« Ifreann. Dawel. Quel clan choisirez vous ? Bienvenue au pensionnat Deane, là où les rêves ne sont qu'utopiques … ♪ »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La nuit des morts-vivants [Shura]

Aller en bas 
AuteurMessage
Adam Stein
Professeur de SCIENCE !!!
Adam Stein

Messages : 20
Date d'inscription : 30/12/2012
Feat. : Frankenstein

MessageSujet: La nuit des morts-vivants [Shura]   Ven 18 Jan - 13:17


Night of the Living Dead

« Ce matin un lapin
A tué un chasseur »



La nuit était tombée depuis un moment et Adam se baladait dans les couloirs en mangeant une pomme d’une main et en lisant un livre de l’autre.

Distrait qu’il était par sa lecture et son repas, il n’avait même pas fait attention à l’endroit vers lequel il se dirigeait et s’était plus ou moins perdu en chemin, mais cela ne l’inquiéterait que lorsqu’il aurait terminé sa lecture.

En attendant, le silence nocturne, uniquement perturbé par ses actes, avait quelque chose d’agréable, surtout comparé à l’agitation qui régnait dans ces couloirs le jour.
Pourtant, quelque chose finit par le déranger. Une perturbation de son rythme sonore régulier, quelque chose de différent.

Mécontent, il s’arrêta et écouta : le bruit typique de quelqu’un qui se déplace, au son il aurait dit une fille, légère…
Consultant sa montre, il remarqua l’heure tardive (une heure trente du matin, pour ceux que cela intéresse) et se dirigea vers la source de sa perturbation sonore, prêt à jouer le rôle des surveillants en l’absence de ceux-ci.

« CROC ! ». La pomme fut terminée. « DONG ! ». Elle résonna contre la corbeille métallique où il l’avait lancée. « swif ». Le carnet fut rangé dans sa poche. Il pressa le pas en direction de la source, amusé par ce semblant de chasse qui lui ramenait de délicieux souvenirs du bon vieux temps.
Il songeait encore à Genève, qu’il lui arrivait de regretter. Un jour, il y retournerait… quand la population de sangsues y serait reconstituée.

Maudissant sa légendaire distraction, il enleva la petite lampe de poche de sa bouche. Il l’utilisait pour lire, mais ça ne faisait pas très sérieux pour un professeur de se balader avec une lampe en bouche. Il s’en servit plutôt pour repérer les lieux et tenter de retrouver son élève perdue.

« Premier avertissement, jeune fille. Si je t’attrape, c’est la retenue. Alors file rapidement dans ton dortoir et planque-toi en comptant sur ma flemme de venir de chercher pour t’en sortir. »

Adam était d’une crédibilité sans nom.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shura J.Hunter
« Élève de la classe Neptune. »
Shura J.Hunter

Messages : 19
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: La nuit des morts-vivants [Shura]   Dim 27 Jan - 15:15



J'ai pas envie de dormir. J'ai pas sommeil. J'aime pas perdre mon temps les yeux fermés allongée sur un lit. Ça sert à quoi au juste ? Se reposer deux heures c'est suffisant ! De toute façon, j'en fous pas une ramée en cours, alors j'ai plus besoin de récupérer la nuit. Puis en fait, là, tout de suite, j'ai faim. Ça fait un moment que j'ai bazardé mon dernier calice qui n'avait même pas bon goût. Je l'avais prise par flemme de chercher quelqu'un d'autre. Une petite blondinette à forte poitrine, ma foi, très appétissante mais on se retrouvait déçu après avoir manger. Franchement, j'avais connu mieux et j'étais restée sur ma faim. Alors voilà, j'étais en manque, fallait que je plante mes crocs quelque part, n'importe où, du moment que j'allais pouvoir boire du sang frais. C'est interdit ? Mais je m'en tamponne ! J'ai faim, j'ai faim, c'est tout. Point.

Oui, avec tout ça, je sais même plus où j'en suis. Ah, oui ! Je dors pas, donc. Alors pour passer le temps, je suis sortie, histoire de prendre l'air et pourquoi pas de tomber sur un pauvre innocent et me jeter sur lui toutes dents déployées. Pourquoi pas ? Bref, tout est il que du coup, ça fait un moment que je vagabonde dans l'établissement à plus d'une heure du mat'. Aucun scrupules. J'emmerde le monde depuis le début, je ne vais pas m'arrêter aujourd’hui ça serait trop con. Fuck le règlement ! Merde au dirlo ! Vive l'anarchie ! Donc, je marche. C'est bien de marcher, ça fait du bien, ça décompresse, on le fait tous les jours, je sais, mais moi je trouve ça pas mal, de se sentir avancer comme ça, c'est la preuve qu'on est vivant et qu'on va toujours plus loin.

Qu'est-ce qu'un prof me dirait s'il me trouvait comme ça ? On rigolerait bien. J'aimerais beaucoup voir sa tête en me découvrant dans la semi obscurité, en petite culotte et débardeur trop grand qui dévoile le dessous. Moi je dis, ça ferait jaser. Ou pire ! Si je tombe sur le directeur ! Mister Orphean Deane. J'en ferais bien mon quatre heure de ce type là, mais bon, je suis pas folle, je ne m'aventure pas encore aussi loin dans la hiérarchie, je risquerais d'y laisser mes ongles. En tout cas, je voudrais bien savoir ce qu'on me dirait. De plus, je suis connue des services de sécurité si vous voyez ce que je veux dire. Dans le genre que j'ai déjà connu pas mal de situations très épineuses pour moi. Tout le monde ou presque me connait. Je fais peur aux gens et ça me fait marrer. La tronche que tirent les Dawell quand il me voient ! C'est délectable et ça me fait mourir de rire en même temps. Les profs c'est la même chose, ils savent tous que je suis une élève qui pose plein de problèmes et à qui on a fait tout un tas d'avertissements. Voire qui a déjà été violente avec le personnel. Une grosse manipulatrice pourrie qui fait du chantage. Une vipère peste et démoniaque pour faire court. Je dois avouer que cette réputation me plait !

Oh putain ! J'entends du bruit ! Oh oui ! Il y a quelqu'un dans le couloir qui se dirige vers moi ! Alors, serait-ce un repas ou bien vais-je encore être grondée parce que je suis une vilaine petite fille qui fait des bêtises ? Dans les deux cas, la personne qui s'approche a une odeur étrange. Au pas, je dirais que c'est un mec, il écrase plus le sol, les filles ont tendance à marcher en rebondissant ce que je ne fait pas parce que c'est complètement débile. Je martèle le sol au maximum, mais bon, là je suis pieds nus, c'est plus compliqué. J'entends comme un bruit résonant métallique, celui d'une poubelle certainement. Puis, dans le virage du couloir, un halo lumineux se dessine sur le mur, vacillant dans tous les coins à la recherche de ma silhouette. Une voix grave d'homme mûr tranche alors le silence du corridor vide:

« Premier avertissement, jeune fille. Si je t’attrape, c’est la retenue. Alors file rapidement dans ton dortoir et planque-toi en comptant sur ma flemme de venir de chercher pour t’en sortir. »

J'ai littéralement explosé de rire ! Je sais, vachement sérieux comme réaction. En plus, j'ai vraiment un rire trop flippant. Le truc genre psychopathe qui donne des frissons dans le dos. Je me suis un peu calmée et j'ai fait quelques pas en avant, me démerdant pour éviter le rayon de la lampe rapidement. Agile, je me suis postée dans le coin du couloir, là où la lumière ne se posait pas, où le surveillant ou prof ne pensait pas à regarder. Je me faisais discrète et silencieuse, bloquant ma respiration le plus possible lors de mes déplacements pour ne pas me faire repérer.

« Vous seriez pas si méchant avec une petite fille innocente comme moi, Monsieur.. »

Je suis une garce ! Je m'aime trop ! Ma voix était d'un sensuel à faire peur, et un homme équipé de ce qui faut aussi bien mentalement que physiquement, réagirait forcément au ton très lent, détaché et empreint de quelque chose de sexy de ma voix. Oh yes, je suis calculatrice. Et j'en suis trop fière ! Je suis restée dans le coin alors que la lumière se dirigeait vers moi, prête à me dévoiler, debout, les mains derrière le dos, la poitrine en avant, et une fausse bouille d'ange qui devait trancher avec mon regard de braise et mes longs cheveux noirs en bataille. Plus affriolant, tu meurs ! Viens par ici gentil petit, petit, petit prof !


____________________________________
Shura ajoute:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Stein
Professeur de SCIENCE !!!
Adam Stein

Messages : 20
Date d'inscription : 30/12/2012
Feat. : Frankenstein

MessageSujet: Re: La nuit des morts-vivants [Shura]   Jeu 7 Fév - 21:10



Berlin, 1984

« Sie würden nicht schaden eine Kreatur so niedrig ? »1

Adam eut le corps parcouru de frissons, cette voix, cette apparence de fragilité, la demoiselle face à lui affichait une telle vulnérabilité qu'on l'aurait crue prête à se briser.
Délaissant sa posture agressive, il s'approcha avec un air rassurant et prononça à la façon d'un gentleman :

« Nein, das kann ich nicht tun, so etwas unhöflich. »2

Ce fut l'instant qu'elle choisit pour passer à l'attaque...


Pensionnat Deane, actuellement.

Un rire répondit à son avertissement. Pas n'importe quel rire, mais l'un de ces rires malsains qui avaient encore la quote chez Ifrean. Décidément, le genre avait bien du mal à se renouveler, les pseudo-méchants d'aujourd'hui n'étaient que des versions à peine modernisées de ceux d'hier. Il soupira, s'apprêtant à parler, mais une réplique prononcée d'une voix suave le devança.

D'une sensualité telle qu'elle le fit frissonner l'espace d'un instant. Sa chimie interne aurait pu continuer sur la voie naturelle, s'il n'avait pas fait montre d'un sang-froid exceptionnel et usé d'une pointe d'alchimie sanguine afin de réguler tout cela.

Ce genre de voix, cela lui ramenait de vieux souvenirs en mémoire. Ceux de ses débuts, l'époque des traques massives et des conséquences malheureuses. L'époque des premières découvertes et expériences aussi. La naissance de son don.
Mais dans le cas présent, il ne devait s'agir que d'une gamine un peu rebelle voulant se la jouer Lolita avec un professeur ou simplement le pousser à la faute par pure méchanceté adolescente.

Néanmoins, Adam étant particulièrement irresponsable et s'ennuyant ferme, il décida de jouer le jeu en répondant, à la façon du petit chaperon rouge :

« Que vous avez une jolie voix. Mais je ne suis pas de nature à être charmé, mère-grand. »

Tant que tout cela n'allait pas jusqu'à "Que vous avez de grandes dents", tout se passerait sans heurt. Il se demandait toujours s'il pouvait manger un élève... Orphan avait été vague concernant les siens...
Réfléchissant, il balaya la zone où devait approximativement se trouver la jeune élève avec la lampe et finit par tomber sur elle.
Délicieusement sexy, la mère-grand, il fallait l'avouer et si ce n'était grâce à un contrôle parfait de sa chimie interne, Adam aurait certainement laissé passer. Cependant, à n'en point douter, une simple étudiante serait facile à ramener dans son dortoir.

Il s'avança donc vers elle, la gardant dans le rayon lumineux sans pour autant le lui braquer sur les yeux, ç'aurait été inconvenant et cela l'aurait rendue moins collaborative encore.



1 -« Vous ne feriez pas de mal à une si faible créature ? »
2- « Non, je ne peux faire quelque chose d'aussi grossier. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shura J.Hunter
« Élève de la classe Neptune. »
Shura J.Hunter

Messages : 19
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: La nuit des morts-vivants [Shura]   Dim 17 Fév - 15:41



« Que vous avez une jolie voix. Mais je ne suis pas de nature à être charmé, mère-grand. »

Le petit chaperon rouge m'a regardé, il s'est avancé vers moi. Coucou, toi ! Un prof plutôt bien fait, grand, avec de longs cheveux blonds et un petit accent germanique. Il faisait jeune. Il avait une odeur étrange, différente de celle d'un humain normal. Ce n'était pourtant pas la fragrance d'un métamorphe. C'est cette anomalie qui m'a freinée dans mon petit jeu. Tout de suite, je me suis méfiée davantage. Je ne savais pas s'il m'avait reconnue. Je ne connaissais pas ses intentions, mais moi je n'allais certainement pas me laisser faire. Je l'ai laissé venir, jusqu'à ce qu'il ne soit plus qu'à deux pas de moi. J'ai bien calculé mon coup et lui ai échappé. Il allait s'énerver, je l'avais tellement laissé s'approcher, il devait être persuadé de m'avoir. Je venais de lui filer entre les doigts. Dommage.

J'ai couru dans le couloir, vite. Aussi rapidement que je le pouvais. J'ai glissé sur le sol en jurant plusieurs fois, le linoléum c'est vraiment pas ce qu'il y a de plus pratique pour la course. J'ai dévalé les corridors, le souffle court. Il était forcément à ma poursuite. Je suis arrivée à un tournant, je me suis cachée derrière le mur en calmant ma respiration. Bientôt, la halo lumineux de la lampe de poche a vacillé sur le mur d'en face. Le petit chaperon rouge était de retour. Je n'étais plus la mère-grand. Je devais devenir le loup. Oh yeah ! Je ne me suis pas montrée. J'ai fait en sorte d'éviter la lumière le plus possible.

« Je suis là. »

Je m'enfuis. Je me répète. Je change d'endroit. Je déroute, je fascine, j'immobilise, j'inquiète, je terrorise, je fais douter, je fais peur. Je suis la panique. Je tourne autour de la proie, la proie qui essaye de devenir chasseur, la proie rebelle qui croit inverser la chaîne alimentaire et manger son prédateur. Prof ou pas, il n'est qu'une victime. Je vais le bouffer. J'attends qu'il soit complètement dérouté pour lui sauter dessus. Je ne le ménage pas. Avec force, je tombe sur lui, venant de nulle part, dans l'obscurité. La lampe de poche roule sur le côté. Mes mains s'emparent de ses poignets pour les coller au sol. A califourchon au dessus de lui, je l'empêche de bouger. C'est comme ça que mes yeux s'allument dans le noir, rouges, écarlates, pourpres.

Je me penche sur lui, ma poitrine sur son torse, pour venir murmurer quelques mots à son oreille:

« Vous avez une drôle d'odeur, professeur.. »

Je le mets en garde d'une certaine manière. Attention... J'ai compris qu'il n'était pas normal. Je ne sais pas ce qu'il cache mais je sens bien que son odeur n'est pas la même que quelqu'un de normal. J'en ai connu des odeurs de victimes, j'ai un très bon odorat, mais celle là ne ressemble à aucune autre. Elle ne me donne même pas envie de goûter au sang qui coule dans les veines de ma proie. Je me demande bien comment il va réagir face à moi, face au dangereux chasseur en position de force. Allez, essaye un peu de m'échapper pour voir !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Stein
Professeur de SCIENCE !!!
Adam Stein

Messages : 20
Date d'inscription : 30/12/2012
Feat. : Frankenstein

MessageSujet: Re: La nuit des morts-vivants [Shura]   Ven 22 Fév - 10:29


« Mangez-moi, mangez-moi, mangez-moi »


Elle l'a laissé l'approcher puis, au dernier moment, s'est éclipsée avec la vivacité d'un oisillon apeuré. Sur l'instant, cela a fait sourire Adam, la joie simple de la traque qui s'insinuait en lui, grandissante, le comblait.

Il éclata de rire. Et, toujours riant, se lança à sa poursuite. Tout cela avait pour lui des allures de jeu, si danger il y avait dans cette situation, il n'en était visiblement pas conscient.
Elle ne semblait pas être très douée, cela dit, glissant sur le sol à plusieurs reprises. Mais Adam ne parvenait pas pour autant à la rattraper, la faute à ces chaussures de ville qu'il portait. C'était pratique pour jouer au prof sérieux et avoir l'air élégant, mais pour courir, il y avait mieux. Il se prit à regretter sa vieille paire de baskets... Nostalgie de cette période d'aventure et de danger qu'avait été sa jeunesse.

Elle joue avec lui, tente de le désorienter en usant de la lumière, apparaissant et disparaissant pour le perturber. Sans résultat réel, tout cela l'amuse encore plus. Mais par la force de l'habitude, il s'arrête de courir. A quoi bon s'épuiser en vain ?
C'est plus ou moins à cet instant que quelque chose lui tombe dessus et qu'il s'écroule, la lampe loin de lui, il sent une pression sur ses poignets - plutôt forte la gamine ! - et se retrouve plaqué au sol, la demoiselle à califourchon sur lui.

Entre le froid de sa chair et le rougeoiement de son regard, il n'y a pas de doute, c'est encore une sangsue qui croise sa route. Comme quoi, le boulot finit toujours par vous rattraper. Elle s'adresse à lui, dans cette attitude toujours mi-prédatrice, mi-séductrice.

« Vous avez une drôle d'odeur, professeur.. »

« C'est mon aftershave... »

Une façon de montrer qu'il est parfaitement détendu, d'ailleurs, il ne lui résiste pas. Quoi qu'elle fasse, il pense pouvoir s'en sortir. Tout ce qu'il fait, c'est sourire simplement et ajouter :

« Tu sais... Je ne crois pas que ce soit ça qu'ils entendent par "maintenir de bonnes relations élève-professeur". »

Il est vrai qu'en d'autres circonstances, avoir une demoiselle à califourchon sur lui aurait pu lui plaire. Hors ici, il y a deux bémols. Premièrement, c'est une étudiante et, deuxièmement, c'est une buveuse de sang.
Quel dommage qu'Adam ait toujours oublié un point essentiel de toute personne bien élevée : on ne joue pas avec la nourriture.
En rajoutant une dernière couche, juste pour le plaisir, il lui adresse un regard signifiant assez clairement "et maintenant ?".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shura J.Hunter
« Élève de la classe Neptune. »
Shura J.Hunter

Messages : 19
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: La nuit des morts-vivants [Shura]   Dim 26 Mai - 10:38


C'est pas pour me dégonfler, mais vraiment, il est moins amusant que ce que je pensais. D'habitude les proies se débattent, là rien. C'est pas juste, moi je préfère quand elles essayent de résister vainement en poussant des petits cris plaintifs. Pff. Puis sérieux, l'excuse de l'aftershave ?! Non mais, n'importe quoi ! Comme si j'allais gober ça ! Bref. J'hésite un peu.
« Tu sais... Je ne crois pas que ce soit ça qu'ils entendent par "maintenir de bonnes relations élève-professeur". »
Ahah. Très drôle. Il me regarde, l'air de me demander ce que j'allais faire maintenant. J'aurais bien envie de le mordre, juste pour passer le temps. Et puis j'ai faim. Mais en fait, j'ai tout le temps faim. Alors ? Je le laisse s'en tirer sans une égratignure ? Je suis si gentille. Je le relâche, pesant le pour et contre. Suis-je tombée si bas pour m'en prendre à un vieux prof ? Mais d'un côté, je veux pas me faire chier à aller encore voir Orphan pour qu'il me fasse la "morale" pendant deux secondes. Genre que lui en a quelque chose à foutre que ses élèves se baladent dans le bâtiment des Dawel. Je suis sure qu'il m'applaudirait limite. Je fais peur aux élèves de sa soeur. Tout est il qu'il ne m'intéresse plus, je préférerais encore m'amuser avec le directeur finalement. Alors, si je dois aller le voir, finalement, tant mieux. Je fais ce que je veux. Me balader dans les couloirs la nuit, c'est autorisé pour moi. Parce que je fais ce que je veux.
Je me remets debout. Maintenant j'ai envie de fumer. J'attends qu'il soit de nouveau sur ses deux pieds pour me tourner vers lui, et lui demander, comme à un pote:
« Vous auriez pas une clope, par hasard ? »


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La nuit des morts-vivants [Shura]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La nuit des morts-vivants [Shura]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Lac des Morts Vivants
» VAMPIRES, MORTS-VIVANTS, Etc.
» Runewars, conquête med-fan
» Vous êtes indignes de vous réclamer nains, à présent donnez .. [Dun Eyr]
» Que regarder pour Halloween ? [Ciné/Evènement]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« — Deane For Dream » ::  :: Corridors ;-
Sauter vers: