la vérité en face ♥
 
C’est quoi exactement ?
C’est vrai ça, je me suis toujours demandé ce qui nous lie. Instinctivement, je réponds de la haine. Ce désir de détruire ce qu’on ne peut posséder. Parce que tu le sais, n’est-ce pas, que tu ne pourras jamais m’enfermer ? M’enchaîner ? Me briser ? Tu le sais. Et pourtant. Mais après ça, je réponds sans hésiter un seul instant : de l’amour. Ça se voit comme un nez au milieu de la figure. Dans ta manière d’être un monstre. Dans ta manière d’être cruel. Dans ta manière de m’humilier. On ne peut pas se séparer. C’est con, mais vrai.
 
Les yeux d'Orphan. Le visage d'Orphan. Tout en lui était fascinant. Hypnotisant. Délicieusement repoussant aussi, par cette aura sombre qu'il dégageait. Même sa voix avait un effet effrayant sur celui qui l'entendait. Et, avouons-le, Ezechiel en était dingue. Peut-être même dans le sens premier du terme, qui sait ? Il fronça les sourcils quand son cher petit frère l'attrapa presque brutalement par le col de son tee-shirt. Oh, il aurait dû s'y attendre me direz-vous. C'est vrai qu'il s'attendait toujours à tout avec lui. Mais ce genre d'acte, ce genre de violence malsaine, il continuait à espérer qu'elle n'existait pas vraiment. Que ce n'était qu'un mauvais rêve et qu'il s'éveillerait, bientôt, seul. En bref, oui, il faillit avoir un mouvement de recul. Il resta néanmoins strictement immobile, les yeux grands ouverts, entre la surprise et l'incompréhension.
 
Ezechiel patienta, jusqu'à ce que le baiser cesse enfin. Il croisa le regard de son frère. Un court instant, durant lequel ce dernier évoqua une histoire de princesse, de mariage, que le jeune loup n'entendit pas. Il avait fermé son coeur et ses oreilles alors que son monstre de frère venait l'embrasser une nouvelle fois, plus rapidement néanmoins. Faire comme si tout cela n'existait pas. Il ferma les yeux un court instant. Quand il les rouvrit, son frère se glissait hors du lit. C'était con, mais à le voir s'éloigner ainsi, le coeur de Swan se serrait. Dépité de ne pouvoir le raisonner, ou malade à en crever de ne pas parvenir à le retenir. « Comme si tu avais besoin d'une laisse pour me garder près de toi. »
 
Triste évidence. Triste révélation. Hideuse vérité. Ezechiel passa une main dans ses cheveux blonds, assis en tailleur sur les draps défaits, le regard tourné vers le visage du jeune directeur des Ifreanns. Sa voix s'éleva une nouvelle fois, un sourire insolent sur le visage. Imprudent ! Imprudent petit animal. « Alors, mon frère, tu t'abaisserais à te marier à un... chien ? » Provocation. « Le grand méchant loup ne t'effraie donc plus... Quel dommage, j'adorais vraiment ce petit jeu. » Il secoua négativement la tête, l'ai déçu. Alors, il entendit son frère. Cette remarque. Cette révélation. Un piège, une mascarade ? Une nouvelle manière de l'humilier ? Soit, lancé ainsi, autant aller jusqu'au bout. Il répondit donc, dans un soupire, un murmure, le regard las. « Je sais. » Il détourna les yeux de ceux d'Orphan, comme s'il ne l'intéressait plus. Cette manie qu'il avait d'entrer dans ce vilain manège sans pour autant s'en amuser, voilà bien quelque chose qui exaspérait son frère au plus haut point. Mais il se savait aussi le seul qui ne se soit, pour l'instant, jamais abaissé à répondre franchement à ses provocations. Alors, plutôt bon, ou mauvais signe ?

_________________



art by metalguppy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphan Deane
Fondateur. Directeur des Ifreanns.
avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Hibari Kyoya de KHR.

MessageSujet: Re: Comme des enfants. || PV Swan. [TERMINÉ]   Mer 27 Fév - 12:30


Si tu savais comme je t'aime Swan, t'es un ange. Un putain d'ange gardien. Pourtant, j'ai pas l'impression que tu veilles sur moi. Plus t'es près de moi, plus je deviens fou. J'ai l'impression de tomber dans un gouffre sans fin, la démence en moi s'abandonne lentement. Le noir me recouvre totalement, j'ai peur du noir tu sais. Alors, apporte moi un peu de lumière, j'suis suicidaire. Apporte moi un peu de chaleur, je manque de bonheur. Et si je me rends compte que t'es plus heureux que moi, je te détruirai sans remords, jusqu'à t'éffacer de la réalité. Parce que t'es un putain d'ange, à côté de moi t'es rien. T'es juste mon chien. Je t'aime à en gerber, j'sais plus qui t'es. Prends ma main, allons nous en, à la recherche du paradis. Ou de l'enfer?

Un jeu malsain, et Orphan en était addict. Ses lèvres, si douces et amères. Comme s'il était triste de partager cette danse avec sa langue. Et ça, Orphan ne le supportait pas. Il avait toujours été habitué à ce que les gens répondent à ses petites provocations... mais là... ça l'ennuyait presque. D'un geste vif, il asséna à son grand frère adoptif un coup à la tête pour le pousser. « Dégages traître. » Il le toisa avec méfiance. Il était ce petit garçon encore qui n'arrivait pas à faire en sorte que les gens l'aiment. Ou l'inverse? « Me parle pas de laisse, ou je t'en met vraiment une pour de bon, c'est compris? » Autoritaire, détestable, il avait cette âme de tyran quand il parlait, il l'avait la prestance putride d'un chef . C'était ainsi, il devait toujours tout contrôler, même les humains. Même son frère.

Pourquoi tant de haine entre eux? Il baissa la tête, se mordant la lèvre inférieur. Son coeur battait irrégulièrement, de plus en plus vite. Sa respiration se saccadait, il faisait un malaise. Il allait surement crever, tant mieux. « Tss. Me parle pas de ce jeu merdique. J'avais même pas peur. » Mensonge. Le grand méchant loup, il en faisait des cauchemars toutes les nuits. Il était effrayé, dans ses draps humides. Il était terrorisé, prisonnier du monde des rêves. « Je sais pas pourquoi... tu t'acharnais à essayer. Ça ne servait à rien.  T'es minable. » Encore et toujours des insultes. Orphan se redresse, il semble aller un peu mieux, quoique un peu haletant. Il s'accroche au pan de la chemise de Swan, se tenant à lui. Qui est lamentable maintenant? « Et tu sais quoi au juste? Que je suis prêt à sauter du toit pour que tu m'aimes convenablement? Non seulement t'es un chien mais tu te comportes comme tel. »

Il voulait le véritable Swan, pas le soumis. C'était un paradoxe Orphan. « Frappe moi aller ! FRAPPE MOI PUTAIN ! Dis le moi que je suis un sale con. » Il ferma les yeux et murmura, desserrant son emprise sur lui. « Dis le ... » Orphan en avait besoin, inexorablement. Il avait besoin de sentir la violence qui s'acharne contre lui, la vengeance qui l'attire dans son lit. Il voulait que Swan réagisse enfin, qu'il retourne sa veste, qu'il lui crache à la gueule... pour qu'alors tout puisse recommencer. Orphan avait encore sa clope entre ses doigts, qui était en train de mourir. T'es ma nicotine, t'es mon oxygène, quand je te prends, quand je t'allume, toi tu veux que j'avale. Il écrasa la clope sur son bras . Allez, vas-y.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezechiel S. Sullivan
Administrateur. Wouaf ! ♥
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Izac [Unlight]

MessageSujet: Re: Comme des enfants. || PV Swan. [TERMINÉ]   Ven 1 Mar - 12:21







»Ouais, je t'aime aussi. «
il n'y a rien d'autre à dire. ♥
 
Ca te plait ?
Profitons de ces derniers instants de jeu, petit frère. Profitons-en avant que tu ne détruises complètement, que tu me perdes à jamais. Puisque c'est ce qui finira par arriver, tu finiras par me tuer.

Orphan avait-il toujours été si violent ? Il avait beau tenter de remonter le temps, de se remémorer leur enfance, Ezechiel ne parvenait pas à se souvenir. Seul le présent importait aujourd'hui et les stigmates qui décoraient son frêle corps étaient celles de cette nouvelle vie au côté de son frère. Woho, à bien y réfléchir, c'est nul d'être la victime en fait. Il balaya l'air de la main, les yeux mis-clos. Oui, il l'avait compris ça, depuis longtemps. Ça paraissait évident que son frère n'attendait que cette occasion de lui passer le collier clouté autour du coup, ainsi que -oh mon dieu- une laisse. Mais parallèlement à cela, même si le jeune loup portait un amour sans fin à ce petit garçon devenu fou, l'animal qui habitait et qui contrôlait une bonne partie de son esprit, lui, ne se laisserait jamais ridiculiser à ce point. On ne pouvait pas enchaîner un « sauvage ».
 
Les yeux du blond se perdirent un instant dans la contemplation du jeune homme brun. Il allait mal non ? C'était blessant de le voir si faible, lui qui donnait cette impression de toujours tout contrôler. Ezechiel était-il le seul à assister à ce genre de spectacle ? Il l'espérait. Parce que ce n'était pas très beau à voir. Mais surtout parce qu'il n'aurait pas supporté qu'Orphan se trouve un autre souffre-douleur. Bordel, c'était son rôle à lui, on ne lui piquerait jamais son frère ! Jaloux ? Complètement. Hum. Il esquissa un mouvement vers son frère, mais se ravisa. Lui porter secours ainsi aurait été dégradant pour ce dernier, non ? Alors, il enchaîna, sur leur jeu. Et chaque parole était un pic de glace planté en plein dans son petit coeur de grand-frère. Orphan mentait-il ? Il était incapable de le deviner et se laissait donc doucement, mais surement, détruire par cet amas d'insultes et d'affirmations douloureuses.

Il le toisa de ses magnifiques yeux vairons, l'air triste, mais méfiant. Il le provoquait. Il attendait de lui une réaction. Une violence qui caractérisait le loup et non l'homme. Pour pouvoir en jouer et le tourner à son avantage par la suite. Il haïssait vraiment son frère quand il agissait ainsi. Lui attrapant les poignets avec douceur, il l'écouta sans broncher. L'insulter, le frapper. Non, il s'y refusait. C'était clair pourtant ! Alors, Orphan sembla se calmer. Une lueur de raison ? Un éclair de bonté ? Perdu. C'était trop beau. Et la cigarette vint, sans bruit, s'écraser sur la pâle peau du blond. « Putain, Orphan ! » Calme toi, respire. Il serra les dents, entourant brutalement le minuscule cou du garçon de sa main. « Ne fais jamais ça ! » La brûlure, comme une piqûre d'adrénaline. Il repoussa violemment son frère, l'envoyant au sol. Il s'en éloigna même, comme pour essayer de le préserver. Il le savait ! Il savait ce qu'il risquait de provoquer et il prenait plaisir à le faire ! Quel crétin.

Il plaqua la paume de sa main sur son oeil droit. La douleur semblait s'être propagée de son bras jusque sur son visage. Ce n'était rien, il essayait de s'en convaincre. Pourtant, c'était un véritable combat intérieur que de résister à l'animal. Son dos heurta le mur, le stoppant net dans sa tentative de reprendre le contrôle. En temps normal, il aurait su rester parfaitement calme. Cependant, n'oubliez pas: nous étions en période de pleine lune. « C'est ça que tu veux...? » Le visage baissé vers le sol, ses yeux se fixèrent sur le garçon au sol, tandis que son bras retombait mollement le long de son corps, impuissant face à la douleur, mais surtout face à la colère. « T'es qu'un sale con, Orphan. » Il fronça les sourcils, froid, détaché, menaçant. Alors, sans prévenir, Ezchiel se détacha du mur et arriva rapidement près de son frère, ce dernier se trouvant à ses pieds. Pour une fois, les rôles étaient inversés et si Swan tentait en vain de se reprendre, le loup lui, dominant, savourait cette situation. « Je pense plutôt que tu ne sais pas ce que tu veux. » Il se laissa brutalement tomber à califourchon au-dessus de son frère, plaquant douloureusement ses poignets au sol. Son oeil doré brillait de folie, de haine, assoiffé de sang et de destruction. Le bleu, lui, semblait désolé. A vrai dire, Ezechiel était un paradoxe à lui seul. Il baissa le visage vers celui du directeur. Ses lèvres frôlèrent les siennes avant de se diriger vers le creux de son oreille, où il murmura d'une voix à peine audible. « Moi aussi je t'aime, petit frère. »

_________________



art by metalguppy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphan Deane
Fondateur. Directeur des Ifreanns.
avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Hibari Kyoya de KHR.

MessageSujet: Re: Comme des enfants. || PV Swan. [TERMINÉ]   Dim 3 Mar - 20:11


T'es pas mon frère en fait. T'es juste le chien de la famille, tu t'es incrusté. Alors ça nous laisse une chance tu crois ? D'aller plus loin... ça se voit que t'es pas de mon sang. T'es étrange. T'es blond, j'suis brun. T'es con, j'suis loin. J'ai envie de chanter sous la pluie, danser dans la boue & te casser ta petite gueule. Je veux que tu me plaques contre le sol, qu'on s'abondonne, qu'on chante ré mi fa sol. Je veux briller sous l'inextinguible soleil. Je veux que tu m'attires dans l'ombre, dans la pénombre, que tu me chatouilles le coeur, que tu me brises le souffle. T'es pas mon frère, juste mon ombre.


Orphan le regardait dans les yeux, avec une telle intensité dans le regard... comme s'il allait se tuer ou quelque chose comme ça. Les yeux écarquillés comme un fou, il valait mieux l'éviter non ? Il arrivait à discerner chez Ezechiel qu'il perdait patience progressivement, lentement... inexorablement. Et ça, le directeur des ifreanns se délectait de ce spectacle. « Alors Swan, ça fait quoi de vivre un conflit intérieur ? C'est douloureux ? Allez, frappe moi ! Qu'est-ce que t'attends ?! Je le mérite … » Il adorait le provoquer, c'était tellement amusant de le voir rager, de le voir se retenir de lui sauter dessus. Alors il était comme l'océan grattant contre la falaise, jusqu'à ce que celle-ci s’effondre. Il grattait depuis des années, il finirait bien par l'avoir un jour ou l'autre.

D'ailleurs, celle-ci s'éffritait déjà ! Il venait d'hausser le ton, oh mon dieu ! Miracle ! Orphan eut un léger rictus. « Je fais ce que je veux, et tu le sais très bien. » puis il perdit le contrôle de ses pieds. Que se passait-il ? En quelques secondes, Swan se retrouvait sur lui. Il passa sa langue sur ses lèvres, comme un prédateur satisfait. T'es qu'un sale con Orphan. Enfin il l'avait dit. Il avait avoué l'inavouable. « Enfin un peu de franchise. Tu sais que cette position est terriblement excitante ? » Il ne bougea pas d'un centimètre et le fixa droit dans les yeux. « pas que cette situation m'incommode très cher, mais pourrais tu glisser une clope dans ma bouche parce que j'ai très très envie de fumer. » il arborai un air sérieux, presque trop d'ailleurs. « C'est un ordre de ton supérieur hiérarchique. » Et bim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezechiel S. Sullivan
Administrateur. Wouaf ! ♥
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Izac [Unlight]

MessageSujet: Re: Comme des enfants. || PV Swan. [TERMINÉ]   Lun 22 Avr - 21:36




»J'ai trouvé de l'or et même quelques étoiles. En essuyant ses larmes «
je suis là. ♥
 
Il haussa un sourcil. Dieu comme il avait le don de l'énerver ! Son buste redressé au dessus de son cher petit frère, il continuait à le toiser en silence, écoutant la moindre parole avec une attention totale. Un rictus amusé se dessina sur ses fines lèvres. « Excitante dis-tu ? » Il ressera ses doigts autour des poignets du jeune homme. « Alors, ça te plait d'être dominé, au moins une fois dans ta vie ? Hum, je vois. » Provocation, bien typique de l'animal qui le hantait. Néanmoins, Ezechiel cessait de lutter contre sa nature. A cette instant précis, il se laissait doucement bercer par la colère qu'il ressentait à l’égard de son frère. Putain, qu'est ce qu'il l'aimait ! Quel con.

Cet air sérieux sur ce beau visage de démon. Le jeune homme blond perdit son sourire et lui rendit son regard. Le paquet n'était pas si loin, à portée de main du moins, au sol même. Mais pourquoi aurait-il cédé, hein ? Oh, les caprices d'Orphan n'étaient pas si terribles et ce pseudo despote avait tout le loisir de s'amuser avec ses élèves. Alors, oui, pour une fois, il ne lui obéirait pas. Il y avait de fortes probabilités que cela énerve son frère, mais cela rendait la chose mille fois plus intéressante. « Soit, monsieur le directeur. » Il lâcha ses poignets, saisit le paquet et en tira une cigarette, tout en restant bien assit sur son frangin. Il sortit un briquet de sa poche et glissa la clope entre ses propres lèvres avant de l'allumer. La nicotine vint lui chatouiller le palais. Il plongea son regard dans celui d'Orphan et souffla la fumée en direction du plafond. « T'es quoi Orphan hein ? » Il fronça les sourcils. « Mon maître ? » Il s'inclina doucement vers lui, la cigarette entre les doigts. « Mon boss ? » De sa main libre, il caressa doucement les cheveux du brun. « ...Mon frère ? » Un soupire, un sourire. Il embrassa furtivement son front et lui glissa la clope entre les lèvres avant se redresser, les mains bien à plat sur le torse d'Orphan. « Tu vois, moi, je crois que tu es bien plus que ça. »

_________________



art by metalguppy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphan Deane
Fondateur. Directeur des Ifreanns.
avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 08/11/2012
Feat. : Hibari Kyoya de KHR.

MessageSujet: Re: Comme des enfants. || PV Swan. [TERMINÉ]   Ven 26 Avr - 12:50


❝ And it feels like I am just too close to love you...



Oui, excitant. C'était même plus que ça. Quoi qu'il pouvait dire pour se défendre, Swan était totalement à sa merci, à ses ordres. Plus qu'un frère, plus qu'un boss, plus que tout ce qu'il voulait. Orphan soupira devant tant d'amertume et lui adressa un sourire fielleux. « Oh vraiment ? » il tira sur la clope jusqu'à ce que ses yeux se ferment et qu'il tousse un bon coup. « Merci vieux. » Il sourit alors et se remit droit pour ensuite se lever et jeter la clope par terre avec toutes les autres. Oui son sol jonchait de vieux mégots qui avaient dépassé la poubelle. C'était crade, c'était Orphan en fait. Il s'étira. « Merci d'avoir fait la nounou. » et il tilta sur ce mot. « Voilà ce que tu es ! Ma nounou ! » et il rit de bon cœur. « Mais va falloir que j'aille bosser maintenant. » et il eut un regard dur. « oui oui je bosse. » il ramassa ses affaires qui traînaient un peu partout. « Ou est mon pantalon bordel ? » oui, il faisait pitié à voir le grand méchant de l'histoire. Car vilain ou pas, le matin reste le matin. Hop hop, chemise, cravate, veste et chaussure. Il partit se brosser les dents, remit ses cheveux bien comme il faut et rangea vite son paquet de clope dans la poche de son blaser. « Sur ce, j'y vais très cher. A plus tard. Ouaf. » Et il claqua la porte.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme des enfants. || PV Swan. [TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme des enfants. || PV Swan. [TERMINÉ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un entretien d'embauche pas comme les autres [Livre II - Terminé]
» Peux-tu m'apprendre à jouer comme toi? PV Alexandra Wayland-Terminé
» amberle skye mayfleet ♦ comme des enfants
» Comme des enfants [Jaeung ♥]
» (F/LIBRE) ALEXIS REN › COMME DES ENFANTS.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« — Deane For Dream » ::  :: Archives ; :: RPs terminés-
Sauter vers: